Trois films à voir cette semaine, entre amour fou et célébrité déchue

Comme chaque mercredi, Kalindi te propose sa sélection des films de la semaine. Pour que tu te repères dans le dédale infernal des salles obscures. Et cette semaine, il y en a VRAIMENT pour tous les goûts.

Trois films à voir cette semaine, entre amour fou et célébrité déchue

C’est l’heure de la sélection ciné de la semaine !

Bonhomme, émouvant et sensible

Bonhomme, de Marion Vernoux avec Nicolas Duvauchelle et Ana Girardot est le coup de cœur de notre Mymy nationale.

Elle a découvert cette merveille il y a plusieurs semaines en projection presse, et en est revenue bouleversée.

Difficile, en même temps, de ne pas être touchée par cette histoire puissante et sensible, dont madmoiZelle est cette semaine la très fière partenaire.

Pour ma part, je n’ai pas encore eu le temps d’aller le voir, mais rattraperai mon retard dès ce week-end.

Voilà ce qu’en dit Mymy :

« Bonhomme, c’est l’histoire de Piotr (Nicolas Duvauchelle) et Marilyn (Ana Girardot), en couple depuis quelques années.

Lui est stable, bravache, bien dans ses pompes, son taf et son slip. Elle est plus émotive, jalouse, lunatique.

Mais qu’est-ce qu’ils s’aiment, ces deux-là.

Un jour, un accident de voiture, pas grave, pas sérieux, mais le front de Piotr contre le pare-brise, et après le coma, ce trouble, ce syndrome frontal.

Piotr n’est plus lui-même. « 5 ans dans la tête et 15 ans dans le slip », comme le dit son médecin (François Rollin).

Piotr s’éclate devant des séries télé, Piotr enchaîne les clopes, Piotr trimballe de formidables érections exigeant d’être soulagées.

Mais Piotr ne se souvient plus du prénom de sa maman, Piotr ne sait plus s’habiller, Piotr a oublié le code de son antivol.

Marilyn reste. Une évidence, pour elle ; une folie, pour le reste du monde…

Devant Bonhomme, on rit de bon cœur, on réfléchit, on s’implique, on s’interroge, on se remet en question. Et c’est un tour de force d’en dire autant dans un long-métrage. »

Voilà, elle a kiffé, et c’est un euphémisme. Elle a même reçu Nicolas Duvauchelle dans son dernier The Boys Club, podcast dans lequel des hommes viennent parler de leur rapport à la masculinité. Passionnant !

Guy, étonnamment juste et incarné

Alex Lutz est drôle, ça tout le monde le sait. Alex Lutz est talentueux, ça tout le monde le sait.

Mais Alex Lutz n’est pas que ça. Il est aussi un formidable imitateur, un observateur génial, qui sait voir, VRAIMENT voir les autres.

Dans Guy, son deuxième film, il se grime en un vieil homme. Un ancien chanteur à la gloire incroyable, désormais un peu ringard mais qui n’abandonne pas son amour pour la variété française.

Guy aime faire du cheval, être avec sa femme, sa petite maison et parler de ses anciennes aventures.

Guy est drôle, touchant, et sincère.

Admirez cette transformation physique, bordel

Autant de qualités qu’essaye de saisir un réalisateur de documentaire, qui veut emprisonner la vie de l’ancienne star dans un film. Guy accepte mais ce qu’il ne sait pas, c’est que ce jeune homme qui le suit partout, caméra à la main, se trouve être son fils…

Guy est une superbe réflexion sur le temps qui passe, les rapports filiaux, et l’arrêt brutal de la célébrité. J’ai aimé Guy du début à la fin, j’ai pleuré devant lui, et ri grâce à lui.

S’il a l’air d’un film pour sexagénaire, ne te fie pas à ses apparences, il a le propos universel. 

Cours le voir, peu importe ton âge !

Kin, teen-movie et science-fiction

Je ne vais pas te mentir, je n’ai pas été transcendée par Kin. Pourtant, j’avais placé pas mal d’espoirs en lui, qui sont restés déçus.

Toutefois, il y a de bonnes choses, dans le premier volet de cette saga tenue par Myles Truitt, Jack Reynor, Zoë Kravitz et James Franco. Quelque chose de vibrant, de violent, qui saura trouver un public.

Réalisé par Josh et Jonathan Baker, Kin suit Eli, un adolescent de Detroit qui fait par hasard l’acquisition d’une arme à la taille massive, d’origine inconnue.

Seulement voilà, cette arme n’est pas censée être en sa possession et il se retrouve rapidement pris en poursuite par des criminels, le FBI, et ceux qui semblent être les propriétaires légitimes de l’arme futuriste.

Pour l’instant je ne suis pas à 100% convaincue mais peut-être les opus qui suivront donneront tort à mon scepticisme.

Voilà mon bel esturgeon, c’est tout pour aujourd’hui. On se retrouve la semaine prochaine pour de nouvelles découvertes ciné !

À lire aussi : Trois films à voir cette semaine, entre militantisme et animation japonaise

COMMENT AVOIR UN TEINT PARFAIT ?

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!