« Game Over », l’excellent reportage d’Arte sur les jeux vidéo

Arte a diffusé dimanche soir « Game Over », un reportage très intéressant consacré aux jeux vidéo, notamment aux MMORPG.

« Game Over », l’excellent reportage d’Arte sur les jeux vidéo

En voyant le début du titre tu as cru que j’allais moi aussi te parler du dernier clip de Maitre Gims et de Vitaa, petite malicieuse ! Pour la peine, on va enrichir un peu ta culture vidéoludique avec ce très bon documentaire que nous propose Arte et que tu peux regarder en replay par ici.

SPOILER ALERT : Je vais un peu commenter le docu à partir d’ici, donc si tu veux d’abord le regarder avant de lire la suite ou passer directement à la fin de l’article, c’est le moment.

Un headshot pour les clichés

Après une brève introduction sur l’histoire des jeux vidéo (avec les traditionnels PongSpace Invaders et Pac Man — entre autres), le reportage rappelle quelques chiffres qui remettent en perspective l’impact de l’industrie du jeu dans notre société actuelle : avec près de soixante milliards de dollars de chiffre d’affaire au niveau mondial, le marché du jeu explose allègrement celui du cinéma. On apprend également que chaque semaine, dix millions de joueurs se connectent sur WoW (World of Warcraft) et que la majorité des gamers a plus de trente ans et joue environ douze heures par semaine.

Ces quelques données mettent un petit coup dans la tronche de certains clichés qui perdurent encore aujourd’hui (le jeu vidéo serait un marché de niche, surtout destiné au enfants et aux nolife asociaux à tendance psychotique etc. : merci TF1).

Les gold farmers, du virtuel au réel

On part ensuite à Shangai, à la rencontre d’un gold farmer chinois, c’est-à-dire un de ces joueurs de MMO qui tuent des monstres en boucle pour récupérer de l’argent virtuel et le revendre à d’autres joueurs contre de l’argent bien réel.

Cette pratique est bien entendue interdite car elle dézingue l’économie interne du jeu et est considérée comme de la triche, puisque les joueurs les plus riches IRL (dans la vraie vie) peuvent alors devenir plus puissants dans le jeu en pénalisant ainsi les joueurs plus modestes. On peut souligner aussi que ça fait bien suer les éditeurs qui du coup voient leur propre modèle économique s’écrouler, puisque tous les MMO proposent d’acheter des objets et des améliorations pour son personnages en plus de son abonnement, mais à des prix bien supérieurs.

Ce qui est super intéressant avec le reportage est de mettre des visages sur ces fameux farmers en montrant une partie de leur quotidien et de leur situation (je t’avoue que ça me fait pas franchement rêver comme carrière).

Psychologie et jeux vidéo

D’ailleurs le reportage a pris le parti de s’orienter sur la dimension affective et quasi-spirituelle que les joueurs peuvent entretenir avec un jeu vidéo, au travers de différents axes.

Tout d’abord, la création et le développement de jeux avec Jenova Chen, co-fondateur du studio thatgamecompagny qui a créé d’excellents titres comme Flowers ou Journey, salués pour leur originalité et leur onirisme. Le développeur nous parle de ses motivations à créer ce genre de jeux et sa manière dont le gameplay influe sur le comportement des joueurs… et inversement.

On suit également Vanessa Lalo, une jeune psychologue française qui étudie le rapport parfois très intense que peuvent avoir les joueurs avec leurs avatars (le passage du mec qui raconte à quel point il était impliqué émotionnellement dans Final Fantasy XI, tout en ayant honte, est assez émouvant, je trouve).

Elle interroge aussi une étudiante qui raconte comment sa guilde de DotA (Defense of the Ancients) et sa vie IRL se complètent et s’articulent ensemble, ainsi qu’une cosplayeuse japonaise qui explique ce que lui apporte l’incarnation de son personnage préféré d’un point de vue personnel.

Avec Étienne Armand Amato, sociologue et président de l’OMNSH (Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines), elle nous explique l’attrait des joueurs pour les mondes virtuels et les transferts que l’on peut effectuer en jouant. L’hyper-connectivité et la virtualité de plus en plus présente de notre société moderne accentuent encore la facilité que l’on a à investir un de ces mondes pour s’y recréer et tenter d’échapper parfois à une réalité qui déçoit ou ennuie.

Le jeu vidéo, jeune média qui est là pour longtemps

Cette tendance n’est pas prête de s’inverser : le jeu vidéo en étant encore au début de son histoire (comparé au cinéma par exemple), on s’attend dans les prochaines années à voir émerger de nouveaux concepts (autre que les courses de voitures ou la baston, qui jouent sur nos instincts primaires), plus surprenants et dépaysants, et qui aminciront toujours plus les frontières entre virtuel et réel.

En bref, ce reportage soulève de nombreux points très intéressants concernant le jeu vidéo en tant que loisir mais aussi en tant que « mode de vie », et a l’avantage de donner une vision qui n’est ni alarmiste ni sensationnaliste, contrairement à celle à laquelle on nous a habitué dans les médias généralistes (coucou les journalistes qui considèrent que jeu vidéo = GTA et Call of Duty uniquement, je vous fais des bisous).

La vidéo est disponible jusqu’au dimanche 10 novembre sur Arte.tv, alors n’hésite pas, ça vaut le coup !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 9 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Lilinoa
    Lilinoa, Le 6 novembre 2013 à 17h29

    Le reportage était agréable à regarder et j'ai appris pas mal de chose mais l’amalgame entre les "jeux en réseau" et les mmo est assez atroce. Il y a énormément de jeux en réseau sans avatar (starcraft, League of legends...) où tu ne peux donc pas t'identifier à ton personnage or le reportage ne parle presque que de cette relation joueur/avatar. C'était un peu le festival des clichés sur les jeux en réseau qui te permettent de t'évader et de fuir la réalité. Ils auraient du être clair en ciblant uniquement les MMO sans sous entendre que tous les jeux sont sur le même principe.

Lire l'intégralité des 9 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)