Fille Perdue Cheveux Secs

Si tu as le cheveu qui se prend pour un dragon, si tes boucles sont déshydratées, incoiffables et frisottantes, si tu crains la pluie comme la peste, si après la tempête tu ressembles plus à un nuage électrique qu’à une fille de bonne famille, si aller chez le coiffeur sonne pour toi comme le Jugement […]

Fille Perdue Cheveux Secs

Si tu as le cheveu qui se prend pour un dragon, si tes boucles sont déshydratées, incoiffables et frisottantes, si tu crains la pluie comme la peste, si après la tempête tu ressembles plus à un nuage électrique qu’à une fille de bonne famille, si aller chez le coiffeur sonne pour toi comme le Jugement Dernier, si même ta mère peine à trouver un mot doux pour qualifier ta crinière, alors cet article est pour toi.

Dans un monde normal, rendre visite à son coiffeur est synonyme de détente. Cajolé par un staff expert et aimable, on en sort soi-même, mais en mieux.
Sauf que, la dernière fois que j’y suis allée, ma matronne de coiffeuse a refusé net de toucher à mes cheveux. Puis elle s’est lancée dans une diatribe féroce qui a culminé, après dix minutes d’insultes élaborées, par l’outrageant : cette touffe de guimauve desséchée est au stade terminal.

Je passerai sur l’oxymore de très mauvais goût.

Alors ok, je m’adonne à des colorations mensuelles depuis l’âge de 16 ans. Certes, j’ai expérimenté un défrisage adolescent fait maison qui m’a fait perdre la moitié de mes cheveux. J’avoue aussi une tentative de décoloration qui m’a laissée rose pamplemousse et hilare.
Mais aussi, je me ruine en huiles résurrectrices et en produits pour cheveux secs, je les brosse religieusement avant de les laver et je prie pour eux tous les jours. Ca doit bien compter pour quelque chose ?

Prise de pitié, la matronne m’a TOUT expliqué, de A a Z.
Je me suis drapée de ma dignité, j’ai bu ses paroles comme de l’eau bénite et, une fois rentrée, j’ai suivi ses commandements à la lettre. C’était il y a 3 mois.

Aujourd’hui, mes cheveux sont presque beaux. Même quand il pleut.
Et comme je suis une chouette fille, je te livre tous ses secrets, et envoie valser au passage quelques mythes plutôt coriaces :

Le plus choquant

Le shampoing, c’est mal.

Le shampoing a tendance à décaper le cheveu de ses huiles naturelles, et si tu as les cheveux secs, c’est parce qu’à la base, ton cuir chevelu ne produit pas assez de sébum. Alors, plus tu t’acharnes à faire mousser le shampoing, plus tu prives tes cheveux de leurs ressources, et plus tu aggraves le côté cassant et fragile de ta tignasse. Il faut donc commencer par utiliser un shampoing adapté (pour cheveux secs) mais n’y recourir qu’une fois par semaine en te concentrant sur le scalp, et pas les longueurs. C’est assez handicapant et ça n’a pas l’air très net, je sais. Surtout si tu as les cheveux bouclés, puisque les boucles ont très vite besoin d’être rafraîchies. Voilà le truc: tu peux te laver les cheveux à l’eau aussi souvent que ça te chante, et les badigeonner de démêlant à chaque fois. Ravale tes doutes et essaie. Ca marche !

Le plus luxueux

La taie d’oreiller en soie

Tu as déjà eu l’impression, au réveil, qu’une guerre nucléaire avait éclaté dans ta crinière ? C’est normal. Le coton absorbe tout ce qu’il y a d’hydratant dans tes cheveux. Alors, si tu t’es déjà rêvée reine d’un harem, alanguie sur des étoffes luxuriantes, tu vas être ravie : troque ta taie en coton contre une petite housse en soie. Non seulement tes cheveux garderont leur quota d’hydratation, mais comme ils glissent sur la soie, ils seront moins cassants, plus souples. Adieu la queue d’écureuil capillaire !
(Tu peux aussi t’enrouler les cheveux dans une écharpe en soie, ou utiliser le vieux pyjama « il est en soie ma chérie » offert par ta grand mère comme taie d’oreiller.)

Le moins électrique

Le Diffusor signe la mort des frisottis.

Idéalement, tu devrais laisser sécher tes cheveux à l’air libre, sans trop les tripoter. C’est la façon la plus douce d’éviter les frisottis. Mais si tu es pressée, fie-toi au diffuseur (c’est un sèche-cheveux avec le bout plus large que l’original) : essore tes cheveux après le bain (ne surtout PAS frotter avec une serviette : les cheveux mouillés sont extrêmement fragiles) et évite qu’ils soient trempés au moment du séchage. Donne leur un petit quart d’heure de répit avant d’attaquer avec le sèche-cheveux, et laisse-les un chouia humides à la fin. Ils te le rendront au centuple.

Le plus nourrissant

Des masques, toujours des masques, encore des masques.

Si tes cheveux sont cassants et secs, c’est qu’ils manquent probablement de protéine. Pour y remédier, il faut leur appliquer des masques adaptés (le masque nutri-extrême de Jacques Dessange, ou la gamme All Soft par Redken, génialissime). Si tu es dans la phase critique de réanimation du cheveu, il faut impérativement laisser poser un minimum d’une demi-heure, une fois par semaine. Tu peux te faire couler un bain en attendant, ou en profiter pour faire ce fameux gommage de corps que tu t’es jurée de faire. Tu verras, le résultat vaut le coup.

Le plus frustrant

Adieu, brosse chérie.

La brosse est l’ennemi Numéro 1 des boucles. Elle les brutalise et les casse. Je sais, c’est horrible : il n’y a rien de plus agréable que de se brosser les cheveux. Ca détend, ça masse le cuir chevelu, c’est presque romantique (je ne compte pas les films d’époque où l’héroïne brosse sa somptueuse chevelure avant d’aller au lit. Une aberration, je te dis !) Alors, même si ça te démange, oublie ta brosse. A la place, il te faut un peigne à dents larges. Et ça n’est pas fini : tu ne peux l’utiliser QUE sous la douche, quand tes cheveux mouillés sont enduits de démêlant, pour éviter tout risque de cassure. Eh oui, il faut souffrir pour être belle.

Le plus extravagant

La crème de jour pour cheveux

L’huile et les sérums siliconés apaisent les frisottis, mais ils alourdissent le cheveu et l’enduisent sans toutefois le nourrir. Opte plutôt pour une crème hydratante (Phyto 7) avant d’appliquer le sérum (Frizz Ease de John Frida, par exemple). Tu t’assures comme ça le meilleur des deux mondes : des cheveux hydratés et qui savent se tenir. Tu peux alors procéder au séchage. Une fois les cheveux enduits, évite de trop les toucher : ça favorise les frisottis.
Et n’oublie pas, quand tu les exposes au soleil, au chlore ou au vent, de bien les protéger (avec par exemple l’huile sublimatrice Polysianes de Klorane). Tu ne veux pas perdre le bénéfice de ces mois de travail !

Finies les comparaisons avec les chaussettes de l’archiduchesse… Si tu prends en compte ces conseils, tu auras une chevelure digne d’une vahiné sous les tropiques. Maintenant, c’est à toi de jouer.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 21 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Vallysam
    Vallysam, Le 25 novembre 2010 à 13h56

    Très bien écrit cet article !

    En tout cas depuis que je fais plus qu'un shampooing par mois (un lavage par semaine entre temps, avec soit shikakai, rhassoul ou henné), mes cheveux n'ont pas jamais été autant en forme ^^

Lire l'intégralité des 21 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)