Les Femmes d’American Horror Story: Coven – Les Fantasmes de la Rédac

American Horror Story: Coven regorge de femmes plus badass et envoûtantes les unes que les autres. Jack Parker n'a, logiquement, pas réussi à n'en choisir qu'une !

Les Femmes d’American Horror Story: Coven – Les Fantasmes de la Rédac

La troisième saison d’American Horror Story, intitulée Coven, bat actuellement son plein et nous offre chaque semaine un paquet de rebondissements, nous prouvant une fois de plus que Ryan Murphy et Brad Falchuk ne sont pas encore arrivés à court d’idées. La série reste pour l’instant fidèle à elle-même, mêlant tous les genres de l’horreur dans un énorme pot-pourri glauque, drôle, jouissif et à l’esthétique toujours léchée, et les fans sont bien contents.

Mon amour pour la série n’est plus un secret depuis longtemps (j’en ai même parlé à la télévision, oui madame) et cette troisième saison me ravit d’autant plus qu’on s’attend toujours à voir le niveau baisser d’année en année. Ce n’est pour l’instant pas le cas, et j’espère que ça n’arriverai pas tout de suite.

Voici donc ma petite déclaration d’amour aux femmes d’American Horror Story: Coven, qui déchirent, comme chaque année.

Fiona Goode — Jessica Lange

Je me suis déjà un peu étendue sur le sujet Jessica Lange dans l’édition sénior des Fantasmes de la Rédac, mais j’ai tellement d’amour pour elle que je ne crache jamais sur une occasion de lui déclarer ma flamme.

Jessica Lange est, comme à sa détestable habitude, absolument parfaite dans le rôle de Fiona Goode, une sorcière qui règne en tant que Suprême sur ses consoeurs : c’est un peu l’élue parmi les jeteuses de sorts, la femelle alpha du Sabbat, la Reine Mère, bref, elle a beaucoup de pouvoir et n’hésite pas à s’en servir.

Ce qui ne l’empêche pas d’être une très mauvaise mère, absente, irresponsable, rendue un peu folle par l’ambition et la soif de pouvoir, légèrement alcoolique, et aux motivations plus que douteuses. Il n’y a pas un péché capital qu’on ne puisse pas attribuer à Fiona ; elle le sait, tout le monde le sait, et tout le monde fait avec. Ceux qui essayent de se mettre en travers de son chemin finissent toujours par le regretter.

Elle ne supporte pas de se voir vieillir et sent qu’elle ne va pas tarder à devoir passer le flambeau à la nouvelle Suprême, mais elle a bien l’intention de faire tout ce qui est en son pouvoir pour retarder l’inévitable.

Comme dans chaque saison, Jessica Lange incarne un personnage qu’on déteste dès sa première apparition, mais auquel on finit peu à peu par s’attacher, au fil des épisodes, jusqu’à ne plus pouvoir s’en passer et ressentir tout un tas de trucs surprenants (empathie, compassion, pitié) pour elle.

Cordelia Foxx — Sarah Paulson

Malgré un nom qui conviendrait plus à une élève du Professeur X, Cordelia Foxx est bel et bien une sorcière, elle aussi. C’est elle qui gère la pension dans laquelle vit la nouvelle (et dernière ?) génération de jeunes sorcières, mais c’est aussi la fille de Fiona. Un rôle qu’elle n’a jamais vraiment apprécié, compte tenu du parcours de sa mère et de son incapacité à lui donner l’attention dont elle avait tant besoin.

Déjà, une pension et une mère casse-couilles, c’est assez relou à gérer, mais si on ajoute à ça son désir d’enfanter rendu impossible par des soucis de fertilité, ça commence à faire lourd.

Surtout que chaque épisode semble vouloir en rajouter une couche sur la gueule de Cordelia, alors qu’elle a franchement rien demandé à personne, merde. C’est officiellement le souffre-douleur de cette saison. Et quand on voit ce que Sarah Paulson s’est mangé dans la gueule dans la saison dernière, y a de quoi se demander si Ryan Murphy n’a pas un léger souci avec elle.

Sarah Paulson avait décroché un tout petit rôle dans la première saison et s’est complètement révélée dans la deuxième, Asylum, en endossant le rôle d’une journaliste internée par erreur (merci Jessica Lange, encore une fois) dans un asile psychiatrique qui rend ses patients encore plus fous qu’à leur admission. Séquestrée, torturée, violée, elle a cumulé les coups durs et nous a donc impressionnés par sa ténacité (et son jeu d’actrice donc, hein, puisqu’on est dans de la fiction, même si on dirait parfois que je l’oublie).

Si son rôle est un peu plus effacé dans Coven, ça ne l’empêche pas de crever l’écran à chacune de ses apparitions, rendant le duo Lange/Paulson totalement efficace (et donc incontournable).

Marie Laveau — Angela Bassett

Oh, par où commencer.

Angela, Angela, Angela… Je suis tombée amoureuse de toi dès le premier regard, et mes sentiments n’ont fait que croître au fil des épisodes ; chaque semaine je me rue sur mon écran pour pouvoir te retrouver, toi et tes longues tresses, ta bouche INCROYABLE et ton regard qui me glace les sangs autant qu’il réchauffe mon coeur. Est-ce qu’on peut faire plus charismatique que cette femme s’il vous plaît ? Non.

Alors quand on me met Jessica Lange et Angela Bassett sur le même écran, moi je me ratatine, je fais comme Alex Mack et je laisse une grande flaque sur le sol.

Et comme évidemment Angela et Jessica incarnent deux rivales, y a moyen de perdre la boule devant leurs scènes : on ne sait plus pour qui se réjouir, quel camp choisir, qui encourager, et on a juste envie de se jeter sur elles et de leur faire des câlins jusqu’à ce qu’elles se calment (mais elles sont encore plus belles quand elles s’énervent, c’est injuste).

Angela incarne donc Marie Laveau, une prêtresse vaudou qui ne connaît que trop bien le secret de la longévité. Et entre le clan vaudou de la Nouvelle-Orléans et celui des sorcières de Salem, ça n’a jamais été simple : une guerre fait rage depuis des centaines d’années, et la trêve instaurée quelque temps plus tôt est sur le point de tomber en ruines… (Merci qui ? Merci Jessica Lange, fouteuse de merde professionnelle depuis la première saison).

Ah, et hahaha, petit détail qui fait tout : Angela Bassett a 55 ans. CINQUANTE-CINQ PIGES. Prends-toi ça dans la gueule, Mère Nature.

Misty Day — Lily Rabe

Lily Rabe a dû cravacher pour me convaincre : je la trouvais profondément agaçante dans la première saison, elle a commencé à m’intriguer dans la seconde, et j’ai découvert, en posant les yeux sur elle pour la première fois dans cette troisième saison, qu’elle ne me laissait plus indifférente. J’ai été heureuse de la revoir, et son rôle, bien que peu exploité et assez énigmatique pour l’instant, m’a plu dès la première minute.

Elle incarne Misty Day, une sorcière qui a le pouvoir de ramener les gens (et les animaux) à la vie. Et vu qu’elle a été cramée sur le bûcher par une bande d’arriérés quelques années plus tôt quand ils ont eu vent de son don, on peut dire que ça lui a été pas mal utile. Depuis, elle vit dans une cabane au fond des bois et passe son temps à guérir toutes les créatures qui lui tombent sous la main et à danser sur Stevie Nicks. Et elle est quand même vachement stylée pour une hippie des bois.

Et si j’ai passé les trois dernières semaines à écouter l’intégrale de Stevie Nicks et de Fleetwood Mac, c’est certainement pas un hasard (ok, c’est aussi parce que j’aimais déjà bien avant, mais quand même). Petite info qui a son importance : la chanteuse Stevie Nicks a longtemps été soupçonnée de pratiquer la sorcellerie, comme quoi hein, y a pas vraiment de hasard. Et d’ailleurs, elle a prévu de faire une petite apparition dans son propre rôle dans la série, parce que c’est la meilleure série du monde et que la vie est belle et que Ryan Murphy est grand et beau.

Delphine LaLaurie — Kathy Bates

Alors bon, je vais être honnête tout de suite : non, je ne rêve pas secrètement de coller mon corps nu à celui de Kathy Bates, j’avoue, okay, je triche un peu.

MAIS.

Kathy Bates est une immense actrice qui me fait frisonner de toutes les manières possibles et imaginables depuis ma plus tendre enfance et j’éprouve pour elle un amour sans limite, inconditionnel et puissant, et j’estime que ça compte un peu quand même.

Dans Coven, elle incarne Delphine LaLaurie (un personnage qui a, je vous le rappelle, déjà existé) (tout comme Marie Laveau, d’ailleurs) (et The Axeman, qu’on découvre plus tard dans la série, aussi) (eh ouais, ils se foutent pas de votre gueule hein), une femme qui s’amusait à torturer ses esclaves au 19ème siècle. Elle a été punie par Marie Laveau qui l’a rendue immortelle avant de l’enfermer dans un cercueil et de l’enterrer, ce qui constitue une punition bien à la hauteur de ses crimes, si vous voulez mon avis.

Et Fiona Goode s’est évidemment fait un plaisir de la sortir de là, la plongeant dans un monde qui n’a plus grand-chose à voir avec celui qu’elle a connu avant de finir dans un trou.

La performance de Kathy Bates dans le rôle de Madame LaLaurie est évidemment impeccable et parfaite et on a envie de la baffer et de la prendre dans nos bras en même temps et c’est beau et je l’aime et je veux que ce soit au minimum ma marraine, genre.

Évidemment, je ne peux pas vous quitter sans balancer une mention spéciale à Taissa Farmiga, Gabourey Sidibe, et Jamie Brewer qui forment un trio de petites sorcières plutôt cool. Comment ? Qu’est-ce que vous dites ? « Et Emma Roberts alors » ? EMMA ROBERTS PEUT ALLER SE FAIRE VOIR CHEZ LES GRECS, VOILÀ C’QUE J’EN DIS MOI.

Pardon, j’ai jamais pu la blairer (et je sais même pas pourquoi, c’est terrible) (et non, je vous vois venir, mais ça n’est pas UNIQUEMENT lié au fait qu’elle se tape Evan Peters, je vous trouve bien médisantes).

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 14 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • LapizLazuli
    LapizLazuli, Le 22 novembre 2013 à 19h22

    Jessica Lange, on adore la détester !
    Et puis elle est trop bonne ahahah !
    Mon actrice préférée dans la série !

Lire l'intégralité des 14 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)