La découverte du monde en un gif

L'historien Edward Quin a publié en 1830 un atlas contenant une série de cartes du « monde connu » selon les Britanniques. Des petits malins en ont fait un gif.

La découverte du monde en un gif

Au tout début, le monde n’était qu’une toute petite Terre, composée de l’Eden et de la Terre de Nod. Autour, euh… de l’orage. Beaucoup. C’est ainsi qu’Edward Quinn représentait le commencement de notre planète.

Dans son livre Historical Atlas in a Series of Maps of the World as Known at Different Periods, with an Historical Narrative (Atlas historique en une série de cartes du monde tel qu’il était connu à différentes périodes, avec un récit historique), il propose vingt-et-une cartes, toutes à la même échelle et du même point de vue. Celles-ci nous permettent de comprendre la conception de l’histoire mondiale de l’époque.

L’historien a recouvert tous les pays qui n’avaient pas été découverts par de gros nuages noirs. Une bien sombre façon de représenter l’inconnu… 186 ans après, grâce à la magie de l’Internet, toutes les cartes ont été rassemblées en un seul gif. Et c’est complètement hypnotique. En 40 secondes exactement, on peut voir comment la vision du monde selon les Britanniques a évolué en trois millénaires, de 2348 avant J.-C. à 1828.

Si (contrairement à moi) tu as réussi à ne pas regarder ce gif cinquante fois d’affilée pour en comparer tous les petits détails, je te tire mon chapeau (même si j’en porte pas). Si ta fascination n’a pas de limites, tu peux retrouver l’explication précise de chaque carte dans cet article !

via

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 3 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Lililapi
    Lililapi, Le 5 janvier 2014 à 17h15

    Ce que je trouve le plus intéressant c'est pas que ça soit ethnocentré, on est en 1830 et la connaissance du monde par les européens continue à exploser, mais d'essayer de comprendre le point de vue de l'historien britannique.
    Ca commence par le "déluge" dans les environs de l'actuel Israel. puis ça passe directement à Rome. On passe même par l'Empire d'Alexandre le grand et ce qu'en l'an 1 qu'apparait sur la carte l'Angleterre alors que c'est selon un britannique.

    On voit une propagation de la civilisation chrétienne en s'incluant des racines gréco-romaine et aussi loin que la Bible le permette. Ca tranche avec une vision plus nationale un siècle plus tard (et déjà dépassée pour une vision cette fois globalisée), que l'on aura en France avec la formule "nos ancêtres les gaulois" On sent qu'on est clairement dans une vision du monde différente de la notre où tout le monde est connecté
    Du coup on peut penser que si un britannique faisait la série de carte selon la même consigne ça n'aurait rien à voir en fonction de l'époque. Pour un historien du XXe siècle ça serait surement d'abord avec une petite tribus quelque part vers l'actuel Londres, puis l'Ecosse, Pays de Galle avant de se rattacher au continent... Plutot que ces origines très Biblique pour l'humanité a été créée par Dieu à un endroit et à un moment précis.
    Pour un historien actuel qui se refuse toute vision "ethnocentrée" il ne manquerait pas grand chose au départ à part des endroits vraiment reculés.

Lire l'intégralité des 3 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)