Guy Môquet dans tous les lycées ce matin

A la demande de Nicolas Sarkozy d’inscrire sa lecture au sein des lycées, la lettre de Guy Môquet, jeune résistant communiste fusillé le 22 octobre 1941, a été lue ce matin dans tous les lycées de France, provoquant une vive polémique au sein du corps professoral. Alors, selon toi, instrumentalisation politique de l’école (sur fond […]

Guy Môquet dans tous les lycées ce matin

A la demande de Nicolas Sarkozy d’inscrire sa lecture au sein des lycées, la lettre de Guy Môquet, jeune résistant communiste fusillé le 22 octobre 1941, a été lue ce matin dans tous les lycées de France, provoquant une vive polémique au sein du corps professoral.

Alors, selon toi, instrumentalisation politique de l’école (sur fond de moralisation de la jeunesse ?) ou bien un symbole fort dans le but de créer une unité nationale ?… 

Le texte de la lettre d’adieu de Guy Moquet, fusillé le 22 octobre 1941.

Ma petite maman chérie,
mon tout petit frère adoré,
mon petit papa aimé,

Je vais mourir ! Ce que je vous demande, toi, en particulier ma petite maman, c’est d’être courageuse. Je le suis et je veux l’être autant que ceux qui sont passés avant moi.
Certes, j’aurais voulu vivre. Mais ce que je souhaite de tout mon coeur, c’est que ma mort serve à quelque chose. Je n’ai pas eu le temps d’embrasser Jean. J’ai embrassé mes deux frères Roger et Rino [1]. Quant au véritable je ne peux le faire hélas !
J’éspère que toutes mes affaires te seront renvoyées, elles pourront servir à Serge, qui je l’escompte sera fier de les porter un jour.
A toi, petit Papa, si je t’ai fait, ainsi qu’à petite Maman, bien des peines, je te salue une dernière fois. Sache que j’ai fait de mon mieux pour suivre la voie que tu m’as tracée. Un dernier adieu à tous mes amis et à mon frère que j’aime beaucoup. Qu’il étudie bien pour être plus tard un homme.
17 ans et demi ! Ma vie a été courte !

Je n’ai aucun regret, si ce n’est de vous quitter tous.
Je vais mourir avec Tintin, Michels.

Maman, ce que je te demande, ce que je veux que tu me promettes, c’est d’être courageuse et de surmonter ta peine. Je ne peux pas en mettre davantage. Je vous quitte tous, toutes, toi Maman, Serge, Papa, je vous embrasse de tout mon cœur d’enfant.

Courage !
Votre Guy qui vous aime

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 58 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Ancien membre
    Ancien membre, Le 9 novembre 2007 à 20h48

    Qu'est-ce qui indique dans mon message que je vois le mal partout ? Rien.

    Pour moi, il n'y a aucune tentative d'instrumentalisation dans cette lettre, et j'ai déjà expliqué pourquoi. Donc, je ne vois aucun mal, en ce sens que Sarkozy ne se fait pas implicitement de la pub :rolleyes:.

Lire l'intégralité des 58 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)