Le stérilet est déconseillé aux nullipares, et autres idées reçues erronées sur la contraception

À l’occasion de la journée mondiale de la contraception, Esther démonte les idées reçues sur ce vaste sujet à l'aide de la gynécologue Danielle Gaudry.

Le stérilet est déconseillé aux nullipares, et autres idées reçues erronées sur la contraception

620-JOURNEE-CONTRACEPTION

Dans ta vie, si ce n’est pas déjà fait, tu vas certainement te poser la question du moyen de contraception qui t’est le plus adapté. Pas facile de savoir vers quoi se tourner au premier abord, d’autant plus que beaucoup d’idées fausses circulent sur le sujet.

En voici quelques-unes, démontées patiemment à l’aide de l’expertise de la gynécologue Danielle Gaudry.

« La pilule est le moyen de contraception le plus adapté aux jeunes femmes »

La pilule est souvent le moyen de contraception proposé par défaut lorsqu’on souhaite se passer du préservatif (nota bene : il faut se faire dépister avant !). Il est courant qu’une pilule micro-dosée soit prescrite de manière automatique, sans que l’on prenne le temps de se demander si c’est bien la meilleure option.

L’important, c’est de choisir la contraception qui nous convient.

Pourtant, bien d’autres solutions existent et peuvent être tout à fait adaptés aux jeunes femmes ! L’important, quand il s’agit de contraception, c’est de choisir ce qui convient à ta propre situation.

La pilule n’est pas idéale si tu es tête en l’air et l’oublies régulièrement par exemple, ou si tu ne souhaites pas que tes parents tombent sur la plaquette par inadvertance. Pour savoir ce qui te convient le mieux, renseigne-toi en amont, sur Choisir sa Contraception par exemple.

big-contraception-deuxieme-partie-marion-sophie

« La pilule peut accroître le risque de cancer du sein »

La pilule n’a pas créé d’augmentation du nombre de cancers du sein.

Qu’ouïs-je ? Prendre la pilule pendant 10, 15 ans serait mauvais pour moi ? Que personne ne s’affole, si ça figure dans les idées reçues, c’est que c’est inexact.

Celles qui sont à l’aise avec ce moyen de contraception peuvent dormir sur leurs deux oreilles, comme le confirme Danielle Gaudry :

« Il y a eu des publications, de grandes études qui ont été faites sur la prise de pilule et le cancer du sein. Au niveau mondial la pilule n’a pas créé d’augmentation du nombre de cancers du sein, mais par contre on a constaté une diminution du nombre de cancers de l’ovaire et du côlon, même si on ne sait pas encore l’expliquer. »

« Enchaîner les plaquettes de pilule est nocif pour ma santé »

Enchaîner les plaquettes de pilules pour ne pas avoir ses règles est tout à fait possible, tant que c’est une pilule monophasique.

Enchaîner les plaquettes de pilule peut notamment permettre de repousser ses règles. Selon un sondage réalisé par mes soins dans les règles de l’art (non), on est nombreux•ses à l’avoir déjà fait.

Et si certain•es pensent que c’est mauvais pour la santé, joie dans nos culottes puisque ça ne l’est pas. Explications, toujours par Danielle Gaudry :

« Les règles qu’on a lorsqu’on prend la pilule, c’est le même mécanisme que lorsqu’on ne la prend pas : c’est une baisse hormonale qui déclenche un saignement, l’élimination de la muqueuse qui tapisse l’intérieur de l’utérus. Mais c’est un cycle complètement artificiel.

Il existe des pilules qui ne provoquent des règles que tous les trois mois, donc ça ne pose pas de problème. »

C’est une technique qui peut être utilisée notamment — et je cite Mymy — « quand t’es à distance et que c’est le seul moment où tu peux niquer » ! Mais Danielle Gondry confirme que ça peut aussi être utile dans d’autres situations :

« On a tou•tes eu des demandes de femmes qui partaient en croisière, en randonnée, qui se retrouvaient dans des conditions sanitaires où l’hygiène n’était pas forcément très facile à maintenir. Pour certaines patientes qui ont des douleurs importantes pendant leurs règles, il peut aussi être utile de prendre la pilule en continu pour éviter d’en souffrir. »

Une seule condition : il faut que la pilule soit monophasique ! C’est-à-dire que la plaquette est composée des mêmes comprimés, du premier au dernier jour, et non pas de différents dosages hormonaux.

big-contraception-quiz

« Le stérilet ne convient pas aux jeunes femmes nulligestes ou nullipares »

« On peut mettre un stérilet lorsqu’on change régulièrement de partenaire à condition de mettre un préservatif. »

On a entendu pendant très longtemps que le stérilet, ou dispositif intra-utérin, était déconseillé aux femmes qui n’ont jamais été enceintes (nulligestes) ou qui n’ont jamais accouché (nullipares).

Mais en réalité il n’y a aucun souci, selon Danielle Gaudry :

« Beaucoup d’articles ont été publiés sur le DIU et les nulligeste/nullipares. Ils ont montré que ni la pose, ni la tolérance des stérilets de taille mini ne provoque de complications plus importantes que chez les femmes ayant eu une grossesse.

Le risque qui était invoqué antérieurement était le risque infectieux, lié davantage au changement de partenaires qu’au fait d’avoir eu des grossesses. Le fait de ne pas avoir eu de grossesse n’est donc pas une contre-indication. On peut mettre un stérilet lorsqu’on change régulièrement de partenaire à condition de mettre un préservatif. »

Si le stérilet est la contraception qui te convient le mieux, n’hésite donc pas !

À lire aussi : Le stérilet (ou DIU) : les madmoiZelles témoignent

big-contraception-effets-secondaires

« La pilule protège des infections sexuellement transmissibles »

Alors, NON. La dernière étude de Sidaction sur le sujet des connaissances des jeunes à propos du VIH établit que :

« 30% des jeunes interrogés ont des représentations faussées de la maladie et de ses modes de transmission. Dont 17% déclarent que la prise d’une pilule contraceptive d’urgence est un des moyens d’empêcher la transmission du VIH. »

big-couple-sida-temoignage-eclairage

Ça fait grosso-modo 20 personnes dans leur échantillon de 1001. Alors on va simplement rappeler que le seul et unique moyen de se protéger du SIDA et des IST en général c’est : la capote. Il n’y a que ça de vrai.

Si vous voulez vous en passer, vous passez par la case « dépistage » (tou•tes les deux !). Pour info, vous trouverez ici un répertoire des centres de dépistage. Ça coûte rien et ça peut changer beaucoup de choses.

Alors, prêt•es pour aborder sereinement le sujet de la contraception, soulagé des préjugés ?

620-sage-femmes-feministes

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 45 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Aesma
    Aesma, Le 28 septembre 2016 à 15h48

    @katia2912 J'ai lu ta longue réponse sur la pilule et l'endométriose, et si je sais que la pilule permet en effet de garder un certain contrôle sur cette maladie je me demande si ça reste bien "automatique", tu dis toi-même que seul la prise de progestérone en continu peut limiter la progression de la maladie, hors il n'y a pas que la pilule qui propose ce type d'hormones. Si je ne dis pas de bêtises on retrouve cette hormone dans l'implant et le stérilet hormonal (sur http://www.choisirsacontraception.fr on précise que qu'ils contiennent les mêmes hormones que les pilules progestatives), du coup pourquoi continuer de proposer la pilule comme LA contraception de base, alors qu'il en existe des dizaines et que ce n'est même pas la plus efficace ou la plus simple à utiliser au quotidien ?

Lire l'intégralité des 45 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)