« I Fucking Love Science » et le sexisme : rétrospective

Elise Andrew a créé la page Facebook au succès phénoménal « I Fucking Love Science ». La semaine dernière, quand elle a « révélé » qu'elle était une femme, les réactions ont été pour le moins surprenantes.

« I Fucking Love Science » et le sexisme : rétrospective

Le 10 mars 2012, Elise Andrew, une étudiante en biologie originaire de Sheffield créait la page I fucking love science. Le but était (et est toujours, d’ailleurs) de rassembler les photos, montages, vidéos et informations en tout genre les plus drôles et/ou les plus insolites sur la science. De prouver que la science ne se réduit pas à des cours prodigués par un-e prof un peu las-se dans une classe qui sent la souris décongelée, que les matières que tu détestais ou détestes peut-être à l’école, une fois sorties des sentiers battus, peuvent s’avérer aussi divertissantes que passionnantes.

Le succès a été presque immédiat si bien qu’en un an, la page a atteint 4 millions de fans. Un gros, gros carton tout à fait mérité.

Le 21 mars dernier, Elise Andrew a posté son compte Twitter sur la page I fucking love science. C’est à partir de là que les fans de la page ont pour la plupart découvert qu’elle était – tadam – de sexe féminin. C’est donc à partir de là que les commentaires amusés, émoustillés mais surtout très étonnés ont alors fusé. Kevin Morris pour Dailydot utilise une très bonne comparaison :

« C’est comme si Elise Andrew s’était infiltrée dans une conférence scientifique du 19ème siècle et avait arraché sa fausse moustache devant une assemblée d’hommes en train de murmurer. Des bouches qui s’ouvrent, faisant tomber les pipes. Quel choc ! Incroyable ! Une femme ! »

Parmi les commentaires qui ont suivi le partage du compte Twitter, on trouve (malheureusement) évidemment ceux qui sexualisent la créatrice de la page et se montrent très flatteurs. On peut imaginer qu’ils ne lui parlaient pas de la même façon quand ils ne savaient pas qu’elle était une femme et que leur comportement a changé quand ils ont appris de quel sexe elle était :

Jolie, intelligente et sexy ! ;)

Tu veux dire que tu es une fille ET que tu es belle ? Wow, j’aime la science un petit peu plus aujourd’hui ^^

Mais on y trouve aussi, en grande majorité, des commentaires tout simplement « Han mais han lala le retournement de cerveau laisse tomber, une fille drôle folle de science whou ! ». C’est pas forcément méchant, c’est juste… Comment dire. Enfin voilà. Voyez plutôt :

Tes une fille ? Qui l’eût cru ! 

Je croyais que tu étais un mec o.o

Heureusement, dans le lot, on déniche aussi pas mal de commentaires écrits par des personnes qui se fichent bien de savoir de ce qu’elle a dans le slip et qui s’étonnent beaucoup plus de voir que cela a un impact quelconque sur de nombreux amateurs de la page :

J’ai lu l’article sur Dailydot. Ça ne devrait pas être important de savoir de quel genre tu es. Tu postes des choses formidables et c’est tout ce qui compte. Continue. C’est génial.

Tout ce qui m’intéresse c’est que « you fucking love science » !

Quoiqu’il en soit, Elise Andrew n’est pas restée silencieuse face à cette vague de « MEGA SURPRISE » et de commentaires qui m’évoquent Will Smith face à une fille dans Le Prince de Bel Air. Elle a d’abord posté un billet sur Facebook où elle questionne les fans de la page :

« Généralement, je ne m’attarde pas sur d’autres sujets que les sciences, mais espérons que ceci vous intéressera tous. Plus tôt dans la journée, j’ai posté mon compte Twitter (voir plus bas). J’ai été absolument surprise par l’assaut de commentaires exprimant le choc total à l’idée qu’IFLS soit géré par une femme – est-ce à ce point surprenant ?

Un blogueur du Guardian a remarqué la même chose et a écrit à ce sujet ici. Mais comme on me l’a fait remarquer sur Twitter, c’est triste quand une femme drôle et intéressée par les sciences attire l’attention des médias. Votre opinion m’intéresse : c’est la science ? C’est les grossièretés ? L’humour ? »

Hier, elle était invitée par la chaîne CBS à s’exprimer sur cet étonnement. Elle y explique qu’elle n’a jamais voulu cacher son genre auparavant : « Ça n’a jamais été un secret. […] J’ai fait des interviews, j’ai même fait un hangout sur Google la semaine dernière alors je ne comprends pas pourquoi ils sont surpris ». Elle ajoute que les gens n’ont pas eu l’air déçus qu’elle soit une femme : « Il y a eu très peu de commentaires horribles », explique-t-elle, « c’était une minorité. La plupart étaient agréablement surpris ».

Michio Kaku, contributeur pour CBS, revient sur le faible nombre de femmes étudiant dans certains domaines scientifiques (comme la physique ou l’ingénierie) et explique que ce sont des personnes comme Elise Andrew qui pourront contribuer à remettre un peu d’équilibre dans les statistiques.

Nous sommes donc au vingt-et-unième siècle et certains continueraient de penser qu’il y a des traits de caractère et des centres d’intérêt réservés à un genre, à un sexe. Bien sûr, il n’y avait pas forcément d’animosité dans la surprise des fans de la page, ce n’est pas une question de méchanceté. Ce qu’il s’est passé pour Elise Andrew nous rappelle juste que les préjugés ne sont pas forcément utilisés pour faire du mal. Ils sont juste là, ancrés dans les des esprits, et il ne faut jamais se reposer sur nos lauriers : le sexisme (conscient ou pas) est là, un peu partout. Il reste un sacré boulot avant d’en venir à bout.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 13 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • TheFool2
    TheFool2, Le 31 mars 2013 à 23h05

    schottky;4015619
    Les gens sont pour la plupart agréablement surpris... donc vous trouvez que c'est une bonne chose? Mais n'importe quoi! Le simple fait qu'ils soient SURPRIS montre à quel point l'image de la femme dans la science est à faire évoluer et à revoir entièrement!!

    Et pour ce qui est de ce que l'on voit dans les facs/écoles scientifiques/ingé je ne pense pas que ça soit un bon exemple du tout. Les filles y sont encore trop peu représentées et si on a le malheur de se mettre en robe/jupe (et talons n'en parlons même pas) on passe pour des ovnis ou des filles superficielles pas sérieuses. Comme si féminité et intelligence étaient incompatibles! La réalité c'est que quand t'es une fille en école d'ingé t'as plutôt intérêt à pas trop montrer ton aspect féminin sinon tu es tout de suite cataloguée et pas prise au sérieux. Comme si ton QI diminuait à chaque fois que tu met du rouge à lèvre.

    Bref je ne vais pas m'étendre mais c'est quelque chose qui m'énerve trop. C'est pas parce qu'on fait attention à son apparence qu'on est forcément débile! D'autant plus que pour les mecs en école d'ingé on se pose pas la question, on ne fait pas franchement de lien entre leur apparence et leurs capacités intelectuelles.

    Oui je vais être ingé, oui j'aime la physique quantique, les maths ET... la mode, les chaussures et toutes ces choses qui sont soit disant des "trucs de filles" (quelle connerie d'ailleurs)! J'aimerais qu'on arrête de me saouler parce que je suis la seule de la classe à faire "clac clac" quand je marche dans le couloir. Ou parce que je me pointe en partiel de conception en robe rose.
    Totalement hors sujet mais ....Schottky...comme le défaut ?

    Plus sérieusement, c'est vraiment chiant que certains mecs se transforment de "whaaaa c'est trop cool ce que tu dis !" à "t'es une fille ? Tu es bien charmante" genre on se résume à une jolie boîte creuse.

    Après question filles dans les sciences, à part en biologie, biochimie et cosméto....bah voilà quoi, je suis la seule fille de ma classe :/

Lire l'intégralité des 13 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)