Flight of the Conchords : Objet Télévisuel Non Identifié

Bret McKenzie (à gauche) et Jemaine Clement (… à droite, donc) sont les membres de Flight of the Conchords, un duo comico-pop-folk, conçu il y a dix ans en Nouvelle-Zélande. Après avoir écumé les plateaux télé et les festivals, les deux Kiwis ont été contactés par la chaîne américaine HBO pour jouer leurs propres rôles […]

Flight of the Conchords : Objet Télévisuel Non Identifié

Bret McKenzie (à gauche) et Jemaine Clement (… à droite, donc) sont les membres de Flight of the Conchords, un duo comico-pop-folk, conçu il y a dix ans en Nouvelle-Zélande. Après avoir écumé les plateaux télé et les festivals, les deux Kiwis ont été contactés par la chaîne américaine HBO pour jouer leurs propres rôles dans une série loufoque. Ce programme, diffusé pour la première fois en juin dernier, raconte en fait les tribulations du groupe, fraîchement débarqué à New York. Leur objectif ? Conquérir les charts US et élargir leur fanbase qui, pour le moment, n’est constituée que d’une personne (oui, les FOTC, qui co-réalisent le show, sont à l’écran ce qu’ils ne sont pas à la ville : des losers fauchés. Gentils certes, mais losers quand même).

Les personnages

Bret et Jemaine : Ces doux-dingues sont comme cul et chemise, comme David et Jonathan ou Bernard et Minet : inséparables. Ils partagent leur muesli, leurs rencards foireux, leur appart à Chinatown… Un appart d’ailleurs fort kitsch (miteux diront certaines), décoré à coups de papier peint moyenâgeux et de tapis criards. Bien qu’ils vivent l’un sur l’autre, cette situation ne les a pas empêchés de développer des caractéristiques propres (ou sales hein, tout dépend de quel point de vue on se place). Prenez Bret, par exemple. Ce barbu a des habitudes bien à lui. Il cultive des moisissures dans son salon, portent souvent des pulls représentant des tigres, et, last but not least, il aime fabriquer des casques de vélo avec pour seuls matériaux des cheveux humains. Voilà.

Murray (Rhys Darby) : C’est le manager des Flight of the Conchords. Un manager singulier car son vrai métier, c’est d’être attaché culturel au consulat de Nouvelle Zélande. Aucun rapport avec l’industrie musicale, donc. Il n’y connait absolument rien. Et c’est pour cette raison évidente qu’il a du mal à faire décoller la carrière de ses poulains. Malgré ses bras cassés, Bret et Jemaine ont tout de même tourné leur premier clip grâce à lui, un clip filmé avec un téléphone portable. Rien que ça. Il a également réussi à conclure pour le groupe un deal avec une compagnie de cartes de voeux, celles qui jouent de la musique quand on les ouvre. Et ouais, ça déconne pas avec Murray !

Mel (Kristen Schaal) : C’est la seule et unique fan des Flight. Et quelle fan ! Tu ne trouves pas qu’elle ressemble à Tania Bruna-Rosso et/ou Miranda July en plus ingrate ? Nan ? Pas grave, j’embraye. Mel (pour)suit le duo néo-zélandais partout où elle peut. Elle est du genre groupie collante, ascendant débile. Son fantasme le plus tenace ? Forniquer avec l’un d’eux sur le capot d’un camion, n’en déplaise à son mari, débile lui aussi. Ne te fie pas à ses yeux bovins, cette semi-nymphomane est prête à tout pour atteindre son but. J’ai bien dit à tout.

La musique

Ah, on en arrive à l’ingrédient clé de la série, à ce qui fait tout son charme, toute sa magie : la parenthèse musicale. Oui, chaque épisode de Flight of the Conchords est parsemé de chansons interprétées pour la plupart par Bret et Jemaine (rappelons qu’ils sont musiciens à la base). Des chansons aux paroles tordantes, qui se fondent parfaitement dans la structure narrative du show. Rien ne sert d’en parler, il vaut mieux écouter, regarder. Deux vidéos pour toi, jeune moule (dans l’ordre :
I’m not crying et Business Time.

Chargement du lecteur...

Chargement du lecteur...

A titre informatif, les Flight of the Conchords (les vrais, j’entends) ont remporté en février dernier le Grammy du meilleur album comique avec The Distant Future, qui comprend les deux titres ci-dessus. Rien d’étonnant, j’ai envie de dire : c’est pas Papillon de Lumière, tavu.

L’avis madmoiZelle

Complètement frappadingue, cette série apporte un véritable vent de fraîcheur dans le paysage audiovisuel actuel. On est très loin des scénar à rallonge, des rebondissements type « Luke, je suis ton père mais j’ai couché avec ton oncle . Attention ! Un ours polaire ! ». L’intrigue, ici, tient sur un demi post-it mais ce n’est pas gênant pour un rond tant les acteurs, les dialogues (et même les silences) sont bons. C’est drôle … mais drôle ! Et puis poétique, farfelu … En un mot : unique ! Un programme à découvrir de toute urgence (et en VO sinon tu sors).

HBO, ravie, a décidé de reconduire la série pour une deuxième saison en 2009. Chez nous, en France, les douze premiers épisodes ont été diffusés sur TPS Star en mars dernier. Espérons que la chaîne française prolonge l’aventure … Pour une fois que la Nouvelle-Zélande vient à nous sans passer par la case Seigneur des Anneaux, hein…

A savoir

– Les FOTC ont sorti un nouveau disque éponyme le 22 avril. 15 titres, 15 tubes.
– La première saison est en vente. Zone 1 seulement.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 2 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Colonel Woodrow
    Colonel Woodrow, Le 15 juin 2012 à 16h02

    Il faut le remonter. Cette série est tellement géniale ♥
    [​IMG]

Lire l'intégralité des 2 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)