Mère-Fille : Laurine, 14 ans, et sa maman Marie

À l'approche de la Fête des Mères, nous avons décidé d'interviewer des lectrices et leur maman. Voici Laurine, qui a 14 ans, et Marie.

Mère-Fille : Laurine, 14 ans, et sa maman Marie

J’ai discuté avec Laurine, adolescente de 14 ans qui est en 5ème et avec Marie, sa mère, qui est attachée de presse. Aucun doute : elles sont fans l’une de l’autre. Laurine est la fille unique de Marie qui l’a élevée toute seule. Elles ont une relation privilégiée qui fait plaisir à entendre et à lire : « on a vraiment une vie toutes les deux », explique Marie.

Comment qualifieriez-vous votre relation ?

Laurine : Ça se passe super bien franchement ! C’est un peu comme ma meilleure amie en fait. Je lui confie tout – bon parfois je garde mes petits secrets bien sûr.

Marie : Hyper forte. Hyper complice et oui, vraiment très forte. On a été très fusionnelles avant l’adolescence, maintenant qu’elle est plus grande il faut la laisser s’envoler, mais notre relation est toujours très forte. En fait on est passées de la fusion entre la mère et sa petite fille et la très forte complicité entre la mère et sa jeune fille.

Ça a toujours été comme ça ou y a eu des moments un peu plus difficiles ?

Laurine : Y a eu des moments un peu plus difficiles enfin, je suis en période d’adolescence donc je suis un peu en rébellion alors du coup je la contredis sans arrêt. On ne se dispute pas souvent – un peu plus pour l’école et les notes mais je peux rien dire, c’est ma maman – après y a des disputes avec des mots qui sont blessants à la fin mais rien de très grave.

Marie, vous êtes à une période charnière avec l’adolescence : comment vous gérez ça ?

Marie : Alors franchement on n’a pas de dispute, on n’a pas de crise, en tout cas moi je ne le perçois pas comme ça. C’est plus une période d’adaptation c’est-à-dire que je m’adapte vraiment à son comportement tout en mettant les repères, en cadrant la vie, etc.

Elle n’est pas forcément en crise : elle s’envole, elle veut s’envoler, donc j’ai plutôt le rôle du guide, je cherche à l’aider, à la freiner de temps en temps, mais je crois qu’on ne peut pas vraiment parler de crise. En plus elle est très pertinente et elle a un bon jugement du coup je sais que je peux lui expliquer pourquoi je lui refuse, par exemple, une sortie. Là par exemple elle voudrait sortir en boîte à 14 ans, c’est une catastrophe pour moi ! (Rires) Je lui explique qu’il faut que ça se fasse dans de bonnes conditions, alors en plus comme on voyage beaucoup toutes les deux (elle a découvert par exemple un dancing en Afrique, qui n’a rien à voir au niveau culturel avec ce qu’on peut trouver en France), ça me donne des arguments chouettes pour lui expliquer pourquoi je dis non en France et pas ailleurs.

C’est important pour vous de faire des voyages ne serait-ce que pour l’ouvrir au monde donc…

Marie : Oh oui, en plus elle est vraiment demandeuse et elle est tellement différente à l’étranger ! Elle est pleine de surprises, elle est hyper responsable et du coup, elle m’épate. Comme il n’y a pas tout ce côté « réglé » de vie européenne, ce quotidien aussi, ça me donne une opportunité d’éducation complètement différente en étant très en éveil avec une grande ouverture d’esprit… Comme elle est artistique et assoiffée de liberté, et qu’elle est curieuse, du coup en voyage, elle me bluffe. À chaque fois.

C’est quoi le défaut qui vous « agace » chez l’autre ?

Marie : Je cherche… Elle est bordélique. Mais c’est mignon donc ça va.

Laurine : Elle prend tout au premier degré parfois, quand j’essaie de lui dire qu’elle est un peu collante, elle le prend tout le temps mal. Et aussi elle me laisse souvent sortir mais elle cherche toujours à savoir ce que je fais quand je suis avec les copains et les copines. Je lui dis mais ça m’agace un peu.

C’est quoi le plus beau moment que vous avez vécu ensemble ?

Laurine : Franchement, tous les moments ! Mais si je devais en choisir un ce serait quand je pars en vacances avec elle.

Marie et Laurine.

Et le moment le « moins agréable » ?

Laurine : Quand on se dispute. La dernière fois c’était hier mais après c’est des engueulades, c’est normal, mais la dernière vraie dispute c’était y a un mois. En même temps, j’avais fait une grosse gaffe. (Rires)

Laurine, est-ce que plus tard tu voudrais être comme ta mère ?

Laurine : J’aimerais être comme ma mère, même physiquement parce que franchement, elle a eu un enfant et elle n’est pas grosse ! Après, je dirais pas qu’elle s’accroche à moi, mais je pense que j’essaierai plus tard de donner un peu plus de liberté à mon enfant quand je serai mère. À part ça, oui, j’aimerais être pareille qu’elle.

Marie, est-ce que vous étiez très différente de votre fille à son âge ?

Marie : Ah oui complètement ! J’étais timide, introvertie : ce n’était pas du tout la même génération, pas du tout la même vie de famille. On est dans une autre époque : moi je n’ai pas eu la chance au niveau culturel de découvrir plein de choses, on a des facilités qu’on n’avait pas du tout à mon époque alors du coup, est-ce que je me sers inconsciemment de ma fille pour vivre plus librement aussi ?

Je partage tout avec elle, j’échange avec elle… Je ne veux pas dire que je lui fais vivre l’enfance et l’adolescence que j’aurais aimé avoir, mais presque ! Et puis elle est géniale, je suis une vraie fan de ma fille.

Est-ce que vous réussissez à mettre des barrières, comme vous êtes très proches l’une de l’autre ?

Marie : Elle a sa vie de 14 ans, moi j’ai ma vie de près de 40 ans, elle a ses amis, moi les miens. Il y a des fois où je ne supporte pas ses amis alors là je joue le rôle de la maman… Et puis elle sait quand je ne rigole plus, à ma voix et à mon ton. Il y a vraiment une limite dans l’intonation et le comportement aussi.

C’est quoi le plus beau moment que vous avez eu avec votre fille ?

Marie : Y en a eu tellement, c’est terrible comme question ! Là comme ça, j’en ai deux qui me viennent. Le premier c’était cet été, quand je l’ai vue partir faire de la plongée en pleine mer alors que j’étais incapable d’aller à trois mètres du bateau et qu’elle était super loin. Elle m’a impressionnée.

Après, un vrai moment de partage en tête à tête toutes les deux… Quand elle était toute, toute petite, elle avait des colères et je l’emmenais sous un pont pour qu’elle crie très fort, et ça c’était de vrais beaux moments. Depuis, elle a évolué et avec la timidité, elle me dit qu’elle ne peut plus le faire, même si je lui dis que c’est vachement bien de crier quand on en a marre. (Rires) Du coup ça a été un rituel sympa qui m’a beaucoup touchée. Il y en a eu plein d’autres, des moments en tête-à-tête à discuter, à regarder les étoiles…

Pour toi c’est quoi sa plus grande qualité ?

Laurine : Bah, elle me rend heureuse. C’est une maman formidable.

Et pour vous Marie : quelle est la plus grande qualité de Laurine à vos yeux ?

Généreuse. Elle est extrêmement généreuse. Elle a énormément de bonté en elle. Elle est toujours à vouloir faire sa mère Teresa, à vouloir sauver la veuve et l’orphelin dans n’importe quelle situation.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 15 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Melimelofolle
    Melimelofolle, Le 23 mai 2013 à 1h24

    Quand je lis ce genre de chose ça me donne juste les larmes aux yeux. J'aurai tellement aimé avoir une relation comme ça avec ma mère.
    ça commence tout juste mais les non-dis et l'ancienne violence fait que je pourrais jamais connaître ça avec ma mère :tears:

    Mais j'ai juste envie de dire le commentaire le plus con du monde : Tant que vous pouvez profitez de vos mamans :puppyeyes:

Lire l'intégralité des 15 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)