5 glaces d’enfant délaissées par les plus grands

C’est la saison des glaces. Mais que sont devenues celles que nous mangions en culottes courtes ?

5 glaces d’enfant délaissées par les plus grands

Une fois adulte, les glaces se limitent le plus souvent aux cornets ou aux Magnum (les pots de 1L qu’on mange dans le canapé ne comptent pas vraiment comme glaces « individuelles »). Il faut avouer que cela ne rend pas honneur à l’incroyable diversité de choix qui nous était proposée dans notre jeunesse. Pourquoi sont-elles tombées aux oubliettes ? Explications.

Le Mr Freeze

Le Mr Freeze était bien sympathique car il faisait partie des premières glaces déclinées en pas mal de parfums. Mais son principal avantage pour convaincre nos parents à l’époque était son prix peu élevé. De mon temps les Mr Freeze coûtaient 1 Franc. Avec 10 Francs je pouvais régaler tous mes potes.

Aujourd’hui… Et bien l’inflation est passée par là, faisant dramatiquement chuter ma consommation. Bien sûr rien ne vous empêche de faire vos Mr Freeze vous-même. Par exemple en mettant de la grenadine dans des moules à glaçons funky mais ça n’est pas exactement la même chose. Suçoter consciencieusement un vieux bout de plastique est un plaisir de l’enfance qui restera à jamais inégalé.

Les Solero Shots

Les Solero Shots étaient tout aussi rafraîchissants mais la glace se présentait sous forme de billes. Original mais pas très pratique à manger. L’emballage innovant était supposé nous sauver. Sauf que c’était une belle arnaque. Si tu ne mangeais pas ta glace assez vite (par exemple en la gardant à la main histoire de frimer un peu sur la plage) les billes se transformaient en purée et le carton faussement imperméable finissait par fuir, rendant tes mains toutes poisseuses.

En fait l’emballage en carton pseudo-étanche se retrouvait sur un tas de produits (Calippo, Pousse-Pousse à l’orange). On s’en fichait toujours plein les doigts mais AU MOINS les Solero Shots avaient le SWAG (rapport au naming anglais et aux petites billes avant même que le terme « cuisine moléculaire » ne soit inventé). Par contre on n’a jamais su exactement le parfum de ce qu’on mangeait (c’était vert donc, citron ? Pomme-citron vert ? Cactus ?)

Le Maxibon

Le Maxibon (restons modestes) alias l’invention diabolique d’une glace en deux parties. Un côté « esquimau » avec une glace vanille recouverte de chocolat et un côté « sandwich » où la glace est prise entre deux biscuits. Tout ceci présageait une orgie hyperglycémique mais il y avait une ombre au tableau : il était impossible de manger un Maxibon proprement.

Naturellement tout le monde débutait avec la partie esquimau qui se dévorait à peu près correctement en tenant la partie biscuit entre ses doigts. Le sandwich en revanche était immangeable puisque la glace ayant légèrement fondue et prenait la fuite dès que tu exerçais une légère pression sur le biscuit. Une seule solution: tout fourrer dans sa bouche en une seule fois et givrer ses neurones par la même occasion.

Le Gervais à glacer

Pendant un certain temps, des Gervais étiquettés « à glacer » furent vendus légèrement plus chers que les Gervais classiques. J’ignore si leur composition changeait réellement, toujours est-il que les familles ne se sont pas faites avoir bien longtemps.

Pourquoi payer plus cher alors qu’un Gervais tout à fait classique se suffisait à lui-même une fois qu’on avait planté une cuillère dans le pot et fourré le tout au congélo pour deux heures ? Acheter un Gervais à glacer, c’était tomber dans un piège marketing grossier. Une erreur qu’on ne fait plus à l’âge à adulte. En contrepartie il faut aujourd’hui assumer de passer à la caisse avec un pack de 24 petits suisses (« c’est pour mon neveu ! »)

Life hack n°182 (source)

Le pot vanille/fraise ou vanille/chocolat

Le pot bicolore fait sans l’ombre d’un doute partie du patrimoine national de l’enfance française. Nous l’avons connu dans toutes les cantines scolaires et autres structures collectives que nous avons pu fréquenter. Pourquoi perd-il en popularité quand nous grandissons ?

D’abord parce que, par définition, une portion enfant est minuscule. Ensuite, parce qu’il y a encore plus minuscule que la glace : la cuillère en plastique avec laquelle on est sensé la manger. Quand il devient difficile de saisir entre ses gros doigts d’adulte une cuillère qui ne dépasse pas la taille d’une phalange c’est qu’il est temps de renoncer à cette glace. Triste réalité.

Tu es plutôt team enfance colorée et trop sucrée ou team adulte bourrée d’ingrédients compliqués (cacahuète fourrée à la noix du Brésil) ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 39 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Nanaelim
    Nanaelim, Le 11 juillet 2013 à 10h09

    wakachja;4236968
    Je me souviens encore des glace à l'eau Timon et Pumba qui avaient plusieurs goûts et où il y avait des bonbons en formes d'insectes, c'était coooool :yawn:
    Raaaah trop bon :) Avec mon petit frère on mangeai que ça tout l'été ^^

    Par contre les maxibons :sick2: Le gateau tout trempé de glace vanille dégueule non merci!!!
    J'aime vraiment pas le mélange glace/gateau!

    Et depuis que je suis au Japon j'ai vu qu'ils faisaient des super glaces: dans des poches avec un petit bouchon, comme des pompotes ^^

Lire l'intégralité des 39 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)