Pourquoi je préfère fêter Noël entre amis, plutôt qu’en famille

Lysabunny a dû partir loin de sa famille... et fêter Noël différemment, entre amis. Une nouvelle tradition qu'elle préfère, et à laquelle elle tient !

Pourquoi je préfère fêter Noël entre amis, plutôt qu’en famille

J’ai arrêté de fêter Noël en famille après mon bac, quand j’ai commencé à travailler loin, dans le commerce. Dans ce secteur le mois de décembre est intense ; comme je finissais tard le 24 et que je bossais le 26, ça nous arrangeait de faire ça en janvier, quand je pouvais prendre quelques jours. Et pour tout dire, cela ne m’a pas vraiment dérangée de ne plus pouvoir fêter Noël en famille…

La pesante tradition du Noël en famille

J’ai notamment l’horrible souvenir d’un marathon de Noël avec mon copain de l’époque : nos parents à tous les deux étant divorcés, cela nous faisait quatre Noëls à la suite pour satisfaire tout le monde. L’enfer !

De plus, je dois dire que je ne suis pas très proche de ma famille, et je trouve les fêtes de Noël en famille un peu hypocrites : tout le monde est tout sourire comme si tout allait bien, et on est dans l’obligation d’y consacrer du temps et de l’argent (le trajet coûte cher et il faut faire des cadeaux) parce que traditionnellement il FAUT fêter Noël en famille.

bridget-jones-christmas

À lire aussi : Le bingo des repas de famille vous est présenté par… le gouvernement

Pourtant j’adore cette fête, comme ma mère qui fait toujours son sapin digne des grands magasin le premier décembre, peint des décorations dorées ou en fausse neige sur toutes les fenêtres et diffuse des chants de Noël en permanence. Comme en plus j’adore cuisiner (et manger), le repas traditionnel me fait saliver d’avance. Ce sont les côtés commercial et familial qui m’ennuient : pour moi cela doit être un bon repas avec des gens qui ont envie de partager un moment convivial.

À lire aussi : La famille, ce n’est (toujours) pas très important pour moi — Témoignage et mise à jour

Noël entre amis

Ne pas fêter Noël, que le 24 soit une soirée ordinaire, c’était inenvisageable pour moi. Je voulais ma grande tablée débordante de victuailles, l’ambiance souriante et chaleureuse, la magie de Noël. J’ai donc retroussé mes manches et décidé que Noël existerait quand même. Je ne devais pas être la seule esseulée ce soir-là : j’ai fait le tour de mes amis et j’ai trouvé des gens comme moi. Des gens loin de leur famille, qui n’en n’avaient pas ou ne souhaitaient pas passer les fêtes avec eux. J’ai donc invité tout le monde et passé un super moment.

glee-christmas

Je l’ai ensuite fait plusieurs années et c’était trop bien. Généralement je cuisinais des mets traditionnels (foie gras/saumon, dinde aux marrons, bûche..), mais il nous est aussi arrivé de faire plus original (comme des méga hamburgers de la mort). On buvait de très bons vins, on se marrait, on faisait des trucs clichés comme mettre un fond d’écran « feu de bois » et passer des compilations de classiques de Noël. Je faisais les courses seule ou avec une aide, je cuisinais et on partageait les frais. On s’en tirait pour une dizaine d’euros chacun.

À lire aussi : De l’intérêt d’avoir des amis tout autour du monde

Je suis toujours rayonnante ce soir-là, car j’aime recevoir et surtout j’aime Noël. Les gens ont parfois beau ne pas croire en sa magie, les sourires et la bonne humeur visibles sur tous m’ont prouvé qu’elle était bien là. D’année en année, les habitués et les nouveaux, les amis ou les simples connaissances se sont succédés à ma table, et j’ai passé de très belles soirées.

Mon Noël à moi

Mon gros regret cette année, c’est que je ne vais pas pouvoir le faire. Cet été j’ai été mutée à l’autre bout de le France, près de ma famille… Mes amis étant loin, je vais me contenter d’un repas en amoureux le 24 et d’un Noël familial le 25 — je ne veux pas faire d’histoires en ne m’y joignant pas. Ma famille sait que je suis très attachée à mon Noël entre amis (ils trouvent d’ailleurs ça plutôt cool) mais je n’oserais pas leur dire en face que je le préfère, déjà qu’ils ne me voient pas très souvent…

new-girl-christmas

J’ai dû prévenir tous mes « habitués » que cette année Noël sera sans moi ; ils vont donc retourner à leur film/pizza. Pour compenser, on se fait une sorte de colo entre potes pour le réveillon, on va passer quatre jours ensemble. Et j’ai bien l’intention de revenir dans ma ville d’amour l’année prochaine et de refaire Noël avec mes amis (ou d’avoir le temps de mieux m’organiser pour qu’ils viennent). Je pense que même si je m’installe avec quelqu’un et/ou que j’ai des enfants, je continuerai à inviter ceux et celles qui ont envie de venir à Noël. Parce que pour moi, les amis sont aussi importants que la famille : ils me connaissent mieux, me soutiennent et me font vivre mes meilleurs moments !

Et toi, comment fêtes-tu Noël ?

À lire aussi : Six trucs à faire pour rentrer dans l’ambiance de Noël

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 8 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Greeen
    Greeen, Le 20 décembre 2015 à 19h07

    Je trouve ça triste de voir tellement de gens qui voient la famille comme un lieu hypocrite... Personnellement, on fêtait noel avec ma famille, un repas/dodo chez les grands parents et le repas du midi chez les autres. Et on échangeait tous les ans. Bon, cette année mon papi comme ma grand mère sont morts (respectivement grand parent maternel et paternel) alors je ne sais pas trop comment on va s'organiser... Ce que je sais c'est que ça va me faire un gros vide. M'enfin, je vais voir les cousins, on va manger comme des dingues, on va rigoler, chanter noel, je les ai pas vus depuis tellemeeeent longteeeemps...

Lire l'intégralité des 8 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)