Free The Nipple, un film sur la lutte pour le droit des femmes à être seins nus en public

Free The Nipple est un film sur des militantes américaines décidées à changer un double standard : celui qui veut qu'un téton d'homme soit neutre, alors qu'un téton de femme est forcément sexualisé — et donc interdit dans l'espace public.

Free The Nipple, un film sur la lutte pour le droit des femmes à être seins nus en public

Quand les températures augmentent, il n’est pas rare de voir des hommes torse nu dans l’espace public, sans que personne ne lève un sourcil (bon, dans le métro bondé, c’est un peu plus mal vu, c’est sûr)… mais dès qu’on a des seins, c’est différent. Impossible de sortir un téton sans enfreindre la loi, même sur les réseaux sociaux, où une simple photo d’allaitement peut valoir un bannissement pur et simple. J’attends encore le premier mec puni pour cause de téton sauvage en liberté !

À lire aussi : #FreeTheNipple : le fondateur d’Instagram s’explique sur les seins des femmes censurés

Aux États-Unis, où il est illégal d’être seins nus en public dans 35 États, de nombreuses femmes se sont réunies sous l’appellation Free The Nipple (Libérer le téton) pour militer contre cette dichotomie sexiste. Après tout, un sein, ce n’est qu’un sein : il serait bon de se rappeler qu’à la base, ce n’est pas un attribut sexuel, et donc pas forcément quelque chose à cacher dans l’espace public !

Le mouvement débarque en décembre dans les salles de cinéma outre-Atlantique avec Free The Nipple, un film inspiré de faits réels sur des militantes new-yorkaises bien décidées à se battre pour leur droit de se balader boobs à l’air si ça leur chante. Entre Pussy RiotFEMEN et Riot Grrrls, ces jeunes femmes prouvent que le téton, aux yeux de certain•e•s, reste bizarrement subversif.

Inspiré de faits réels.

Une armée de femmes seins nus, équipées d’avocats spécialistes du Premier Amendement, de graffitis et de coups médiatiques, envahit New York pour protester contre les lois absurdes concernant la censure aux États-Unis. Free The Nipple explore les contradictions hypocrites de notre société profondément médiatique, dans laquelle des actes de violence, des meurtres, des morts sont bien plus largement tolérés par la Commission fédérale des communications et la Motion Picture Association of America qu’un corps féminin. Qu’est-ce qui est le plus obscène : la violence, ou un téton ?

J’évoquais plus haut les FEMEN… et je trouve ça dommage que dans Free The Nipple aussi, on trouve une écrasante majorité de jeunes femmes minces, blanches pour la plupart, épilées, correspondant aux canons de beauté, avec des seins ronds et haut perchés. Où sont les petites poitrines, les très grosses, les vergetures, les poires, les pommes, les inégaux, la diversité ?

À lire aussi : Dessine tes boobs avec nous !

En France, comme le rappelait en 2012 le Nouvel Obs, « L’article 222-32 du code pénal punit d’un an d’emprisonnement et 1 200€ d’amende le fait de se montrer nu en public. Se promener torse nu n’est donc, théoriquement, pas une infraction. Cependant, de nombreuses municipalités ont pris des arrêtés, parfois contestés, interdisant localement cette pratique ».

Et puisque la vie est pleine d’ironie, quand je partagerai cet article sur la page Facebook de madmoiZelle, je veillerai à changer l’image de présentation… car si on montre des seins, notre page est kaputt !

Si la loi vous autorisait à vous promener seins nus, le feriez-vous ? Comprenez-vous ce double standard ou jugez-vous que tous les tétons sont égaux ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 81 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Galaes
    Galaes, Le 1 décembre 2014 à 17h05

    littlemeline
    Pour l'argument, sur la plage "oui", en ville "non"... J'ai envie de dire, mais pourquoi? Quel est votre argument? Je ne vois pas ce que cela change (de même, pour les maillots de bain et sous-vêtements, au final, le % de partie du corps caché est le même non?). Moi je dirai non en ville, plus pour une question d'hygiène (sueur) et non de pudeur ou autre....
    C'est difficile à expliquer parce que ça se base d'abord sur du ressenti, mais ça m'arrive de temps en temps quand je dois bosser en caisse l'été. Je suis obligée de porter un uniforme, d'être polie et souriante vis à vis des clients. Quand tu as quelqu'un d'autre en face qui arrive torse nu, dégoulinant de sueur avec une odeur de transpiration (mais aussi sans odeur ou sueur, que l'homme en question soit beau ou pas) j'ai vraiment l'impression qu'il y a un manque de respect. On pourrait comparer ça aux gens qui vont faire leurs courses en pyjama et pantoufles même si c'est différent: c'est pas l'endroit. Il y a un cadre de la vie en ville où les choses ont déjà tendance à être un peu pénibles et qui nécessite que chacun fasse un petit effort pour que ce soit agréable pour tout le monde. J'ai l'impression qu'on m'impose quelque chose que je n'ai pas envie de voir sans égard pour les gens autour, un peu comme si pour aller plus vite sur le trottoir on s'amusait à donner des coups d'épaule à droite à gauche pour aller plus vite. Dans un parc, à la plage, dans un cadre de détente ça me parait plus compréhensible

Lire l'intégralité des 81 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)