Je suis pas badass, mais c’est pas bien grave — La leçon de la semaine

Par  |  | 18 Commentaires

Sophie Riche n'est pas une fille badass, même si elle aimerait bien. Heureusement, elle a appris à s'en foutre et t'explique comment.

Je suis pas badass, mais c’est pas bien grave — La leçon de la semaine

Depuis quelque temps (je sais pas trop si je dois qualifier ça en années ou en mois), il semblerait qu’être badass, c’est stylé. Tout le monde de ma génération semble être d’accord avec ça.

À lire aussi : Ode à ces personnages féminins badass aux poings nerveux et cheveux courts

C’est donc tout naturellement que je me suis mise à rêver de faire partie des meufs badass.

Mais qu’est-ce qu’être badass ?

Pour envisager de le devenir, pour pouvoir me qualifier de badass, il fallait que je sache exactement dans quoi m’aventurer.

Mais oui enfin, qu’est-ce que c’est ? Pour envisager de le devenir, pour pouvoir me qualifier de badass, il fallait que je sache exactement dans quoi m’aventurer. Alors je me suis renseignée. J’ai appris qu’être badass, c’est être un ou une dur•e à cuire, mais c’est pas assez précis.

À savoir que j’ai cherché la définition sur Wikipédia, où « badass » est traduit par « sensass » (ça m’a fait pleurer de rire un bon quart d’heure).

rosa-diaz-brooklyn-99
Moi quand je suis pas satisfaite d’une définition. (C’est faux, car j’aurai jamais la classe de Rosa Diaz de Brooklyn 99.)

Heureusement, le site Urban Dictionary propose une liste des règles de la badasserie :

1. Première règle de la badasserie : le ou la badass ne parle pas du fait d’être badass. Point.

Bon bah déjà, je suis mal barrée.

2. Un•e badass n’essaie pas d’être badass ou d’avoir l’air fort•e. Un•e badass est simplement un•e badass.

Vu que la démarche était d’apprendre comment être badass, je suis déjà hors catégorie, telle une jeune femme souhaitant s’inscrire à Miss France mais faisant moins de 1m72 et ayant réalisé une sextape disponible sur YouPorn.

3. Un•e badass reste fidèle à lui-même ou elle-même. Cela signifie être soi-même pour soi-même, et pas faire semblant pour impressionner les autres.

À ce stade, j’ai réalisé que l’auteur•e de ces règles était peut-être badass, mais dis donc, qu’est-ce qu’il ou elle radote. Moi, au moins, j’suis pas badass mais je me répète pas alors poupougne.

4. Un•e badass n’abandonne pas. Les badass se dépassent pour le meilleur, peu importe la difficulté.

Ouais alors, là ça me parle parce que j’suis pas du genre à lâcher le morceau de bifteck si tu vois ce que je veux dire. Sauf si ça implique d’aller faire des courses chez Auchan un samedi après-midi, ou de résoudre un Sudoku.

Ou quand je dis « attends me dis pas j’veux trouver ! » à quelqu’un qui me parle d’une actrice et dont j’ai le nom sur le bout de la langue, et qu’au bout de 10 secondes de réflexion j’ajoute « ouais nan ça m’a saoulée dis-moi ». Là j’avoue, je laisse tomber.

5. Un•e badass n’est pas un trouducu. Un•e badass ne s’en prend pas aux faibles et fait preuve de gentillesse envers ceux qui sont gentils.

Ça aussi j’ai. Je veux dire, je m’en prends pas aux faibles parce que je m’en prends à personne donc bon, en toute logique, voilà.

6. Un•e badass connaît ses propres limites. Ne sois pas stupide, tu n’es pas Superman, tu mourras si tu sautes d’un immeuble.

Écoute, je m’en serais doutée toute seule, t’inquiète paupiette. Merci du conseil, auteur•e de ces règles arbitraires. J’ai hâte que tu me dises si oui ou non, mettre sa main dans l’eau la mouille ou pas.

7. Un•e badass ne se fait pas d’ennemis et n’est pas à la recherche de castagne. Ils/Elles ne se battent pas pour ce qui n’en vaut pas la peine.

Ptain bah moi je me suis jamais battue avec mes petits poings. Et même, je fais jamais de doigts d’honneur au premier degré — parce que j’ai des tout petits doigts ridicules.

J’avoue que quand je regarde cette définition, ces règles, j’ai tendance à avoir l’impression que c’est comme les horoscopes et les significations du prénom : c’est hyper générique, pour que tout le monde puisse s’y reconnaître… Nan ?

Enfin je sais pas, mais si être badass c’est être sympa avec les personnes cool et avoir des valeurs, bah… Ouais j’en suis. Mais j’imagine plutôt des gens un peu vénères, qui ont sur-confiance en eux (pas en étant orgueilleux mais plutôt hyper sereins vis-à-vis d’eux mêmes).

Quand on me parle de personnes badass, moi je m’imagine des gens un peu vénères, qui ont sur-confiance en eux.

Des gens qui l’ouvrent quand ils ont envie de l’ouvrir et qui n’hésitent pas à dire que les autres ont tort quand ils ne sont pas d’accord avec eux. Des personnes qui n’ont pas peur de grand chose.

Et c’est là où, vraiment, je me désolidarise du truc, avec déception. Déjà parce que je suis timide, et aussi parce que souvent je préfère me taire pour ne pas gaspiller mon énergie plutôt que d’engueuler les gens avec qui je suis pas d’accord.

Et aussi parce que je suis infestée de complexes alors en termes de confiance en soi et de sérénité vis-à-vis de ma personne, on en est vraiment pas là.

buffy-willowOui bon bah j’suis plus Willow que Buffy, quoi.

À lire aussi : Quatre héroïnes de jeux vidéo super badass

Mes façons à moi d’être badass

Être une fille badass, c’est stylé, bien sûr. J’admire les meufs badass parce qu’elles sont grandes gueules, parce qu’elles se forcent pas à sourire quand elles ont pas envie, parce qu’elles ont suffisamment de connaissance et d’estime d’elles-mêmes pour embrasser leur propre personnalité et leurs propres envies.

J’aurais aimé être comme elles. Ce n’est pas le cas et tant pis.

J’aurais aimé être comme ces meufs badass. Ce n’est pas le cas et tant pis.

Parce qu’au lieu de me rajouter de la pression à regretter de ne pas être quelque chose, il faut que j’avoue un truc : je suis même pas sûre que mon idée de la badasserie soit la bonne. Je ne suis pas sûre qu’il y ait une bonne définition de ce que c’est, même.

Je tente donc un truc : et si en fait, on était tous et toutes le badass de quelqu’un ?

À lire aussi : Quatre héroïnes de jeux vidéo super badass

Moi aussi je peux en être, mais différemment. Voici, sans plus attendre, mes façons alternatives d’être badass :

  • Je fais des blagues de pet et d’autres incluant le mot vulve de manière naturelle.
  • Je jure comme un charretier, ce qui est plus vulgaire que badass mais on s’autocongratule comme on peut.
  • Je fais super bien l’accent picard. Je sais pas pourquoi je le mets dans la liste.
  • Je suis féministe alors bon bah voilà.

  • Quand j’étais petite, j’avais peur des tracteurs, mais maintenant ça va.
  • Même très fatiguée, voire alcoolisée, je me lave toujours les dents avant d’aller dormir. Fuck les rageux.
  • J’en ai rien à branler quand on m’insulte dans les commentaires de ma chaîne YouTube (mais ça me fait quand même rigoler de répondre).

À lire aussi : Petit précis de cyberharcèlement illustré en 295 commentaires

  • Parfois je laisse pas ma place tout de suite à des personnes âgées dans le bus mais c’est parce que je les ai pas vues (j’ai bien conscience que c’est pas badass mais impoli… C’était pour faire une blague nulle).
  • Hier j’ai couru 47 minutes alors que j’avais la gueule de bois ALORS ÇA C’EST PAS RIEN (faites pas ça sans avoir l’habitude de courir et sans vous hydrater UN MAXIMUM hein, déconnez pas).
  • J’ai mangé une bonne vingtaine de raclettes cet hiver. Je suis sûre que ça peut impressionner au moins une ou deux personnes dans le monde.

À lire aussi : Le fromage à raclette en 5 recettes qui changent des habitudes

  • Je fais Insanity putain ! (C’est un programme de sport vraiment vénère).
  • Des fois je fais Insanity des lendemains de raclette, badasserie +++ mention rots.
  • Je suis actuellement en train de me retenir de pisser, alors que je pourrais tout à fait abandonner, lâcher prise et m’uriner dessus alors eh, hein.
  • Je peux sans problème manger du fromage ou du pâté au petit-déjeuner.

taylor-swift
Comment tu m’imagines probablement après avoir lu cette dernière phrase.

Allez, à ton tour ! C’est quoi ta forme de badasserie ?

À lire aussi : Je dévalorise mon propre travail en permanence… mais je me soigne !


Sophie Riche

Sophie Riche est membre de la rédac depuis 2011, époque à laquelle elle officiait sous le pseudonyme Sophie-Pierre Pernaut. Elle aime manger du fromage et l'humour un peu gras.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • Lifaë
    Lifaë, Le 15 mars 2017 à 23h34

    Oui bon bah j’suis plus Willow que Buffy, quoi.
    Oui mais, Willow saison 1-2 ou Willow saison 6-7 ? :P Parce qu'en fin de série, elle est sacrément badass aussi hein x) (bon, on va passer sur l'addiction à la magie, mais Dark-Willow, c'est le côté "veste en cuir + attitude" de la badasserie :rockon:)

    Sinon, c'est amusant de voir les avis de tout le monde dans les commentaires ^^ J'avoue, j'ai une idée plutôt définie de ce qui peut être badass ou pas... mais je serais incapable de l'expliquer x) Mais je rejoins ta remarque, "on est toujours le badass de quelqu'un" : récemment, une fille de ma classe m'a désignée badass (ça commence à faire beaucoup de fois que je dis ce mot, et pourtant je commence toujours par basass avant de m'en rendre compte), alors que franchement, je ne me suis jamais considérée comme telle :hesite: (mais je vais pas mentir, sur le coup je me suis effectivement sentie trop cool 8) boost de confidence, toussa toussa, comme quoi, peut-être qu'il suffit de recevoir le titre pour le devenir, même temporairement :cretin:)

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!