3 films sortis la semaine du 6 septembre 2017 : un biopic, une dramédie et de l’animation !

Par  |  | Aucun Commentaire

Kalindi vous propose sa sélection des films de la semaine. De quoi vous émouvoir, vous bluffer et vous faire rire devant de l'animation poétique, une comédie française et un biopic exceptionnel !

3 films sortis la semaine du 6 septembre 2017 : un biopic, une dramédie et de l’animation !

C’est l’heure de la sélection cinéma de la semaine ! Youhou !

Et aujourd’hui, pas d’hélicoptère, pas de compte à rebours, ni de lens flare.

Plutôt du biopic (sublime), de la comédie à la française et de l’animation.

À lire aussi : « Épouse-moi mon pote », une comédie française mêlant immigration et mariage pour tous

Barbara, un biopic gracieux, un aigle noir sublime

Porter la fabuleuse Barbara sur grand écran, c’était un projet ambitieux.

Une femme au talent immense, une personnalité unique, une voix envoûtante et des chansons puissantes… il fallait oser la recréer.

Et il fallait oser endosser son rôle.

C’est la magnifique Jeanne Balibar, déjà dans Grace de Monaco et Ne touchez pas la hache, qui éblouit par son talent et par sa prestance.

Matthieu Amalric, créateur merveilleux de Tournée, ne réalise pas ici un biopic classique.

Les points-clés de la vie de Barbara ne sont pas balancés simplement dans l’ordre chronologique, comme une biographie.

Le cinéaste a préféré se concentrer sur des instants fugaces de la vie de la chanteuse. Il a capturé ses angoisses, ses envolées, son génie et surtout ses émotions.

Et putain le résultat est saisissant. Dès le début, dès la toute première scène je savais que j’allais être transportée, bouleversée.

Et ça n’a pas loupé !

Merci à Matthieu Amalric pour sa poésie toujours juste.

Ôtez-moi d’un doute, la dramédie émouvante

C’est LA comédie dont on entend parler en ce moment.

Réalisé par Carine Tardieu, Ôtez-moi d’un doute a été sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes.

S’il est revenu bredouille, le film m’a touchée en plein coeur. J’étais pourtant un peu réticente à l’origine, n’étant pas une mordue de comédie française.

Ce film m’a donné tort.

François Damiens, qui décidément passe de rôle en rôle avec une facilité déconcertante, est aussi touchant dans Ôtez-moi d’un doute que dans La Délicatesse (écrit et réalisé par David Foenkinos).

Et dans ce film, François Damiens se retrouve dans un registre qu’il connait bien. La comédie pleine de rires, de pleurs et de tendresse. Une grande tendresse.

Il y campe Erwan, un démineur dont la vie se retrouve chamboulée suite à une nouvelle pour le moins inattendue : l’homme qui l’a élevé n’est en fait pas son père.

Malgré l’amour qu’il lui porte tout de même, il va enquêter pour savoir qui est son vrai géniteur. Et sur la route de la découverte, il rencontre une jeune femme insaisissable prénommée Anna.

Derrière le beau sourire d’Anna se cache la solaire Cécile de France qui ne cesse d’embellir avec les années.

Les deux s’amourachent. Mais ils vont bientôt découvrir qu’Anna est la demi-soeur d’Erwan…

Le film fonctionne parce qu’il se base sur un « couple » de cinéma solide. Il est porté par deux acteurs belges dont l’indéniable charisme éclabousse l’écran.

Bref, Ôtez-moi d’un doute, c’est une dramédie familiale qui a su conquérir mon coeur grâce à des rouages simples mais efficaces. À la française, en fait !

À lire aussi : La première photo de Rami Malek en Freddie Mercury est là, et la ressemblance est dingue !

Dans un recoin de ce monde, l’animation romantique de Katabuchi

« Dans ma famille, ils m’ont toujours dit que j’étais une rêveuse »

Ce sont les quelques mots qui ouvrent la bande-annonce de Dans un recoin du monde.

Et je trouve qu’il s’agit de la phrase parfaite pour illustrer cette bouffée d’air frais que nous propose le grand Sunao Katabuchi, déjà derrière Mai Mai Miracles.

En effet, ce long-métrage d’animation relève du rêve…

Les rêveries de la jeune Suzu, qui quitte Hiroshima pour Kure, un port militaire où elle doit vivre avec un mari qu’elle vient tout juste d’épouser.

Le rêve éveillé que j’ai vécu devant ces 2h05 de grâce.

Malgré la guerre, Suzu cultive une joie de vivre rafraîchissante. Elle me rappelle d’ailleurs mon personnage littéraire préféré : Pauline dans La joie de vivre d’Emile Zola.

Pauline affronte tous les malheurs que lui impose l’existence avec le menton haut et un sourire immense. Elle répond à la méchanceté par la gentillesse et ne cesse de cultiver sa relation au bonheur.

Une vraie leçon pour quelqu’un comme moi, qui passe son temps à se plaindre ! Je vous encourage grandement à aller voir ce film qui est mon plus gros coup de coeur de la semaine.

Bonne séance et ne renversez pas du pop-corn partout !

À lire aussi : 3 films qu’on vous conseille absolument cette semaine

7 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Commentaires
Forum (0) Facebook ()

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!