Influence hippie : 7 trucs à piquer aux 70’s

La mode, un éternel recommencement ? Ce printemps, c’est l’influence hippie qui s’impose : jeans flare, robes XXL, broderies, fleurs, tye and die ou compensées fleurissent. Alors pour 2008 que doit-on vraiment piquer aux années 70 ? Le jean pattes d’eph’ Symbole indiscutable de l’époque baba, le « patte d’éph » est souvent confondu avec […]

Influence hippie : 7 trucs à piquer aux 70’s

La mode, un éternel recommencement ? Ce printemps, c’est l’influence hippie qui s’impose : jeans flare, robes XXL, broderies, fleurs, tye and die ou compensées fleurissent. Alors pour 2008 que doit-on vraiment piquer aux années 70 ?

Le jean pattes d’eph’

Symbole indiscutable de l’époque baba, le « patte d’éph » est souvent confondu avec son proche cousin et actuel successeur, le jean flare. Il faut dire que ces deux là ont un petit air de famille… Un petit air seulement, car contrairement à son ancêtre, le flare équilibre mieux la silhouette ; soulignant la taille et s’élargissant peu à peu, du bas des fesses (et non du genoux) jusqu’aux pieds, qu’il recouvre entièrement. Aux yeux d’un slim, peu de différence entre les deux jeans pourtant, le flare, lui, nous fait perdre facilement 5 kg donc on l’adopte illico, de préférence version brut ou coloré, en clair smart ou funky pour l’été. Le patte d’eph, le vrai, se porte à condition d’avoir un physique qui s’y prête (longues jambes ni trop minces, ni trop fortes) et tombant sur les hanches (oui, oui, ici la taille basse c’est permis !).

La robe longue

Gros must de la saison, les robes s’allongent à l’infini et vont jusqu’à toucher le sol lorsque plus haut, elles laissent découverte une bonne partie du décolleté… Encore une silhouette qui rappelle les années 70 mais comment l’adapter ? Le tout va être de 1/ éviter le total look Woodstock en choisissant un tissu uni plutôt que ultra fleuri et en brouillant les pistes avec une petite veste en cuir ou des accessoires marrants ou décalés, 2/ garder un semblant de silhouette en privilégiant les matières fluides, une poitrine marquée (taille empire, décolleté V) et une coupe bien ample. On peut pourquoi pas choisir sa robe une taille trop grande mais gare aux courants d’air : en dehors de la plage on pense au gilet court qui habillera à merveille nos clavicules dénudées.

Visuels Zara Trafaluc – Collection Printemps Eté 2008

Le crochet

Non, le crochet n’est pas bon qu’à faire des cache-nénés à Loana et des chaussons de bébé ! En 2008, on l’adopte tel que mémé l’imaginerait, c’est-à-dire en gilet, mais revu et corrigé par des doigts de fée qui n’ignore pas l’extrême influence de Kate Moss dans notre façon de nous habiller. C’est le moment de ressortir les aiguilles à tricoter et de demander à mamie un petit cours de rattrapage en accéléré option manches ¾ bouffantes, gros boutons et broderies pour égayer.

La ceinture

Accessoire indispensable de toute hippie qui se respecte (la tolérance à ses limites, merde), la ceinture dans les années 70 se portait tombante, comme posée sur les hanches et toujours assez libre de ses mouvements. En 2008 elle est plus serrées plus haute mais garde la même utilité : structurer la silhouette et faire blouser. Un fashion réflexe (je kiffe mes expressions bidon) à adopter d’urgence sur une blouse, une liquette ou une robe chemisier.

Silhouettes, de g. à d. : Comptoir des Cotonniers, Asos, Bel Air, Kookaï et Naf Naf.

Les compensées

Maxi-ampleur et over-longueur obligent, on cherche à prendre de la hauteur. Pour ce faire, on suit les pas de nos chères mères en adoptant les sandales compensées, semelle plateforme en liège ou en paille tressée (plutôt qu’en bois : joli mais lourd à porter).

Le tye & die

Surprise ! Ce système de teinture atypique ressurgit cet été dans nos penderies ! Si le tye and die te rappelle les (mauvaises) années 90, il date en réalité des 70’s et si à cette époque on l’expérimentait à toutes les sauces (et avec ce turquoise, vous prendrez bien un peu de rose fluo ?!), cet été la retenue s’impose : oui au tye & die mais dans des couleurs sobres, jamais plus de 3 tons à la fois et plus en dégradé subtil qu’en fleurs psychédéliques new age qui donnent mal au crâne.

De g. à d. : Asos, Diabless et Sinequanone (collections PE08).

Les foulards

L’écharpe indienne des 70’s n’est pas bien loin non plus. Du keffieh au bandeau, les bouts d’étoffes s’affichent fièrement autour du cou et dans les cheveux, pour les plus téméraires. On le porte alors en travers du front ou façon corsaire, nouer derrière.

Et toi, que penses-tu du grand retour des 70’s pour ce printemps ? Réjouissant ou décevant ? Des must à se procurer ? Des impasses à prévoir ? Viendez en discuter !!!

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 39 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Cygnus
    Cygnus, Le 31 mai 2008 à 11h20

    J'aime tout et je suis accro cet été à tout ça.

Lire l'intégralité des 39 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)