Geisha (Arthur Golden)

EMBRACE THE WORLD À neuf ans, dans le japon d’avant la Seconde Guerre mondiale, Sayuri est vendue par son père, un modeste pêcheur, à une maison de plaisir de Kyoto. Dotée d’extraordinaires yeux bleus, la petite fille comprend vite qu’il faut mettre à profit la chance qui est la sienne. Elle se plie avec docilité […]

Geisha (Arthur Golden)

geisha EMBRACE THE WORLD

À neuf ans, dans le japon d’avant la Seconde Guerre mondiale, Sayuri est vendue par son père, un modeste pêcheur, à une maison de plaisir de Kyoto. Dotée d’extraordinaires yeux bleus, la petite fille comprend vite qu’il faut mettre à profit la chance qui est la sienne. Elle se plie avec docilité à l’initiation difficile qui en fera une vraie geisha.
Art de la toilette et de la coiffure, rituel du thé, science du chant, de la danse et de l’amour : Sayuri va peu à peu se hisser au rang des geishas les plus convoitées de la ville. Les riches, les puissants se disputeront ses faveurs. Elle triomphera des pièges que lui tend la haine d’une rivale. Elle rencontrera finalement l’amour…
Écrit sous la forme de mémoires, ce récit a la véracité d’un exceptionnel document et le souffle d’un grand roman. Il nous entraîne au coeur d’un univers exotique où se mêlent érotisme et perversité, cruauté et raffinement, séduction et mystère. 

UP TO CRITICISM 

Les pages se tournent, et la beauté des métaphores ne font qu’éveillés notre soif de Sayuri, jeune geisha emprunte d’une sensibilité frappante. Geisha, avant d’être un livre est tout un monde où naïveté, trahison, liberté, souffrance et espérances s’emmêlent. Mais quel époustouflant chef d’œuvre : immersion dans le mystère des okiyas, à l’époque où le Japon connaît la crise de 1929, à la fin de la première guerre mondiale. Le destin s’impose à vous et Sayuri le sait ; elle sera geisha.

Terme qui, à notre grande surprise, ne cache pas une vulgaire prostituée mais une femme entretenue, dépendant totalement de son «  danna  » (protecteur). Sa profession est de plaire aux hommes à l’aide de rituels tels que le chant et la danse en honorant les soirées par sa grâce et ses talents.

La découverte d’une culture, à travers les mots d’Arthur Golden ; si fins qu’ils sauraient vous caresser la peau de la texture des tissus, faire frissonner l’échine du vent qui souffle dans le creux des nuques, et aiguiser notre mémoire olfactive d’odeur et d’agitation dont les rues grouillent.  Mais prenez garde mesdames, derrières tant de costumes et de maquillage se cache les battements d’une âme. Et une chose est sûre ; le pays du Soleil Levant n’aura pas fini de nous éblouir.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 7 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Ceey.
    Ceey., Le 6 septembre 2009 à 15h33

    Je l'ai relu récemment et fini en une journée.. Je l'ai dévoré !
    Vraiment un très bon livre qui enlève tous les aprioris sur les Geishas.
    On se demande comment un américain a pu écrire un aussi beau livre sur les Nippones !

Lire l'intégralité des 7 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)