« Galavant » saison 2, c’est fini (et vous devriez vous y mettre)

Galavant, ou la comédie extravagante de l'année dernière, est revenue au galop sur une mélodie entraînante et c'était si bien !

« Galavant » saison 2, c’est fini (et vous devriez vous y mettre)

La saison 1 de Galavant était extravagante, la saison 2 l’est encore plus : plus de chansons, plus de chorégraphies, plus d’invités de marque, et toujours plus loin ! Le programme a été renouvelé in extremis l’an dernier, avec des résultats malheureusement plus que médiocres cette année… je prie tous les jours le dieu des télés pour une saison 3. La série musicale d’ABC monte en galons puisqu’elle gagne deux épisodes supplémentaires par rapport à la saison précédente !

Princess Bride vous manque ? Vous kiffez les Monty Python ? Sacré Robin des Bois est votre plaisir coupable ? Diantre, Glee a changé votre vie ? Compensez en regardant Galavant !

Elle fait partie de ces séries qu’il faut voir pour le croire.

À lire aussi : « Galavant », la comédie musicale médiévale la plus drôle du monde, est annulée

galavant-saison-22

Des chansons à terrasser des dragons

Ce qui marche le mieux dans Galavant, ce sont les paroles des chansons bien entendu. Alan Merken (La petite sirène, Aladdin, tout est de lui) et Glenn Slater (Raiponce) (dire que Zachary Levi devait jouer Gal au début mais qu’à cause d’un conflit de tournage, il a dû décliner…) réussissent à raconter une histoire en chantant.

Quand une comédie musicale réussit vraiment son coup, elle arrive à faire avancer l’intrigue sans avoir besoin de reprendre ses paroles dans du dialogue ! C’est l’une des raisons pour lesquelles je n’aime pas les comédies musicales françaises, car elles se sentent obligées d’écrire les chansons comme des hits pop-variété avec 36 000 fois le refrain, ce qui enlève totalement l’intérêt de la chanson dans une comédie musicale… mais passons. Tout ça pour dire que les acteurs-chanteurs restent tout aussi doués que dans la première saison.

Way back in days of old, there was a legend told, about a hero known as Galavant.

Dans cette saison 2, la promesse de combats épiques permettent des chansons de même envergure, avec une très jolie princess rap battle entre Madalena et Isabella – leurs deux prénoms se terminent en -a, coïncidence ? Je ne pense pas… Tous les airs ne restent pas en tête, mais la première qui ouvre le bal, A New Season aka Suck It Cancellation Bear, je vous assure qu’elle remplit bien son rôle. Compte tenu du miracle de leur renouvellement, les créateurs de la série ne prennent pas de gants et ciblent directement là où ça fait mal : les responsables des chaînes, le manque d’audience, et bien plus encore.

Un humour à renverser la royauté

L’avantage de Galavant c’est qu’elle peut se moquer sans malice de tout et de rien. Littéralement. Surtout des séries actuelles ! C’est certainement le programme le plus meta du moment, et tout y passe : de Game of Thrones (précisément nommée) à Once Upon A Time. La série n’a pas peur des anachronismes et en joue pour dire au spectateur « eh, vous savez, on connaît ça nous aussi et on aime bien », mais jamais de façon condescendante.

Ai-je mentionné les dragons zombies ? Oui, car ce n’était pas tout de se référer à Game of Thrones : il fallait aussi y ajouter une pincée de Walking Dead.

galavant-saison-24

Personne ne se prend au sérieux et tout le monde s’implique à fond pour faire sourire. En tout cas, même l’humour un peu grotesque ne ridiculise pas les personnages, et comme ils jouent la carte à fond, je ne peux qu’admirer leur investissement. Parfois, ils délirent complètement dans la parodie mais ingénieusement car sans en faire trop, et devant cet univers farfelu, je ne peux pas m’empêcher de glousser comme une idiote !

Un rythme effréné à faire suer les chevaliers

L’histoire se dirige là où on ne l’attend pas, mais la narration avance à pas de géants – ou de nains. La saison 1 s’achevait sur un cliffhanger où pour sauver leurs têtes, Gal (Joshua Sasse, dont la barbe a poussé) et Richard (Timothy Odmunson, qui ressort comme le personnage qui se développe le plus) s’enfuyaient sur un bateau pirate grâce à l’aide de Gareth. L’union étonnante des deux anciens ennemis va s’épanouir jusqu’à devenir une véritable bromance.

Leur noble quête : se réapproprier le trône pour Richard, et rejoindre Isabella pour la sauver (et l’épouser) pour Galavant.

galavant-saison23

Et bien sûr, qui dit Moyen-âge, dit sorcellerie et DRAGONS (pas du tout la première chose à laquelle on pense en vrai, mais tant pis) ! Le nouveau personnage qui collecte le plus de louanges demeure Tad Cooper, le dragon – ou est-ce un lézard ?  – de Richard. Citons aussi Roberta, car un nouveau personnage féminin (aux faux airs d’Ygritte) qui sait manier l’épée, c’est toujours classe.

Petite parenthèse sur le Chef Vincenzo et Gwynne qui sont simplement hilarants, car Sophie McShera peut sortir toutes les références à Downton Abbey qu’elle veut puisqu’elle interprète encore un rôle de domestique ! Pourtant, les personnages évoluent clairement, les cruelles révèlent un cœur, et les bourreaux une âme, même s’ils se dirigent inévitablement vers leurs fins…

galavant-saison-24

Des guests-stars de folie

Hugh Bonneville et John Stamos répondent encore présents, même brièvement, mais surtout, la star australienne de la chanson Kylie Minogue fait escale dans la Forêt Enchantée pour entonner une chanson pop à son image ! Des têtes connues venues d’outre-Manche viennent aussi faire un tour, comme Matt Lucas, Eddie Marsan mais aussi Nick Frost.

Leurs participations ne freinent en rien l’action, car ils ne volent pas la vedette mais leur courtes apparitions servent réellement à ajouter du pep’s aux numéros musicaux variés et entrent dans la logique de voyage de la série. La plupart du temps, ils ne font que passer pour leur chanson : quelques répliques, et puis hop, ils repartent !

galavant-saison-25

À lire aussi : « Cats », une comédie musicale cultissime qui mérite d’être vue sur scène

Remarque à la noix : j’ai toujours cru que Galavant était le prénom de Galavant. Mais si son père s’appelle Arnold Galavant (d’ailleurs dans cette saison 2, ce n’est plus Anthony Head qui reprend le rôle qu’il occupait dans la saison 1), c’est qu’il s’agit de son nom de famille ! Du coup, j’ai cherché et j’ai appris qu’il s’appelait Gary. La banalité…

Malgré le maigre espoir d’une saison 3, je continue d’y croire pour ne pas réduire ses chances. Rejoignez-moi dans mes prières car l’union fait la force !

Nota Bene — L’autre comédie comique musicale de chaîne publique actuelle, c’est Crazy Ex-Girlfriend. Elle est tout aussi magique, si ce n’est plus et rivalise d’humour (mais pas de bouffonnerie).

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 7 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Dublin Girl
    Dublin Girl, Le 12 février 2016 à 21h50

    Elle est tellement géniale cette série que je ne comprends pas qu'elle soit si transparente aux yeux du public.
    Cette saison 2 est toujours aussi chouette, mais j'avoue avoir un peu moins accroché sur certaines parties de l'intrigue.

Lire l'intégralité des 7 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)