Un homme victime de viol raconte son histoire : « Je ne savais pas que ça pouvait arriver aux hommes »

Par  |  | 11 Commentaires

Sam Thompson, 22 ans, a été violé après une soirée. Il a mobilisé tout son courage pour s'exprimer et aider les hommes qui pourraient se retrouver dans une situation similaire.

Un homme victime de viol raconte son histoire : « Je ne savais pas que ça pouvait arriver aux hommes »

Sam Thompson a 22 ans.

Il a récemment emménagé à Manchester avec sa compagne pour poursuivre sa carrière de DJ.

Et un soir, alors qu’il était sorti pour faire la fête, Sam Thompson a été violé.

L’histoire de Sam Thompson, un homme victime de viol

Le magazine The Independent relaie le témoignage de Sam Thompson.

En septembre 2016, le jeune homme était en soirée. Il a été séparé de ses ami•es, mais ça ne l’a pas spécialement inquiété. Un groupe de personnes lui a proposé un dernier verre, dans une chambre d’hôtel.

« Ça ne m’a pas paru bizarre, j’ai rencontré plein de gens dans des circonstances similaires. »

Sam Thompson a été drogué contre son gré, et violé par deux personnes. Ses souvenirs de l’acte en lui-même restent très flous, à cause des stupéfiants qui ont été mélangés à son verre.

À lire aussi : Je suis un homme victime de viol — Témoignage

Sam Thompson, victime de viol et survivant

Sam Thompson ne se souvient pas très clairement du moment où il a été violé.

Il se souvient, par contre, être rentré chez lui le lendemain. Titubant, hagard. Être passé sur un pont de Manchester. Et avoir eu très sérieusement envie de se suicider.

« Tout m’est arrivé en pleine face. Je ne voulais pas vivre comme ça, je ne savais pas quoi faire. Penser à la détresse de mes amis et de ma famille, c’est la seule chose qui m’a retenu de sauter du pont. »

Sam Thompson a donc décidé de se rendre au commissariat pour porter plainte.

À lire aussi : Agression sexuelle et dépôt de plainte : les conseils d’un policier

Quand un homme victime de viol porte plainte

Malheureusement, il arrive régulièrement que des personnes faisant appel à la police pour des cas de violences sexuelles soient mal reçues.

Sam Thompson n’a pas été respecté et écouté à 100% par les policiers.

« J’avais l’impression qu’ils ne me croyaient pas, et ils me posaient des questions qui n’avaient rien à voir avec le sujet. Ils m’interrogeaient sur mon orientation sexuelle, me demandaient si j’avais déjà trompé ma petite amie… »

The Independent rappelle qu’en Angleterre, selon les études les plus récentes, on compterait 85 000 femmes et 12 000 hommes victimes de viol chaque année.

Il est donc urgent de former les forces de l’ordre à réagir correctement face à ces personnes, afin de ne pas ajouter un poids sur leurs épaules déjà chargées.

À lire aussi : « Mon nom est Zeke Thomas, et je suis un survivant » : un homme parle de son viol pour aider d’autres victimes

Et il est urgent de les former à recevoir toutes les victimes, hommes y compris. Sam Thompson raconte :

« Je pense que si les policiers ont réagi ainsi, c’est parce qu’ils sont moins habitués aux hommes qu’aux femmes. Ils n’avaient peut-être pas le même niveau de compassion pour moi, et je pense que ça devrait changer. »

Au final, Sam Thompson n’a pas pu porter plainte contre ses agresseurs.

« Comme souvent dans les affaires de viol, c’est une question de consentement.

Tout s’est déroulé derrière des portes closes, je suis rentré dans cette pièce puis je suis sorti de cette pièce, et je ne peux rien prouver.

Je sais ce qu’il s’est passé, ils savent ce qu’il s’est passé, mais en l’absence de preuves supplémentaires, ça va en rester là. »

À lire aussi : Culture du viol, consentement et « zone grise »

Un homme victime de viol s’engage pour la bonne cause

Si la loi ne peut pas l’aider, Sam Thompson a décidé d’agir autrement.

Il s’est rapproché de Survivors Manchester, une association d’aide aux hommes victimes de violence sexuelle. Ses membres accueillent les victimes, proposent des séances de psychothérapie, et tentent de sensibiliser les policier•es.

À lire aussi : Je suis un homme victime de viol conjugal — Témoignage

Sam Thompson a notamment offert une performance de DJ durant 48h non-stop pour récolter des sous qui iront à l’association.

Sam Thompson a été profondément changé par cette agression.

« Avant que ça m’arrive, je ne savais même pas que ça pouvait arriver aux mecs, et ma famille ou mes amis non plus.

Je veux dire aux hommes ayant survécu à ce genre d’agression, ou aux hommes qui vont y survivre, que tout va bien, et que tout ira bien.

Qu’ils sont toujours des hommes, que les gens vont les croire et les aider. C’est dur, mais il faut avoir confiance. »

L’association Survivors Manchester a récolté plus de 5 500£ grâce à l’action de Sam Thompson.

Cet homme m’inspire, il a non seulement vécu une terrible agression mais en plus il a la force de se battre pour que les autres hommes dans sa situation se sentent moins seuls.

Je suis impressionnée par son courage !

À lire aussi : « Pourquoi le viol, c’est vraiment hilarant », la vidéo qui brise le coeur

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Mymy

Mymy, entre deux bouquins qu'elle chronique parfois en vidéos, est la rédac-chef adjointe/correctrice/community manager de madmoiZelle. Elle aime rester chez elle, les chatons mignons, la raclette du dimanche et les séries télé avec des retournements de situation dedans.

Tous ses articles

Commentaires
Forum Facebook
  • Jorda
    Jorda, Le 30 juillet 2017 à 0h38

    Nyxi
    Si un policier/gendarme vous dit qu'il ne peut pas enregistrer votre plainte c'est illégal et il faut lui rappeler qu'il est en devoir de prendre votre plainte. Elle n'aboutira peut-être à rien, sera classée sans suite directement mais le dépôt de plainte ne peut pas être refusé.
    On peut carrément menacer d'écrire directement au procureur de la république, dans ce cas.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!