La Friend Zone, cet endroit merveilleux souillé par la culture du viol

Desireé Dallagiacomo et Justin Lamb cosignent un poème pertinent sur la Friend Zone, ce produit dérivé de la culture du viol, qui pollue l'amitié entre les filles et les garçons.

La Friend Zone, cet endroit merveilleux souillé par la culture du viol

Après Dylan Gravity et son excellent poème sur la friendzone, c’est au tour de Desireé Dallagiacomo et Justin Lamb de s’emparer du sujet.

Si le nom de Desirée vous rappelle quelque chose, c’est parce qu’elle est également co-auteure d’un autre poème qui a retenu notre attention cette année, Real Sex Tips, les vrais conseils sur le sexe.

Elle s’attaque désormais à la friendzone, ce territoire mystérieux, qui continue de traumatiser des « mecs biens » persuadés d’être « trop gentils » et que les filles « préfèrent les bad boys. »

À lire aussi : La friendzone selon le Bagel et Marion Seclin

Il existe une confusion autour du terme friendzone que je voudrais clarifier ici : le fait pour une personne d’en aimer une autre, lorsque les sentiments ne sont pas réciproques, et que cette personne a le choix entre rester ami•e ou couper les ponts, ce n’est pas la friendzone à laquelle ce poème fait référence. Ce premier cas de figure peut arriver à tout le monde : on aime quelqu’un qui ne nous aime pas, entre temps, on est devenu•e•s ami•e•s, mais cette personne ne nous laisse pas aller plus loin avec elle. C’est l’histoire de la vie.

La friendzone dans le sens de ce poème, c’est un sentiment « dû », c’est la conviction d’un garçon que s’il se montre gentil et attentionné avec une fille, elle va forcément l’en remercier. Et la seule véritable façon de remercier un garçon bien sûr, c’est de coucher avec lui.

À lire aussi : 16 mensonges sur le sexe qu’il faut arrêter d’enseigner aux garçons

La friendzone, dans cette seconde définition, est un produit de la culture du viol, qui sous-tend qu’une femme qui n’a pas explicitement refusé une relation, l’a encouragée. C’est cette définition qui doit être déconstruite, car elle concerne exclusivement les hommes, persuadés par leur éducation et la culture médiatique dans laquelle ils baignent, que les femmes leurs doivent du sexe dans certaines conditions

À lire aussi : Culture du viol, consentement et « zone grise »

« The Friend Zone »

– Traduction libre

« À tous les « mecs bien » autoproclamés qui se plaignent d’être mis dans la Friend Zone.
Fermez-là.
Clouez-là.
Claquez vos mouilles.

Nous n’en pouvons plus de vous voir jouer les oreilles compatissantes auprès de vos amies femmes
et de vous entendre vous plaindre lorsque votre bienveillance ne vous obtient pas un plan cul.
Comme s’il n’y avait pas de meilleures raisons de se plaindre
Se plaindre du patriarcat
De ce qui te semble dû
Aimer les femmes pour leur capacité à soulager tes érections, mais pas pour leur personne

! SCOOP !

Les femmes ne sont pas des distributeurs, qui répondent à la gentillesse par un rapport sexuel.
Penser qu’on te doit quelque chose du simple fait de ne pas être un connard
Fais précisément de toi un connard.

Tu as décidé que tu étais la victime,
Baisé par la décision des femmes de ne pas te baiser
Et voilà que tu mansplaines pourquoi tu n’as rien à faire dans la friendzone.

Nous savons que cette question a déjà été évoquée, mais il y a un point que tout le monde a négligé :

Qui se plaint d’être placé dans un lieu appelé la Friend Zone ?

Ça a l’air génial !
Comme AutoZone, mais pour les ami•e•s.

Tu te plains comme si la Friend Zone était le pire endroit du monde, mais c’est loin d’être le cas
Il y a les chiottes d’une station service à 3 heures du matin
Le cimetière d’éléphant
– N’y vas jamais, Simba !
Les neuf cercles de l’Enfer.

Quand je pense à la Friend Zone, je m’imagine…
…un endroit merveilleux
Où les humains sont normaux, mais les animaux sont vivants comme dans les dessins animés, ils nous parlent et nous sourient
Les Tournesols ont des visages, qui regardent leurs branches et s’exclament
Je suis ravie de croître et d’éclore, mais ces boutons ne seront jamais aussi beaux que ceux de mes voisins !

Merci d’être mon ami !

Ma Friend Zone est une île des possibles, où il n’y aurait aucun pervers, mais plein de crêpes, faites par de gentils pirates

Tu es mon meilleur ami

Mais pas de plan cul

Arr. Peut-être que tu n’aimes pas la Friend Zone
Mais où pourrais-tu trouver ailleurs un endroit avec sa propre chanson ?

Se la couler douce dans la Friend Zone, où tout le monde se fait des highfive !
Il y a de la pizza à gogo, et nous fêtons la vie !

Il n’y a pas sextos dans la friendzone
Pas de snaps de ta bite
Pas de frottements non sollicités
Pas d’intentions suspectes maquillées en gentillesse
Simplement, de la véritable gentillesse
Des embrassades consensuelles
Et un navire entier débordant de chamallow grillés
Qu’on appelerait le friend…
…Ship !
Et si tout cela ne te remets pas à flots
Si l’amitié est quelque chose de si décevant pour toi

Personne ne te veut dans sa Friend Zone, pour commencer. »

« Nobody wants your ass in the Friend Zone anyway »

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 25 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Magentalia
    Magentalia, Le 9 décembre 2014 à 20h05

    Azelais
    Je venais faire précisément le même commentaire, au smiley près. :yawn:

    Cette phrase résume tellement bien la question qu'on devrait en faire des panneaux, des bannières, des t-shirts, des mugs, des porte-clés et des tapis de douche à offrir en toute amitié ( :lol: ) à n'importe quel concon qui ne verrait pas le problème. :cheer:

    (bon et sinon sa friendzone ressemble un peu au pays des télétubbies croisé avec la famille pirate, mais ça a l'air plutôt sympathique. :cretin:
    Moi dans ma Friendzone, la seule chose que je peux imaginer, c'est Chandler, Monica, Roos, Phoebe, Rachel et Joey en train de squatter mon canapé. :ninja: ) ( pas taper, il fallait que ça sorte, ce terme est foutu pour moi depuis le début, c'est comme ça. :lunette: )
    Tu oublies les serviettes de bain, les casquettes et les sous-vêtements. :lunette:

Lire l'intégralité des 25 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)