Je me fous de la vie des stars, MAIS…

Les stars sont des gens comme les autres et Sophie-Pierre Pernaut se fout de leur vie. Enfin, elle s'en fout... La plupart du temps, quoi.

Je me fous de la vie des stars, MAIS…

Quand j’étais petite, chaque fois que je commençais à fangirler un peu trop sur une célébrité, il y avait toujours quelqu’un pour me dire :

« Tu sais, ce sont des personnes comme les autres, et elles font caca comme tout le monde. »

Ça aide à relativiser. J’imagine que ça a drôlement joué dans ma tendance à ne jamais réussir à être complètement fan de quelqu’un, à me contenter d’admirer le travail des gens que j’ai envie de prendre pour modèles, sans pour autant observer leurs moindres faits et gestes.

Même si, il faut bien l’avouer, imaginer les gens sur les toilettes ne marche qu’un temps. Parce qu’avec le recul maintenant, je peux le dire : ok, ils vont aux toilettes comme tout le monde, mais le reste de leur vie est tout de même un peu plus sensationnelle.

N’empêche que voilà, j’ai fait des efforts pour voir dans les stars des gens comme toi et moi. Mais il y a un mais : contre toute attente, contre mes valeurs, je me retrouve régulièrement à zieuter du côté de chez Perez Hilton (mythique blogueur branché star system) et TMZ. Et je réalise alors que, oui, certains de mes comportements vis-à-vis de la vie des stars tendent à me faire comprendre qu’en effet, je m’en fiche, MAIS…

En voici quelques exemples.

Les stars sont des gens comme les autres

Oui, les stars sont des gens comme les autres. Ils vont aux toilettes, ils ont des coups de déprime, des moments de joie, et une vie qui peut parfois même être chiante. J’en suis consciente et ça ne doit en aucun cas me surprendre. En aucun. Cas.

Bah oui. Non.

MAIS…

Mais voilà : quand Jennifer Lawrence mange des chips et s’en fout partout, je ne peux m’empêcher de la trouver mieux que les autres pendant quelques instants (à tort). Quand Clovis Cornillac se pète la gueule sur la scène des César au moment de remettre un prix, je suis davantage touchée et gênée que quand je vois n’importe qui tomber dans la rue (parce qu’il y a beaucoup plus d’yeux braqués sur eux).

Je me fiche de l’orientation sexuelle des stars…

Tu ne le sais peut-être pas, mais je vis dans un monde idyllique où les gens se déplacent à dos de poney et se foutent bien de savoir si leurs voisins ont des relations sexuelles avec Brigitte ou Alphonse ou les deux en même temps ou les deux mais pas simultanément. Oui, dans mon monde, c’est joli, tu devrais y venir. On se fait tous des câlins et on mange des chips et on boit dans des flûtes à champagne.

Du coup, forcément, je me fous de l’orientation sexuelle du caissier du Monop’ le plus près autant que je me fous de celle de mon acteur préféré.

MAIS…

Il y a quelques jours, Ellen Page faisait son coming out dans un discours extrêmement touchant. Je me suis surprise à pleurer, un peu, parce qu’elle avait l’air d’avoir envie de pleurer, un peu, et que ça devait être important pour elle de faire cette déclaration sachant qu’elle s’est cachée pendant si longtemps. Je me suis aussi un peu mise à pleurer en réalisant la portée de son message dans le coeur de millions d’adolescent-e-s (et d’adultes) qui souffrent de discriminations.

Alors bien sûr, ça ne veut pas dire que seuls les messages des personnes célèbres comptent… Mais c’est un message qui sera davantage entendu, qui aura plus de portée que si un-e anonyme l’avait déclaré. Elle s’est fait, le temps d’un discours et de toute sa médiatisation dingue, porte-parole de ses fans touché-e-s par l’homophobie. Bien entendu, je ne l’aimerai pas plus ni moins qu’avant parce que je sais maintenant qu’elle est lesbienne. Ça ne change rien.

Mais quand ça peut servir à distiller un peu plus d’ouverture dans le monde, quand ça peut permettre à des personnes qui souffrent de pouvoir s’identifier s’ils en ressentent le besoin alors je dis banco. Parce qu’au fond, c’est un des plus beaux cadeaux qu’on peut faire à ses fans : soutenir ceux qui ont besoin d’être soutenus, et sensibiliser ceux qui ont besoin d’être sensibilisés.

Je me fiche de la vie privée des stars…

Le plus important, dans le fait que les stars sont des stars, c’est qu’elles le sont bien souvent grâce à leur talent et rien d’autre. Leur vie privée du coup, oui, n’a rien à voir là-dedans.

Peu importe que Jean-Claude ait prétendument dû coucher pour obtenir son premier rôle à l’étranger, peu importe que Michelle ait trompé Roland avec Luc, peu importe que Jeanne soit triste parce qu’elle ne peut pas avoir d’enfants, que Dylan sorte depuis quelques temps avec Ursula qui m’est antipathique et peu importe que Jacques soit du genre à balancer des phrases discriminatoires en dehors de ses films. Ça n’a pas à interférer dans l’opinion que j’ai de leur talent.

MAIS…

Oui, je l’avoue : ça ne me regarde pas. Je devrais m’en foutre et me concentrer sur ce que les chanteurs que j’aime chantent et ce que les acteurs que j’aime jouent.

Mais voilà, quand un acteur que j’apprécie se met en couple avec une actrice que je ne porte pas dans mon coeur (souvent parce que je la confonds avec les personnages qu’elle interprète), je suis presque déçue. En quoi est-ce mon problème ? Franchement. Sachant que je ne connais ni l’un ni l’autre personnellement. Bah… en rien. Mais j’ai beau le savoir, je ne peux pas m’en empêcher, ne serait-ce qu’une fraction de seconde. Ça n’a aucun sens.

Quand un autre acteur (coucou Brad) tombe amoureux d’une femme (coucou Angelina) et quitte son épouse (coucou Jen) pour se marier avec la première, même chose. Pourtant, jamais dans la vie je ne jugerai ne serait-ce qu’une minute le fait que quelqu’un réalise qu’il est davantage amoureux de telle personne, et choisit de vivre sa vie en conséquence. J’ai même tendance à trouver ça triste, les gens qui restent en couple malgré leur envie et leur passion pour une autre personne — même si là encore, ça ne me regarde pas.

C’est un peu comme si je les voyais comme des personnages de film à qui je prête un conte de fées et qui n’auraient pas le droit de bouger. C’est nul. Mon ressentiment ne dure jamais plus de quelques minutes, mais ces quelques minutes sont les quelques minutes de trop.

Au contraire, quand Emma Thompson dit en interview :

« Vous devez exister en tant que personne, personnage et cerveau. Si les gens vous parlent de votre apparence vous devez défier ça. Si on vous demande, ou qu’on vous dit qu’il faudrait que vous soyez plus mince, vous devez questionner ça en disant « pourquoi ? ». Est-ce que mon personnage est mince ? Est-ce que mon personnage est mince parce qu’il souffre d’un trouble du comportement alimentaire ? Donnez-moi une raison, parce que si c’est une question de cosmétique, alors vous ne cherchez pas une actrice, vous cherchez une mannequin. »

Eh bah ça me touche. Ça me touche et j’ai envie qu’elle soit ma tata et qu’elle me répande sa bonne parole et son swaggity swag soiin sur moi.

J’aime si fort cette personne.

J’aime si fort cette personne. Je devrais pas, hein, je devrais pas être plus touchée que ça quand ils disent un truc vraiment pas con, parce que ce qu’elle dit là, tellement de gens autour de moi pourraient le dire, mot pour mot. Mais mon entourage, je l’ai bien choisi, et je SAIS qu’ils ne pensent la plupart du temps que des choses intelligentes, parce que mes amis sont des gens bien, les plus intelligents et les plus drôles du monde.

C’est un peu comme si je m’attendais à ce qu’avec le nombre de personnes dans le monde qui les aiment, les stars se reposent le cerveau et deviennent un peu concon. Du coup, leur avis ne vaut pas plus que ceux des autres, mais il me surprend en revanche davantage.

Je crois que, bêtement, au-delà du fait que j’en attends (sans raison et en réalisant parfaitement la bêtise de la chose à la fois) à la fois plus (sur des bêtises) et moins (sur des sujets sérieux) de leur part, je cherche toujours à me rappeler que les célébrités sont des êtres humains comme les autres. C’est un peu con, de perdre un peu de temps et d’énergie à me souvenir de ce que je sais déjà, non ?

Et puis surtout, ce sont des gens comme moi qui rendent leur vie un peu plus chiante, et c’est franchement dommage.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 8 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Domino84
    Domino84, Le 5 août 2014 à 14h58

    Justement je pensais à ça, j'ai toujours aimé les chansons de Chris Brown, et quand j'étais ado je le trouvais carrément canon, mais depuis ce qu'il s'est passé avec Rihanna, je le boycotte totalement. Je ne peux pas cautionner le fait que quelqu'un qui soit capable de tels actes puisse quand même continuer à vivre sous les projecteurs et à s'enrichir.
    Je ne reproche rien aux personnes qui continuent à l'écouter ou à l'admirer, mais quand on me demande pourquoi moi je n'aime pas, je leur explique. Et interdiction de passer du Chris Brown pendant une soirée chez moi !


    zola_hym;4630002
    On a beaucoup parlé de Bertrand Cantat, entre l'homme et son acte horrible, l'artiste, et son art qui est apprécié et encore suivi. Devrait-il rester dans l'ombre par respect ? Ou pas ? Je pense aussi à Chris Brown et son disque d'or... Être capable d'apprécier une ou un artiste/personne qui a pu faire ce genre de crime ? Entre l'artiste et l'Homme, entre l'art et le crime, à quel moment les limites peuvent être pardonnées, obstruées. C'est parti, vous avez 3 heures !

    En tout cas bravo pour vos articles toujours super bien écrit, vraiment, vous faites du bon boulot chez mademoiZelle !

    Je fais partie des gens qui s'en foutent, mais qui finalement leurs curiosités les rattrapent happé par un titre accrocheur ou un/un artiste que j'aime et encore une fois, la curiosité me pousse à aller voir. Qu'on aime d'ailleurs ressortir entre le fromage et le dessert. (Moi, suivre l'actu des stars ? Non, j'ai vu ça, je sais plus ou je sais plus quand...) Puis avec internet, on passe plus à côté de rien, c'est pire !

Lire l'intégralité des 8 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)