Des harceleurs de rue pris en photo sur le vif

Hannah Price, photographe, a décidé d'immortaliser ceux qui la harcèlent dans la rue juste après leur sifflement, interpellation ou insulte.

Hannah Price est une photographe basée à Philadelphie. Son travail, elle le tourne principalement vers les minorités américaines. Mais elle a aussi choisi de mettre le harcèlement de rue en lumière dans une série de clichés : elle photographie ceux qui la harcèlent juste après qu’ils ont fait connaître leur intérêt sexuel pour elle.

Dans une interview pour The Morning News, Hannah Price explique que ce n’est que lorsqu’elle a emménagé à Philadelphie qu’elle a rencontré le harcèlement de rue. Elle raconte également comment elle procède pour photographier les hommes qui l’interpellent :

« Une fois qu’un mec m’a sifflée, selon la situation, je prends spontanément la photo ou je vais jusqu’à lui pour lui demander si je peux l’immortaliser. Généralement, ils acceptent et on parle de nos vies tandis que je prends le cliché. »

Cette idée est plutôt intéressante et ce pour plusieurs raisons. Premièrement, cela permet un échange entre les harceleurs et leur victime. Se faire prendre en photo, voire discuter avec Hannah, permet de rappeler qu’elle n’est pas un objet, qu’elle peut répondre à sa façon, qu’elle réagit à leurs sifflements ni attendus, ni désirés. Ça peut d’ailleurs les inciter à réfléchir sur ce qu’ils trouvent naturel en terme de séduction, alors que ça ne l’est pas.

D’un point de vue artistique, ça permet aussi de mettre en lumière des regards différents, de celui qui continue de jouer de son regard de lover du dimanche à celui qui s’en fout en passant par un autre qui se repent presque.

via

Big up
Viens apporter ta pierre aux 40 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Moukinette
    Moukinette, Le 19 octobre 2013 à 22h30

    hawley;4424382
    @morganegirly J'ai cherché des infos sur Philadelphie suite à ta remarque, parce que c'est vrai qu'elle photographie beaucoup de personnes noires, ça m'a fait tiquer aussi.

    La répartition ethnique se caractérise par le fait qu'aucun groupe n'est majoritaire : la proportion des Blancs est faible (45 %) [...] Les Afro-Américains forment une communauté importante (43,2 % du total) et en augmentation. Ce groupe se concentre dans les secteurs situés à l'ouest et au nord du centre-ville. (wikipédia)

    Du coup comme l'a dit @fab je pense qu'elle doit vivre dans un quartier où la population afro-américaine est plus importante, et où par extension, les personnes noires ne harcèlent pas davantage que les personnes blanches mais sont juste plus présentes. A mon avis une personne de Philadelphie ne le prendra pas forcément dans le sens raciste, pas plus qu'un Suédois ne s'étonnerait de ne voir que des blonds sur un travail de ce genre effectué en Suède.

    Mais effectivement, si on considère que ce travail est amené à circuler à travers le monde, ça peut paraître vouloir véhiculer un message complètement différent aux autres populations où les personnes noires sont en minorité. Comme toi j'espère que ça ne sera pas récupéré...
    Mais ça change quoi qu'il y ait que des noirs sur les photos ? Je suis pas allée faire des recherches sur la nana mais c'est quoi la probabilité qu'elle soit elle aussi noire ? On s'en fout, juste elle prend des photos dans son quartier, si elle habite dans un quartier à majorité noire, je trouve que ça ne change pas grand chose, le reste de la gent féminine se rend bien compte que ce genre de situations arrive dans la plupart des quartiers du monde entier !

    :)

    enfin tout ça pour dire que je suis d'accord avec toi, c'est seulement cette polémique sur la proportion de noirs qui détourne complètement du sujet principal ! En tout cas après avoir lu les commentaires de toutes les madz, j'en viens plus ou moins à la conclusion que cette démarche peut encore être améliorée (je me dis que peut-être filmer en caméra cachée serait plus parlant, mais pas en traînant dans des quartiers chauds comme la fille belge l'a fait il y a un an ou deux, car direct ça conditionne le public dans l'idée qu'elle s'est mise dans un contexte à risque de façon volontaire pour la vidéo). Moi je le ferais bien tiens ! Qui est pour ? :P

Lire l'intégralité des 40 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)