De l’inconvénient d’être superstitieuse

Sophie-Pierre Pernaut est un peu superstitieuse. Elle revient avec vous sur quelques-uns des inconvénients à cette situation.

De l’inconvénient d’être superstitieuse

Parfois, dans la vie, on a des petites lubies un peu honteuses qu’on accepte néanmoins d’admettre en public. Et d’autres, pourtant moins « trash », qu’on essaie de cacher le plus longtemps possible, au nombre le plus large de personnes. C’est mon cas. Par exemple, hier, même pas pompette ni rien, j’ai avoué sans crainte ni honte que j’avais l’urine puissante. Ce qui n’est pas hyper glorieux. Par contre y a un autre truc que j’ai un peu plus de mal à concéder.

Je. Voilà, je…

Je suis superstitieuse.

Oh, pas énormément, hein, mais suffisamment pour que ce soit un peu pénible, parfois. Un tout petit peu, rien qu’un mini-mini peu… Amies de la superstition, écoutez ma plainte.

Bon, je suis encore pas au niveau du personnage de Jim Carrey dans Le Nombre 23. OH IL FAUT QUE JE TOUCHE DU BOIS.

Tu marches un peu plus

Je sais plus vraiment d’où j’ai tiré les superstitions qui me hantent, mais je sais en tout cas que la première que j’ai apprise, c’est que passer sous une échelle portait malheur. Enfin… il paraît.

Pendant des années, instinctivement, sans même y réfléchir, j’évitais de passer en-dessous de toutes les échelles et échafaudages pour ne pas me porter la poisse. C’est un mécanisme que j’ai vachement de mal à piger : comment est-ce que je pouvais m’attacher à ce genre de croyances sans même en comprendre la signification ? Au-delà de la crainte qu’on peut ressentir à passer sous une échelle pour se prendre un marteau/un pot de peinture/un être humain sur le crâne, il y a encore autre chose.

Car entre l’échelle, le sol et le mur, on retrouve la forme d’un triangle. Triangle symbolisant la Sainte-Trinité : il devient donc sacrilège de passer en-dessous et de le briser. Bon, sachant que je ne suis pas baptisée, je crois que je suis déjà un sacrilège ambulant – enfin j’imagine. Connaître l’origine de cette superstition m’a permis de relativiser, de paniquer un peu moins, et d’arrêter de faire des détours d’un demi-mètre à chaque fois que ma route croisait celle d’un échafaudage.

Surtout qu’en plus, je suis pas franchement sûre que passer sous un échafaudage soit plus dangereux que de faire un détour par la route… Après tout, sous l’échafaudage, j’ai moins de chances de me faire faucher par une voiture qui ne m’a pas vue venir. Nan mais c’est vrai quoi.

Les étoiles filantes sont un peu flippantes

J’ai plus cinq ans, mais je continue de croire que si on fait un voeu en voyant une étoile filante, il se réalisera. Je veux dire, je sais que ça marche, j’ai vu plein de téléfilms de Noël où ça marchait, alors hein, bon. J’suis bien au fait de tout ça.

Du coup, je mets beaucoup d’espoir de voir des étoiles filantes, de fermer les yeux et de penser au truc qui me fait le plus envie dans ma vie pour qu’il se réalise enfin. Sauf que…

Sauf que ma superstition me joue des tours. Et qu’à CHAQUE FOIS que je vois une étoile filante, je panique un peu en cherchant mon voeu et je me retrouve à me dire « surtout, ne pense pas à ta pire phobie, ce serait quand même dommage d’y penser, tu sais, de penser au fait que tu as vraiment vachement peur que tout ce que tu manges dans ta vie ait le goût de cacahuète » (j’ai remplacé ma pire phobie parce que ma superstition m’empêche de la clamer clairement, en vrai comme sur Internet).

J’suis pas aussi sereine, quoi.

Alors au lieu de profiter de l’étoile filante et de combien elle est jolie, je me mets à regretter de l’avoir vue et je flippe pendant quelques jours à l’idée que ma plus grande peur ne se réalise.

Bravo le veau. Bravo moi-même.

Je passe pour une malpolie

Il paraît qu’avant une épreuve, un concours, un truc important pour le reste de ta vie, ça porte malheur de répondre merci quand on te dit « merde » ou « bonne chance ». Pourtant, dire merci, c’est gentil !

Je n’ai pas trouvé de signification à cette superstition. Si ça se trouve, ça n’existe pas. En revanche, je sais qu’on souhaite « merde » à quelqu’un au lieu de lui dire « bonne chance » parce qu’à l’époque où on se déplaçait en calèches, on devinait le succès d’un spectacle au nombre d’étrons de chevaux qu’on pouvait voir devant la salle (parce que ça voulait dire que plein de calèches étaient passées par là). Je suis toujours un peu déçue, quand j’y pense : je pensais que c’était une histoire de transit rendu fou par le trac…

C’est donc sans explication possible que des individus me prennent sûrement pour la pire des malpolies de la Terre. Combien ? Je n’ose y songer…

La lose du vendredi 13

Quand j’étais ado, j’étais beaucoup plus superstitieuse qu’aujourd’hui. Tout naturellement, je flippais ma race de voir dans mon agenda Creeks ou Chipie (madmoiZelle n’existait pas, à l’époque, j’avais pas votre swaggance) qu’il y aurait un vendredi 13 dans le mois. La veille, je commençais sérieusement à avoir les miquettes. Le matin, dans la voiture pour aller au collège, je m’attendais au pire, à passer une vraie bonne grosse journée de merde.

Moi le matin du vendredi 13.

Et tu sais pas quoi ? Je passais effectivement une vraie bonne grosse journée de merde. Et tu sais pourquoi ? Parce que je m’en étais persuadée è C’est ce qu’on appelle la prophétie autoréalisatrice, autrement dit ce qui modifie nos comportements de telle sorte que la prophétie (ce dont on se persuade) se réalise.

Par exemple, c’est un vendredi 13 que des élèves plus vieux que moi m’ont poussée dans la pile de cartables à côté de la cantine. Il faut dire que, plus que jamais, j’avais l’air d’une victime, à l’affût de la moindre couille qui pourrait m’arriver. Ils auraient peut-être eu moins envie de me voir rougir de honte allongée sur des sacs si j’avais eu le pas un peu plus conquérant.

La bonne nouvelle, c’est que la prophétie autoréalisatrice marche aussi dans le sens inverse, pour les choses positives : si on se dit « je vais conquérir le monde un de ces jours », si on s’en convainc, on a beaucoup plus de chances de tout faire pour que ça se concrétise et aller le plus loin possible dans son projet. C’est peut-être bien plus efficace qu’une étoile filante.

T’es superstitieuse ? Viens nous dire quand ça devient gênant pour toi, qu’on compatisse !

À lire aussi : Les origines de nos superstitions

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 15 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Shinigamylle
    Shinigamylle, Le 2 octobre 2014 à 4h23

    Moi j'ai juste très peur de regarder des miroirs tard le soir :ninja:
    J'sais pas, j'ai peur de voir un truc derrière mon reflet et de sursauter... J'ai juste peur d'avoir peur quoi en fait :yawn:

    Par contre je suis vilaine, je fais souvent exprès de mettre le pain à l'envers pour embêter ma mère, j'ouvre mon beau parapluie de Cherbourg dans la maison (en faisant attention parce que y'a quand même effectivement un gros risque de le foutre dans l'œil de quelqu'un ou de faire tomber quelque chose), je dis "bonne chance" aux gens qui vont à un exam' (parce que euh, faut pas déconner, c'est ton travail qui va te faire le réussir, pas notre bonne Dame de la Chance XD Je ne me souviens d'ailleurs m'être méchamment faite engueuler par une pote une fois en lui souhaitant bonne chance pour son exam'... Elle s'est mise à me hurler dessus en disant qu'on disait "bonne merde" et que maintenant à cause de moi elle risquait de le râter... Euh, ok, t'as révisé comme une chiée mais t'as même pas un poil confiance en toi quoi... )...

    Ah si autre chose ! Je ne siffle jamais le soir (pas siffler tel quel parce que ça je le fais tout le temps pour appeler mes chats, mais cette façon de siffler là, je sais pas si vous voyez, en roucoulant légèrement, comme ils font dans les films dans les forêts la nuit là...) parce que bon, j'ai une grande et vieille maison qui aime bien faire des bruits bizarres le soir, et ça me fout une trouille de ouf, et surtout quand mon chat (il m'a fait le coup avant hier) se met à regarder partout et à chercher quelque chose qui lui fait très peur, marche au ralenti le poil frissonnant... Et toi t'es là comme un con à ne plus avoir envie de passer dans ton couloir qui est sombre parce que t'es pas rassurée de le voir comme ça :moqueur:
    Ah et j'ai foutu du gros sel sur ma fenêtre. Les fantômes me font peur, donc bon XD

Lire l'intégralité des 15 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)