Kayane, gameuse pro, remporte une victoire contre son harceleur

Par  |  | 7 Commentaires

Depuis plusieurs mois, Kayane faisait face aux attaques répétées d'un harceleur au comportement inquiétant. Après avoir décidé de porter plainte en février, elle raconte comment les choses ont évolué.

Kayane, gameuse pro, remporte une victoire contre son harceleur

Mise à jour du 17 mars 2017 — Il y a du nouveau dans l’affaire du harceleur de Kayane !

Petit retour sur l’histoire : gameuse pro et présentatrice sur Game One, Kayane était victime depuis plusieurs mois de harcèlement. Un homme la suivait à toutes ses conventions, avait adopté avec elle un comportement extrêmement gênant.

En février, elle avait décidé de prendre les choses en mains en le coinçant avec ses proches et en appelant la police.

L’homme avait été placé en garde à vue, puis relâché faute d’arguments convaincants (des tas de photos et de messages bizarres n’étant visiblement pas suffisants).

Mais cette fois, le harceleur a été placé en garde à vue, puis en hôpital psychiatrique pour plusieurs mois afin d’être soigné.

Quand Kayane avait décidé de porter plainte et de dévoiler l’affaire sur Internet en février, l’opération avait donné l’impression d’un coup d’épée dans l’eau. Non seulement aucune mesure n’avait été prise, mais en plus l’homme avait semblé prendre ça à la rigolade en envoyant d’autre messages inquiétants à la présentatrice.

Sur son compte Facebook, Kayane a précisé que cette mesure a été prise suite à une longue mobilisation. Elle a dû aller régulièrement au commissariat pour compléter sa plainte, et prendre un avocat.

Sur Internet, elle a néanmoins fait appel à la tolérance face à cet homme qui est de toute évidence malade.

Même si tout n’est pas encore fini, c’est une bonne nouvelle pour Kayane. C’est aussi un message encourageant pour toutes les victimes de harcèlement : avec de la persévérance, on peut enfin se faire entendre.

Initialement publié le 22 février 2017 — Kayane, c’est une personnalité incontournable du jeu vidéo en France : présentatrice chez Game One, joueuse pro de Street Fighter et championne de SoulCalibur dans son adolescence, elle s’est forgée une chouette réputation.

En plus de massacrer tout le monde à Street Fighter, la jeune femme a rassemblé une solide communauté — qu’elle doit en partie à sa sympathie évidente et à son implication pour ses fans. La jeune joueuse qu’on rencontrait en 2015 en interview canapé a bien grandi !

À lire aussi : Jouez à un blind-test « musique de jeux vidéo » avec Kayane, gameuse pro !

Mais cette semaine, ses réseaux sociaux prêtaient beaucoup moins à sourire. En effet, Kayane a décidé de témoigner du harcèlement qu’elle subit depuis six mois, et contre lequel elle a décidé d’agir.

Kayane et son histoire de harcèlement terrifiante

Tout commence il y a six mois.

Kayane est très investie dans son domaine : en plus de ses entraînements et de son travail chez Game One, elle se rend à de nombreuses conventions où elle est invitée. De fait, elle rencontre beaucoup ses fans.

Les conventions ont lieu dans toute la France, et Kayane se rend compte très vite qu’un homme en particulier est là tout le temps. Il insiste à chaque fois pour faire des selfies avec elle, ce qu’elle accepte même si ça commence à la mettre mal à l’aise.

Les choses deviennent de plus en plus en plus bizarres. Kayane découvre un compte Instagram (fermé depuis) avec son vrai prénom et celui du type en question associés : il poste tous leurs selfies dessus, mais va même jusqu’à fouiller le Web pour trouver des photos d’elle petite et de ses parents.

Sur le compte, il explique régulièrement qu’elle est « sa femme » et qu’il l’aime.

Et puis tout s’enchaîne le soir du lundi 20 février. À l’occasion de ses dix ans, le magazine Gameblog organise un live événement auquel elle est invitée… Et son harceleur a décidé de l’attendre. Elle raconte cette soirée dans un long poste détaillé.

« Avant, il se contentait (et c’était déjà trop pour moi) de fouiller Internet et prendre des photos de mes parents, de mes frères et moi petit•es, et de les poster sur son Insta/Twitter.

Mais maintenant il voulait s’immiscer dans ma vie, vraiment, physiquement. »

À lire aussi : Comment réagir quand on croise une célébrité ?

Elle explique qu’elle a appelé la police, qui a refusé de l’aider. Paniquée, elle fait appel à ses frères et à ses ami•es de Gameblog pour l’aider. Finalement, ils sont obligés de coincer eux-mêmes le harceleur pour pouvoir porter plainte.

« On arrive avec mon ami, on gare notre voiture à côté de la sienne pour qu’il ne puisse pas fuir. Je sors de la voiture, je le regarde et il me sourit d’un air « te voilà enfin ! ».

Je le regarde avec beaucoup de mépris et, devant lui, je sors mon téléphone et j’appelle les urgences. Il faut qu’il comprenne que c’est moi qui le dénonce.

En comprenant ce que je fais, il démarre sa voiture et veut tenter de fuir mais mes amis l’en empêchent. Il se résigne rapidement et ne fait rien d’autre.

La police arrive, c’est un soulagement. »

Parler du harcèlement, le bon réflexe de Kayane

Kayane a eu un réflexe salvateur : en parler à ses proches et demander de l’aide.

Certains comportements peuvent nous sembler bizarres bien que socialement admis. Mais lorsqu’on est gêné•e par l’attitude de quelqu’un, on a le droit d’agir.

À lire aussi : J’ai été victime de maltraitance psychologique – Témoignage

De base, Kayane était déjà en droit de remettre à sa place cet homme lorsqu’il prenait des selfies de trop près. D’ailleurs, elle a tenté à plusieurs reprises de le mettre en garde avant d’aller porter plainte.

En ligne, c’est encore plus ambigu : les agissements des autres — auxquels on est encore peu préparé•es — peuvent prendre des proportions démesurées. Rappelons l’acharnement dont est victime Marion Seclin, pour une simple vidéo sur le féminisme.

Quand le milieu du jeu vidéo se saisit du sujet du harcèlement

Sur Internet, les réactions n’ont pas tardé à fuser. La sphère du jeu vidéo a rarement tendance à se saisir de ce type de sujet. Mais Kayane a eu droit à beaucoup de soutien.

Qu’une affaire de harcèlement ébranle autant le monde du jeu vidéo, et de façon positive, c’est plutôt bon signe : ça montre que le milieu se diversifie.

Évidemment, Kayane a aussi fait face à des tweets moins sympas, auxquels elle a répondu avec patience.

Quand on dénonce un harceleur…

Si Kayane a enfin réussi à prouver le comportement inapproprié de l’homme à la police, l’affaire n’est pas terminée.

Un rendez-vous a été pris avec un psychologue, pour prouver l’impact négatif du harcèlement sur elle. Et ce rendez-vous n’aura pas lieu… Avant mai. Aucune mesure n’a été prise pour empêcher le harceleur de l’approcher, aucune protection n’est prévue.

Dans son post sur Twitter, elle explique :

« De par mon vécu, le harcèlement semble vraiment méconnu et pas pris au sérieux. Souvent parce qu’il n’y a pas d’impact physique visible, l’impact est intérieur et est dur à voir.

S’il n’y a pas eu de violence, ce n’est pas très important alors que la violence peut aussi être mentale. »

L’affaire peut encore durer longtemps, mais c’est déjà un premier pas pour Kayane.

À l’heure où le harcèlement devient encore plus simple avec Internet, cette histoire nous montre qu’il est important d’agir et de bien s’entourer face à ce type de problème.

À lire aussi : « Stop cyber-sexisme » lutte contre le harcèlement en ligne

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Lise F.

Tombée dans la marmite du jeu vidéo à l’adolescence, Lise cause gameplay, graphismes et OST en toute tranquillité. Pendant son temps libre, elle écrase des gens sur Splatoon avec un grand rire machiavélique et donne des coups de pelle à ses voisins sur Animal Crossing. Ses autres passions sont faire et manger des cookies, dormir et râler.

Tous ses articles

Commentaires
Forum (7) Facebook ()
  • Gazpacho
    Gazpacho, Le 17 mars 2017 à 20h44

    @Ysallyra mise en danger de la vie de la personne au sens large en fait. Genre si il la drogue à son insu, etc, ça peut constituer un motif valable (ajouté à tous les autres).
    Cette histoire me fait perdre foi dans la justice française. Je n'imaginais pas qu'on avait si peu d'aide en cas de harcèlement avec preuves à l'appui...

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!