J’ai couché avec un fétichiste des pieds, ça tourne mal

Cette madmoiZelle a rencontré un jeune homme pour faire des galipettes sous la couette. Un jeune homme qui se trouve être VRAIMENT à fond sur ses pieds.

J’ai couché avec un fétichiste des pieds, ça tourne mal

Bonjour mesdemoiZelles, aujourd’hui je viens vous raconter mon histoire.

Celle d’une rencontre pas forcément super jojo avec un jeune homme fétichiste des pieds.

Une rencontre pour pécho, de façon claire et assumée

Pour poser un peu le décor, il faut savoir que je commençais à me lasser de mon appli de rencontres car tous les garçons que j’avais rencontrés avaient des soucis, des peines de cœur, pensaient encore à leur ex, etc.

Et plusieurs d’entre eux ont eu la fâcheuse idée de me ghoster dès que je commençais à m’attacher un tout petit peu, ce qui fait plutôt mal à l’ego.

En ce moment, je n’ai pas vraiment envie d’émotions, je veux surtout pécho, trouver un coup d’un soir ou idéalement un plan cul régulier.

J’ai donc changé d’appli un soir, tard, dans un bar, très peu sobre, sur un coup de tête.

Je me réveille avec la tête dans le pâté et 15 notifs. Je panique : qui est mort ?!

Ah, personne : ce sont juste des messages de garçons qui veulent mon boule. Ouf ! Que les hostilités commencent…

Vis ma vie en collants résille

Une fois ma gueule de bois épongée, je me retrouve à faire du shopping avec un ami. Je me rachète notamment des collants résille, et pile au moment de payer, j’ai une illumination :

« Je suis con, en vrai je devrais acheter des bas résille… parce qu’entre mes cuisses qui frottent et les mecs qui les déchirent, mes collants résille ne tiennent jamais longtemps ! »

Ce à quoi mon pote interloqué me répond :

« Attend tu veux dire que tu claques 8€ en collants résille chaque fois que tu baises ?! C’est un budget quand même, tu proposes aux mecs de te rembourser ou bien ? »

Je lui ronchonne que oui ça va, c’est bon, j’achèterai des bas la prochaine fois.

Ce mec que je vais rejoindre pour coucher

Mes collants résille en poche, je traîne chez moi et je match avec ce mec qui me propose un peu de Netflix & chill chez lui (au prétexte qu’Harry Potter est sur Netflix : bon argument j’avoue).

Contrairement à mes habitudes, je ne prends pas tellement le temps de discuter et je ne propose pas une rencontre dans un lieu public de type bar.

Non, je prends mes cliques et mes claques, j’enfile mes collants résille tout neufs et je traverse l’INTÉGRALITÉ de la ville pour aller chez lui.

J’ai la dalle, quoi.

Bon, prudence malgré tout, je partage avec mon pote de shopping l’adresse du type, son digicode et son étage. On ne sait jamais.

J’arrive chez lui, ça sent fort la weed, le jeune homme a l’air gentil mais un peu triste et surtout bien défoncé. Physiquement, il me plaît.

Sans surprise, on ne regarde pas du tout Harry Potter. On papote un peu, très vite il m’embrasse, et j’étais là pour ça, alors allons-y.

La magie des collants résille

On se déshabille l’un l’autre, j’ai toujours mes collants par-dessus ma culotte. Il me demande si je veux bien les garder pour qu’il les déchire.

(Petite pensée pour mon pote avec son histoire de remboursement, je devrais me pencher là-dessus.)

Je lui réponds que oui, pas de souci, mais du coup il faut que je m’arrange pour virer ma culotte…

S’ensuit une longue, longue minute et demie pendant laquelle je retire mes collants, puis ma culotte, avant de remettre mes collants, le tout sous ses yeux, en essayant désespérément d’avoir l’air plus sensuelle que gauche.

Nous y voilà enfin. Les choses sérieuses peuvent commencer.

Surprise, il est fétichiste des pieds

Comme convenu, il déchire mon collant, enfile une capote, me caresse. Et là, déjà, il me touche environ des seins jusqu’aux pieds. Genre, vraiment juuuuusqu’auuuux pieds.

Ça me surprend, mes partenaires ne me touchent pas souvent les pieds, mais ok.

Bon, quand il commence à frotter son pénis sur mes orteils je COMMENCE à me dire qu’il est possible que ce type aime bien bien BIEN les pieds.

Niveau de déduction : Sherlock Holmes

Jusqu’ici, rien ne me dérange vraiment, on commence donc la pénétration et au bout d’environ DEUX SECONDES, le mec a mon pied dans la bouche.

Et il GROGNE. Fort.

Bon.

Je suis plus étonnée qu’excitée, plus surprise que dégoûtée. Tous les goûts sont dans la nature après tout.

Mais plus ça va, plus je suis mal à l’aise. Il se concentre tellement sur mes pieds, il est tellement intense dans son plaisir que je n’ose pas vraiment l’interrompre. Et ça, déjà, ça craint, de ne pas se sentir libre de dire « pause ».

En soi je ne le vis pas 100% mal mais j’ai l’impression de… ne pas être là. De ne pas compter. Que mes pieds sont ce qui l’intéresse, pas ma personne. Que je suis un accessoire, quoi.

Tout de même, à la fin, il finit par se concentrer un peu plus sur moi et il a un orgasme. De mon côté, j’ai pris du plaisir mais c’était pas non plus le meilleur coup de ma vie, sans surprise.

Malaise chez le fétichiste des pieds

Un peu gênée, je me rhabille et je tente de normaliser le moment en lui disant cash :

« Alors comme ça t’es fétichiste des pieds ? »

Il me dit que oui et me demande si ça m’a dérangée. Je lui réponds que non, c’est juste que je ne m’y attendais pas, quoi.

Il se rafraîchit dans sa salle de bains, on ne parle pas du tout. C’est LE MALAISE. Je commande donc un Uber parce que j’ai pas envie de me retaper tout le chemin de chez lui au métro à pieds, la nuit, seule, en collants résille.

Nous nous quittons sur cet échange formidable, qui commence avec une question de sa part :

— T’es mal à l’aise ? T’as l’air mal à l’aise.
— Bah, ça se voit que t’as envie que je parte donc c’est un peu gênant d’attendre le Uber là…
— Ah, je pensais pas que ça se voyait.

ALLEZ JE ME TIRE HEIN.

Message aux fétichistes des pieds

La première conclusion que je tire de cette rencontre c’est que je ne suis pas dans le délire fétichiste des pieds. Ça ne m’a pas spécialement excitée.

Mais ce n’est pas pour ça que ce moment m’a laissé un goût amer. C’est parce qu’il ne m’a pas prévenue…

Franchement, j’aurais été OK pour essayer, j’aime bien découvrir ce qui fait décoller les gens. Mais là, je ne savais pas du tout dans quoi je m’engageais.

J’ai changé mes habitudes en allant direct chez lui au lieu de jouer la sécurité et je le regrette. J’ai l’impression que d’une certaine manière, mon consentement a été bafoué.

Et c’est pour ça que je ne l’ai pas recontacté, d’ailleurs. Je pourrais lui écrire pour lui dire que ce serait cool de prévenir les prochaines, de ne pas les mettre dans ma situation…

Mais j’ai l’impression que ça verbaliserait trop le fait qu’il ne m’a pas respectée. Je n’ai pas envie de me sentir comme une victime.

Peut-être que je devrais lui écrire ça, peut-être que je finirais par le faire. En attendant, je le dis ici : si vous avez un fétichisme, ce n’est pas un problème. Simplement, ne l’imposez pas aux gens sans les prévenir !

Cette histoire ne m’empêchera pas d’acheter des bas résille ni de continuer à swiper sur les appli de rencontres. Mais j’aurais préféré faire sans cette expérience négative.

Et ça aurait été facile de l’éviter : en quelques phrases, la situation aurait été clairement posée…

À lire aussi : La dernière fois que j’ai fait l’amour… ça m’a laissé un goût amer

Pour ne rater aucun témoignage, abonne-toi au chatbot de madmoiZelle qui t’envoie chaque jour le top des articles à ne pas manquer, directement dans ton Messenger ♥

POURQUOI REGARDER THE HANDMAID’S TALE ALORS QUE ÇA MET BIEN LE SEUM ?

Une madmoiZelle


Tous ses articles

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!