Génération Mad #48 — Es-tu à l’aise avec ta nudité ?

Dans ce Génération Mad, les madmoiZelles nous parlent de la relation qu'elles entretiennent avec leur nudité.

Revoyez les quarante-sept premiers épisodes en attendant le prochain : dimanche 28 août 2016 à 18h !

Chaque dimanche à 18h, vous pourrez retrouver une nouvelle vidéo, avec les réponses des madmoiZelles à une question donnée. Rendez-vous dimanche prochain !

Venez répondre à la question
dans les commentaires !

On souhaite que Génération Mad soit participatif ! N’hésitez pas à participer et à répondre à la question de votre point de vue dans les commentaires de cette vidéo !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 6 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Zute
    Zute, Le 22 août 2016 à 3h03

    Team "constamment à poil à la maison" !
    Par contre quand je ne suis pas toute seule c'est plus compliqué... et très incohérent en fait. Une drôle de façon de considérer de manière morcelée différentes parties de mon corps et les traiter différemment... ce qui ne vient probablement pas du néant (sexisme qui réduit les femmes à des morceaux de corps constamment jugés pour leur acceptabilité ou non, t'as raison d'avoir les oreilles qui sifflent).
    J'ai du mal à mettre des shorts avec mes mollets poilus (oui je préfère crever de chaud que même juste envisager d'arracher un seul poil de mon corps pour faire plaisir à des personnes extérieures), tandis que ma toison pubienne n'est absolument pas une seule seconde de ma vie un soucis (dans un cadre plus privé bien sûr :happy:), et je pourrais me promener toutes fesses et minou à l'air dans la plus grande tranquillité, alors que je ne supporte pas de découvrir ma poitrine et mon ventre même devant les personnes avec qui je partage le plus d'intimité...

    ET du coup j'en profite pour dire quelque chose que je pense important (en tout cas le réaliser a été important pour moi) :
    Autant je trouve ça super de travailler sur son rapport à son corps, de dire fuck aux normes et aux complexes et s'aimer telle qu'on est, d'être ou de de faire le chemin d'être totalement à l'aise dans sa nudité, autant ça me rend triste d'entendre dire par une fille dans cette vidéo "le jour où je me retrouverai face à un partenaire qui devra me voir nue je sais pas si j'arriverai à bien le vivre" comme s'il y avait quelconque espèce d'obligation à ça...
    Je pense qu'il n'y a pas à se forcer à faire quelque chose qui nous met mal à l'aise parce que "c'est comme ça que ça doit se faire" ou qu'unE partenaire pense que ça serait bien qu'on prenne sur nous pour résoudre enfin ses années de complexes à la vitesse qui l'arrange pour ses beaux yeux à ellui sous couvert de "c'est pour ton bien".

    Je dis ça parce que j'ai été avec une personne qui insistait pour que je sois nue avec elle, et que je cédais entre autres parce que je pensais que c'était un passage obligé quand on est amoureux, une contrainte, et du coup je me retrouvais toute coincée et très mal à mon aise au lieu de profiter du moment de manière plus détendue comme j'aurais aussi bien pu le faire, et cette personne trouvait que c'était vachement bien parce que j'étais allée au delà de mes limites et étais à son avis en train de les dépasser. Inutile de dire que ça a été tout le contraire, ces limites n'ont jamais bougé en sa compagnie et n'avaient aucune raison de le faire si ça n'était pas ma décision, en fait elles sont même encore plus solides, et je pense que si je me trouvais à présent envoyée à un de ces moments-là dans le passé, je lui mettrais un bon coup de coude dans le pif pour tout ça, et que je me dirais à moi même, "tu fais exactement ce que tu veux, quand tu le veux, et si tu ne le sens pas, c'est ton droit et personne n'a à insister sous quelconque excuse que ce soit".
    Alors non ça n'était pas forcément optimalement agréable pour moi de me sentir limitée par mes complexes (et ça c'est une bonne raison pour moi de décider de faire en sorte d'être plus en paix avec on corps), mais c'était encore moins agréable d'être nue à ces moments-là parce que quelqu'un d'autre avait à peu près réussi à me convaincre que ça me ferait "avancer" et que je croyais que de toute façon, c'est comme ça qu'il faut faire.

    Julie dit dans la vidéo "nudité et sexualité ne sont pas la même chose", je pense que l'on peut s'attribuer la liberté de considérer que pour soi le contraire est aussi vrai, que sexualité (ou sensualité, ou relation amoureuse) n'implique pas forcément nudité complète et que le fait d'être à l'aise et ne pas avoir l'impression de faire des sacrifices sans le vouloir vraiment compte avant tout. Même si idéalement être à l'aise à poil c'est vachement trop super bien et se défaire de ses peurs à ce sujet si on en a envie, ça déchire, mais ça n'est pas non plus un devoir qu'on a envers quelqu'un.

Lire l'intégralité des 6 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)