Fish Tank

Des non-dits et de la sexualité dans l’air Il plane durant les 2h07 que dure Fish Tank une atmosphère entre la moiteur et la crasse, une atmosphère bizarrement pas désagréable qui aimante le spectateur à son siège. Fish Tank c’est la douleur après un coup de poing, qui fait ressentir des émotions inhabituelles et travailler […]

Fish Tank

Des non-dits et de la sexualité dans l’air

Il plane durant les 2h07 que dure Fish Tank une atmosphère entre la moiteur et la crasse, une atmosphère bizarrement pas désagréable qui aimante le spectateur à son siège. Fish Tank c’est la douleur après un coup de poing, qui fait ressentir des émotions inhabituelles et travailler des sphères de notre esprit rarement sollicitées. Le film fait adhérer le spectateur parce que son scénario est bien foutu, empreint de réalisme et d’immoralité, entre sexe adolescent, désir carrément interdit et doigt d’honneur à tout ce qui est sain et serein.

Un scénario comme de la glue

On pourrait même le qualifier de « scotchant », même si ça a dû être dit mille fois déjà. Scotchant, chacune des actions et chacun des personnages. On ne peut pas vraiment saluer l’interprétation de l’un ou l’autre des comédiens, puisque chacun d’entre eux est un des quatre pilliers du film. Mia, interprétée par Katie Jarvis, se relève et va de l’avant, même si on a la gorge serrée pour elle dès qu’elle fait un pas. Michael Fassbender campe un beau père comme un messie populaire, qui fait battre le coeur de trois jeunes filles, dont l’une est mère des deux autres…

… borderline

Regarder Fish Tank, c’est se balancer dans un rocking chair. Une fois en avant, une fois en arrière. Une seconde dans ce qui est permis, celle d’après juste derrière la frontière de la morale. Et c’est avec la bouche ouverte qu’on découvre jusqu’où peuvent aller les relations dans une famille, mais je n’en dis pas plus car la Convention de Carracas m’interdit de spoiler. La limite est bonne à dépasser, c’est un peu ce que nous livre la réalisatrice Andrea Arnolds, qui doit se délecter de la tension qui anime l’oeil durant toute la projection.

Et qui abîme les clichés.

Le film traite d’amour, de désir et de liberté, mais chaque image d’Epinal est immédiatement défaite. Et même lorsqu’on s’imagine qu’un échappatoire est impossible, là encore le cliché est démonté… En somme la recette est bonne parce qu’on pense qu’on sait ce qu’on va manger, mais un ingrédient nouveau nous surprend à chaque nouvelle bouchée.

En bref, « Life’s a bitch and then you die, that’s why we get high, cos we never know when we gonna die ». Mais pour saisir toute la portée de cette conclusion, il faut aller voir le film !

En attendant le 16 septembre, date de sortie du film, repais-toi de cette bande-annonce !

Chargement du lecteur...

 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 12 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Gavanza
    Gavanza, Le 11 novembre 2009 à 17h12

    Fish Tank est un bon film. J'aime bien ce genre de film social anglais dans la lignée d'un Ken Loach. Katie Jarvis est impressionnante, j'espère qu'elle aura envie de continuer le cinéma, car j'ai cru comprendre que ce n'est pas une professionnelle. Et puis Michael Fassbender... BOUM ! [par terre] ce type que j'avais vu dans Angel de François Ozon et qui m'avait laissé totalement de marbre, m'a là littéralement assommée d'amour. :XD: L'action quasi-finale où l'héroïne fait ce qu'elle fait (celle qui ont vu le film me comprendront j'espère ^^) m'a beaucoup étonné. Je ne m'attendais pas à ça. C'est assez surprenant mais finalement... intéressant, je dirais.
    A voir. :smile:

Lire l'intégralité des 12 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)