Gaspar Noé réalise Love in Motion, le clip de SebastiAn qui fait polémique

Gaspar Noé a réalisé le nouveau clip de SebastiAn, Love in Motion. La vidéo, jugée borderline, vient d'être retirée de YouTube pour "non respect des conditions d'utilisation".

On n’en attendait pas moins de celui qui a réalisé Enter The Void : Gaspar Noé, à l’origine du nouveau clip de SebastiAn, vient de pondre une vidéo qui met mal à l’aise, sans qu’elle ne soit ouvertement révoltante.

Ambiance lugubre, étrangement intimiste, mouvement de caméra maison. Une petite fille (quel âge a-t-elle ? 9 ? 10 ? 11 ? Peut-être 12 ans ?) se dandine, mi-tigresse qui sait ses charmes, mi-enfant qui s’amuse. Elle danse sur son lit, regarde l’objectif, consciente qu’on la regarde, heureuse qu’on l’observe.

Séductrice ? Joueuse ? Ou juste une fillette dont le corps n’est pas encore transformé par l’adolescence, mais qui maîtrise déjà l’art et la manière de se déhancher ? Et que faut-il penser lorsqu’après 2 ou 3 mouvements de bassin bien maîtrisés, elle se jette au sol et avance comme une louve sensuelle ?

C’est un garçon (son frère ? un camarade de classe ?) qui la filme. Les couleurs sont chaudes, parce que la chambre est tamisée, comme peut l’être n’importe quelle chambre. La petite fille est maquillée, le crayon khôl a coulé, comme sans doute l’innocence à mesure que l’on grandit.

Malaise : cette mineure est sensuelle. Même sans poitrine, même sans cul galbé. Trois pas de danse lascive, des regards caméra, une queue de cheval qui virevolte et des jambes nues; et le tour est joué. Faut-il s’en vouloir de trouver la gosse plutôt lubrique ? Les attributs de la séduction sont pourtant là. Feignent-ils de s’ignorer ? Et qui nous a ouvert la porte de cette chambre d’enfants ?

À peine sorti, le clip fait déjà l’objet du polémique. À moins que que ce soit l’inverse. C’est peut-être la polémique qui fait le clip, et l’on est en droit de soupçonner Gaspar Noé d’avoir cherché à se faire interdire pour le buzz.

À moins que le réalisateur nous présente ici une critique acerbe de l’hypersexualisation des plus jeunes ? Car tandis que la société leur impose d’être de femmes de plus en plus tôt, les voir se mouvoir langoureusement nous pousse dans nos retranchements.

Gaspar Noé avait déjà réalisé « Protège moi » de Placebo il y a quelques années : 

Chargement du lecteur...

En attendant, « ridicule », « maladroit », « révoltant », « aussi subversif qu’une trousse Che Guevara » ou « intelligent », « subtile », et « grandiose », peu importe : avec ce clip, SebastiAn a réussi à nous faire écouter un morceau mauvais comme les raviolis en conserve que j’ai mangé ce soir. Pédo-érotisme ou pas.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 19 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Ramya
    Ramya, Le 7 mars 2012 à 18h02

    Tiens, j'y pense. Même si seule l'apparence compte, est-ce qu'il s'agit vraiment d'une petite fille ou bien d'une jeune femme ayant un corps proche de celui d'un prépubère?

    Je dis ça parce que je vois souvent dans les hentaï (pas les mangas mais ceux avec de vrais acteurs), des actrices asiatiques ayant la vingtaine, toutes petites (moins d'1m55 disons), avec un corps très peu ou pas formé du tout, sans être maigres pour autant, bref comme celui des petites filles.
    Illusion renforcée par les attitudes, les vêtements et le jeu d'acteur mais extrêmement crédibles si l'on ne regarde pas en détail.

    Dans le clip, sur certains gros plan du visage de l'actrice, ça m'y a fait fortement pensé.

Lire l'intégralité des 19 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)