Instant Putassier #35 : Les pots de colle

Pondu par Pr. Bobby Freckles le 24 août 2010     

Nom d’un cacatoès en rut, quelle triste existence que celle du Pot de Colle. De la maternelle à la retraite, le Pot de Colle peut intervenir à n’importe quelle étape de notre vie, avec cette fourberie particulière : il est impossible de le détecter à distance. Le mec lourd a le regard libidineux et l’haleine parfois chargée. Le taxeur a une démarche chaloupée et faussement nonchalante. La sexuellement agressive glousse dans sa moustache décolorée. Mais le Pot de Colle, lui, est plus discret. Il ne laisse rien transparaître. Comment alors détecter les premiers symptômes d’un Pot de Colle ? Que faire pour s’en détacher, sans douleur ni hostilité ? Est-il vraiment dangereux ?

Si nous devions trouver une définition au Pot de Colle – appelé dans certains milieux « Po2Co » – la plus juste serait celle-ci : « Le Pot de Colle est une personne enthousiaste qui a sauté un ou cinq étapes dans la construction de l’amitié ».

Les caractéristiques du Po2Co

Le Po2Co aimerait que vous vous mélangiez vos sangs en vous promettant fidélité éternelle – ce qui en soi, n’est pas choquant (vous êtes une fille formidable). Le problème, c’est qu’il aimerait le faire de façon instantanée. Il vous imagine déjà, gambadant ensemble sur la plage au coucher du soleil, les algues s’entrelaçant dans vos doigts de pied. Il vous voit, tous les deux, en train de faire manger des biscottes à l’autre le matin entre deux secrets. Ses repères sont brouillés, il n’arrive pas à percevoir la frontière entre attitude normale et comportement psychotique. Dès lors qu’il vous a rencontré, son emploi du temps s’est complètement transformé.

Un exemple de planning organisé en fonction de vous (veinarde que vous êtes) :

Instant Putassier #35 : Les pots de colle instant putassier google agenda

On clique pour voir en plus grand !

Un bon moyen de le repérer est de noter la fréquence de ses appels. S’ils sont quotidiens alors que vous vous connaissez depuis douze minutes, c’est un peu trop. Dans sa folie intérieure, une fois qu’il vous a mis le grappin dessus, plus question de vous lâcher.

Vous êtes l’Elu !

Son principal souci est qu’il/elle a décidé tout seul qu’il serait votre ami(e) / amant(e), et que les sentiments engagés sont réciproques à partir du moment où lui/elle a jeté son dévolu sur vous. Comment pourrait-il en être autrement ? Vous êtes l’Elu et vous allez changer sa vie. Il faut néanmoins réfuter une croyance tenace : le Po2Co ne vous a pas choisie comme amie. Il a perçu en vous la faille : votre incapacité chronique (« Oh le pauvre » ; « Mais il ne m’a jamais rien fait » ; « Il n’est pas méchant » etc.) à l’envoyer bouler.

Il vous fait alors rentrer dans son intimité, se débarrasse de toute pudeur futile en vous racontant le moindre détail (glauque) de son passé. Là où il y a déséquilibre, c’est que cela ne le dérange pas plus que ça que vous ne fassiez pas de même. Votre vision des choses, vos sentiments, vos anecdotes ne sont pas indispensables. Il n’est pas obligé d’être votre ami, tant que vous êtes la sienne. Le Pot de Colle tente de rattraper ses années de manques. Car si nous analysons ce qui pousse le pauvre bougre à s’accrocher à votre carotide comme une sangsue, nous découvrons ceci :

Instant Putassier #35 : Les pots de colle instant putassier manques

Vous le constatez par vous-même : il n’y a pas de quoi se moquer grassement. Le Pot de Colle agit ainsi par manque d’affection. Il ne faut pas douter de son affection sincère envers vous. C’est simplement qu’en faisant comme si vous aviez fait le Vietnam ensemble, il prend le risque de tout gâcher. Et personne ne devrait être un copain par défaut ou parce qu’il génère de la pitié en vous. Un(e ) ami(e ) doit provoquer votre admiration, vous faire rire et/ou discuter de sujets débilo-philosophiques mais ça le Po2Co S’EN BAT L’ŒIL, tout ce qu’il veut c’est vous aimer.

Comment s’en sortir ? Les conseils du tonton Bobby

Pour retrouver votre liberté, filtrez constamment ses coups de fils / ses mails / ses irruptions sur MSN à coup de wizz. A une soirée, mélangez-vous aux autres invités, en prenant soin de ne pas vous laisser happer par un monologue de la part du Po2Co (si cela venait à arriver parce que vous vous êtes excentrée du groupe pour aller soulager votre vessie faiblarde, n’hésitez pas à bailler et simuler le malaise).

!! ATTENTION !! Un Pot de Colle peut parfois s’avérer être un chouette copain, simplement maladroit. Ne le jugez pas trop vite, et évitez de prendre vos distances de manière radicale. Toute personne a le droit à sa chance. Et puis nous sommes tous susceptibles d’être le Pot de Colle de quelqu’un, alors arrêtez d’être snob vous aussi ! Bon… mais si vous découvrez qu’en plus d’une tendance relou, il n’est pas intéressant et qu’il ne met pas de déodorant, c’est assez de raisons pour ne pas le fréquenter assidument.

La prochaine fois je vous raconterais combien il est nécessaire de provoquer un bruit désagréable (ongles sur un tableau noir, fourchette frottant contre une assiette, prouts d’aisselle) face à un individu qui coupe le rapport social en matant tous les quarts d’heure son iPhone dans une soirée.

Ça vous a plu ? Partagez !

126 BIG UP
 

Cet article a été pondu par Pr. Bobby Freckles - Tous ses articles

Plus de Pr. Bobby Freckles sur le web :

Tous les articles L'Instant Putassier
Les autres papiers parlant de

Les 5 dernières réactions à cet article sur le forum

Il n'y a pas beaucoup de réactions, viens participer sur le forum !
Identifie-toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !

  1. Colonel WoodrowColonel Woodrow

    Le 24 août 2010 à 11:53

    J'avoue avoir des côté Pot de colle des fois. Mais ça reste rare.
    Très bon article comme toujours, j'ai bien ri.
  2. Poppy GaliPoppy Gali

    Le 26 août 2010 à 11:49

    Je crois que le pire, quand on tombe sur un pot de colle, c'est quand les amies autour l'ont pris en pitié.

    Le pot de colle arrive, te saoule, tu lui fais comprendre directement que tu n'as pas besoin d'un amant / serveur / chien avec un lexique qui ne laisse aucune ambiguité (1. j'aimerais être seule, 2. non je n'ai pas envie de dîner avec toi, 3. je crois qu'on n'a pas d'atomes crochus 4. fous-moi la paix ), et là, tes copines s'offusquent, font des énormes ronds avec leurs bouches en glapissant des « le pôôôvre »… et l'intègrent dans la troupe parce que tu as été méchante, il ne t'a rien fait & il est gentil (et de quoi tu te plains, un mec te kiffe, avec ta gueule c'est quand même un miracle).
  3. ElyaElya

    Le 26 août 2010 à 13:57

    J'ai bien ri, surtout en lisant le planning.

    Ceci dit, il y a aussi la solution d'être clair et honnête et de dire les choses simplement, avec un minimum de tact. D'accord, ça peut être un peu raide pour le PO2CO sur le coup, mais ça peut aussi lui rendre un fier service sur le long terme, parole de fille déjà bien expérimentée dans le domaine.
  4. Tracy JacksTracy Jacks

    Le 26 août 2010 à 17:22

    Mon Po2Co ressemble à Stéphane Bern. Et pas que physiquement. Avant, ça me faisait rire.
    *soupir*

Il n'y a pas beaucoup de réactions, viens participer sur le forum !
Identifie-toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !