Avec le hiplet, la danse classique se mêle au hip-hop

Par  |  | 9 Commentaires

Découvrez le hiplet, une danse hybride qui allie les pointes du classique aux ondulations rythmées du hip-hop, et qui fait de plus en plus parler d'elle aux États-Unis !

Avec le hiplet, la danse classique se mêle au hip-hop

Mise à jour du 22 mars 2017 — La température est peut-être redescendue, mais pour le hiplet et ses danseuses survitaminées, la météo est toujours au beau fixe !

Dans ce petit documentaire diffusé par Great Big Story, les filles du Chicago Multicultural Dance Center continuent de nous mettre les poils (et le seum total tant leur swag n’a pas de limite) tout en revenant sur le buzz autour du hiplet.

Hip-hop + ballet? Yup. It's called Hiplet, and the dancers at the Chicago Multi-Cultural Dance Center (CMDC) show us how it's done.

Publié par Great Big Story sur jeudi 16 mars 2017

Désormais, tu sauras tout du « Twist in and out », du « Vivienne », du « Moonwalk » (sur pointes s’il vous plaît) et autres mouvements extrêmement cool qui font la spécificité de cette danse.

Mais ce qu’on retient surtout de cette vidéo, c’est l’opportunité que permet le hiplet aux danseuses formées au ballet afin de trouver une place dans l’univers très fermé, très blanc et très codé de la danse classique.

Pour le fondateur de l’école, Homer Hans Bryant, bien plus qu’une danse, le hiplet représente un véritable outil d’empouvoirement pour celles qui le pratiquent, comme l’affirme la danseuse Zipporah Wilson dans la vidéo :

« J’ai grandi en pensant que je ne pourrais jamais faire de ballet à cause de la couleur de ma peau. […] Le hiplet m’a montré que je pouvais tout danser. »

Dans une interview de 1991, Nina Simone, les larmes aux yeux, racontait qu’après avoir été refusée à l’institut de musique classique de Philadelphie en raison de sa couleur de peau, elle n’avait jamais pu réaliser sa carrière de pianiste.

1991, Nina Simone et la musique classique

Ce soir les Grammy Awards rendent hommage à Nina Simone. En 1991 elle évoquait ses rêves de musique classique brisés par le racisme.

Publié par Ina.fr sur dimanche 12 février 2017

Elle aurait peut-être été heureuse de savoir qu’aujourd’hui, les choses sont en train de changer. Et ce n’est pas nous qui allons dire le contraire !

Mise à jour du 7 janvier 2017 — Le hiplet continue sa conquête : le site AJ+ s’est à son tour intéressé à cette nouvelle danse, et a interviewé son créateur Homer Hans Bryant.

Le professeur répète sa volonté de moderniser la danse classique, et espère monter à terme sa compagnie de hiplet.

Vu l’engouement que sa nouvelle discipline créée aux États-Unis, cela pourrait bien se réaliser !

Article du 17 décembre 2016 —

Connaissez-vous… le hiplet ? Cette danse hybride a été créée en 2007 par Homer Hans Bryant, fondateur et directeur artistique du Chicago Multicultural Dance Center qui a notamment donné des cours de danse à Lady Gaga ou Sasha et Malia Obama.

Le hiplet : le hip-hop sur pointes

Pour rester près des jeunes et dans l’air du temps tout en intéressant ses élèves au classique, Bryant a mis au point cette sorte de hip-hop sur pointes : le hiplet allie la grâce et la hauteur du classique avec le rythme et la puissance du hip-hop, permettant aux danseuses de faire leur propre dosage entre l’urbain et le « féérique ».

Le professeur de danse a posté des extraits de sa création sur sa page Instagram, et ça a été la révélation : ses danseuses se sont produites sur des plateaux télé, lors d’une soirée TedX, pour un défilé Vogue…

Et hier, Refiney29 a dévoilé une vidéo puissante avec trois d’entre elles précisant leur vision du hiplet tout en en faisant une démonstration sans appel sur Ex Calling de 6lack.

Le hiplet, une danse d’empouvoirement

Camryn Hutchinson, Nia Lyons et Nia Parker nous expliquent sur des pas hypnotisants que quand elles dansent, elles rentrent dans « un autre monde ».

Même si c’est du hiplet, elles soulignent qu’elles ont toujours besoin de maîtriser la danse classique, mais que pour cette nouvelle danse, au lieu de la mentalité féérique du classique, il s’agit d’empouvoirement féministe.

« Ton corps suit le mouvement, et a cette connexion entre les émotions et le mouvement. »

Tour à tour provocatrices, altières, poétiques et nonchalantes, elles nous montrent que le hiplet ouvre tout un nouveau panel d’expressivité aux danseuses. La conclusion ?

« J’imaginais que j’étais au téléphone avec mon ex : la lionne ne se préoccupe pas de l’opinion du mouton. »

Alors, qu’est-ce que tu penses du hiplet ?

Melissa

Mélissa fait les témoignages, mais ce n'est pas elle qui vit toutes les histoires qu'elle raconte - et heureusement parce que sa vie serait un peu compliquée ! Elle aime les pois et s'empiffrer de Kinder en sirotant son thé.

Tous ses articles

Commentaires
Forum (9) Facebook ()
  • Little Moi-Même
    Little Moi-Même, Le 1 juillet 2017 à 10h57

    Je n'ai pas l'impression qu'ils cherchent à faire de la danse classique ici. Du coup, les critères de beauté et de techniques classiques n'ont vraiment pas lieu d'être à mon sens. Oui, le coup de pieds ne ressors pas, oui, les jambes sont pliés, oui, les danseuses ne font pas les frêles femmes délicates qui volent et oui les danseuses ont des formes (pas comme dans le classique) et? Ce n'est pas ce qui est recherché donc bon.
    Placer les pointes dans un contexte autre que classique c'est rafraîchissant franchement. Je ne vois pas pourquoi cette technique ne devrait se cantonner qu'à sa définition dans la danse classique. Le changement c'est bien aussi. La danse, ça s'innove aussi.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!