La mère de mon ex, c’était comme ma mère… jusqu’à la rupture

Une madmoiZelle a été très proche de la famille de son ex, mais cela ne s'est pas très bien passé une fois qu'elle a rompu. Elle dévoile son récit mâtiné d'amertume.

La mère de mon ex, c’était comme ma mère… jusqu’à la rupture

Quand je suis en couple, j’ai besoin de passer énormément de temps avec la personne.

J’ai donc passé beaucoup de temps dans les familles respectives de mes derniers ex.

La famille de mon ex, plus accueillante que la mienne

Avant que je ne parte de chez mes parents, j’avais beaucoup de mal à me sentir à l’aise en invitant l’élu de mon cœur chez moi.

Je ne pourrais pas décrire ma famille comme un environnement chaleureux et accueillant.

Assez tôt, j’ai développé une tendance à entretenir une forme de double-vie.

Il y avait chez moi, où je suis la fille sage et raisonnable de mes parents… et chez mon copain, où je me sentais libre d’être une jeune femme amoureuse, plus libérée, plus confiante aussi.

À lire aussi : J’ai quitté mon copain parce que mes parents ne l’acceptaient pas

Se lier avec la famille de mon mec, pour moi c’est inévitable

Conséquence de passer beaucoup de temps chez mes ex : me lier, inévitablement, à leurs familles.

Des proches de mon tout premier copainn par exemple, je garde un souvenir vraiment tendre.

Et je continue d’avoir de très bons contacts avec eux d’ailleurs : sa mère est une femme adorable, avec laquelle je prends toujours le temps de discuter quand il m’arrive de la croiser dans la ville où j’habitais.

Je m’entends particulièrement bien avec sa petite sœur, avec laquelle je suis encore allée boire un verre il y a peu. Nous avons parlé de tout et de rien, de nos vies, de son couple et de sa famille.

Pourtant, je n’ai pas gardé contact avec mon ex et je n’envisage pas spécialement de le faire.

Ma seconde famille, celle de mon mec

En revanche, avec mon dernier ex, la situation a été bien plus compliquée.

J’avais 18 ou 19 ans, et lui 20 ans quand nous nous sommes rencontrés. Notre couple a duré un an.

Sur cette année, nous avons passé toutes nos vacances, d’hiver et d’été, ainsi que de nombreux week-ends chez sa famille qui vivait à la campagne dans une très grande maison.

Comme nous habitions dans un petit 20m² dans une grande ville, aller les voir était pratique pour nous et très agréable.

De plus, il aimait rendre visite à ses parents et ses petites sœurs, âgées d’une dizaine d’années à l’époque.

Une relation très forte avec la mère de mon ex

La première fois que j’ai rencontré ses parents, cela s’est fait naturellement. Je suis arrivée et sa maman a tout de suite été ravie de voir son fils en couple.

Sa dernière petite amie lui avait fait beaucoup de mal et cela ne s’était pas bien fini, même avec la famille de mon ex.

J’avais beaucoup de respect et d’amitié pour la maman de mon ex parce que son foyer était assez modeste, mais c’était une femme dévouée, aimante avec ses enfants, toujours aux petits soins avec tout le monde.

J’ai développé une relation forte avec elle, et elle a toujours été adorable avec moi.

Elle apportait un côté un peu maternel à ma vie. Ma mère à moi n’est pas pareille, elle n’est pas du genre à faire de bons petits plats, à prendre soin des autres, contrairement à la maman de mon ex.

J’ai une relation tout juste cordiale avec ma mère, et comme je le précise plus haut, je n’ai pas une famille qui communique beaucoup et qui soit très chaleureuse.

J’ai trouvé dans la famille de mon ex l’affection qui me manquait tant dans la mienne.

À lire aussi : La famille, ce n’est (toujours) pas très important pour moi — Témoignage et mise à jour

La mère de mon ex, ma confidente

En plus d’être toujours accueillante, la mère de mon ex se confiait beaucoup à moi.

Nous discutions de beaucoup de sujets, partagions nos soucis avec des amies, elle me parlait de sa jeunesse aussi…

Je crois que nous étions proches parce que j’étais la seule autre femme de la maison, ses deux fille étant bien plus jeunes.

Avec son fils, nous nous occupions souvent des deux cadettes. La mère devait aller faire des courses régulièrement, s’absenter pour le bien de la maison ; et dans ces cas là, nous les emmenions en balade, nous faisions des jeux ensemble.

J’ai aussi partagé des moments très forts de cette famille, notamment la mort de leur chien, leur fidèle compagnon.

Ce soir-là, j’étais seule avec sa mère, et nous avons toutes les deux passé la nuit à réconforter le chien qui comprenait ce qui lui arrivait.

Nous l’avons accompagné ensemble jusqu’à la fin, le calmant quand il commençait à suffoquer, nous calmant l’une l’autre aussi…

Nous avons partagé bien d’autres moments ensemble, certains difficiles, d’autres plus heureux. Des disputes, des barbecues estivaux, des baignades, les repas pour célébrer les médailles des filles à leur championnat de piscine.

La rupture, puis plus de nouvelles

Seulement voilà, j’ai rencontré quelqu’un d’autre, et je n’étais tout simplement plus amoureuse de mon copain à ce moment-là. J’ai donc rompu avec lui.

Cela faisait deux ou trois mois que je n’avais pas vu sa famille parce que nous avions changé de rythme de vie : lui avait déménagé dans une autre ville, moi j’avais ma rentrée à la fac.

Quand je l’ai quitté, il a très mal vécu la séparation. Il a totalement coupé les ponts avec moi et je n’ai plus eu aucune nouvelle ni de lui de ses proches.

Je pensais énormément à cette famille à laquelle je n’avais pas pu dire au revoir.

J’ai donc tenu à leur écrire une carte pour les fêtes de fin d’année. J’avais envie de leur dire merci pour leur accueil, pour moi cela me semblait normal. J’avais passé tellement de temps chez elles que je tenais à les remercier.

Je voulais aussi leur expliquer à quel point j’étais désolée, désolée de ne plus les voir, désolée d’avoir fait de la peine à leur fils.

Et je n’ai jamais reçu de réponse.

Je n’ai pas été très surprise vu que la rupture a été difficile pour mon ex et la situation n’est évidente pour personne. Mais j’ai été un peu déçue et blessée…

Un souvenir amer de la mère de mon ex

Un an plus tard, j’ai revu mon ex.

Nous avions bu un verre pour mettre un conclusion apaisée sur notre histoire. J’en ai profité pour prendre des nouvelles de sa famille, et de sa mère surtout.

J’ai voulu savoir s’ils avaient reçu la carte que j’avais envoyée pour les fêtes de fin d’année.

Il m’a confirmé que sa famille l’avait reçue. Et n’a pas compris pourquoi je l’avais envoyée.

Apparemment, ça paraissait presque déplacé, pour sa mère ce n’était pas logique : si j’avais quitté son fils, il n’y avait pas de raison que je lui parle à elle, ni à sa famille.

Elle a aussi ajouté que si j’étais si désolée, je n’avais qu’à ne pas rompre avec lui.

Ça a confirmé ce que je ressentais quand j’ai vu que je n’avais pas de réponse à ma carte…

Je ne suis pas la meuf de… je suis moi !

Ça me chagrine un peu de me dire que c’était cela, mon dernier contact avec cette famille. En même temps, comme la rupture ne s’est pas bien passée, ça aurait difficilement pu se passer autrement.

Finalement, je trouve ça dommage. La mère de mon ex n’a pas réussi à dissocier la personne que j’étais du couple que nous formions avec son fils…

Je suis très fusionnelle dans le couple et pourtant je pense que c’est important d’être considérée comme une personne à part entière !

À lire aussi : Comment gagner le cœur de vos beaux-parents ?

POURQUOI REGARDER THE HANDMAID’S TALE ALORS QUE ÇA MET BIEN LE SEUM ?

JulietteGee


Tous ses articles

Commentaires
  • Azala
    Azala, Le 9 décembre 2018 à 22h24

    GranMerKal
    Tu trouves sa naïveté touchante, je la trouve flippante, y'a pas de quoi en faire une raclette. :dunno: Je pense que t'es au courant que tout ne fonctionne pas forcément par l'émotion, on peut aussi être un peu rationnel, ça ne coûte rien et non, ça ne s'appelle pas du "cynisme". Cet article pose la question suivante: "mais pourquoi la mère de mon ex me boude alors que je n'ai rien fait à part avoir brisé le coeur de son fils", j'apporte simplement une réponse: "parce que tu as brisé le coeur de son fils". Simple. Basique.

    PS: "y'a pire en matière de forçage", écoute je ne te souhaite pas de croiser les personnes que j'ai croisé. Y'a toujours "pire", c'est pas un argument ça.
    Cet article ne pose aucune question, c'est un témoignage.

    Je n'ai pas dit que je trouvais sa naïveté touchante, simplement qu'on pouvait la comprendre. On peut être rationnel, oui, on peut aussi considérer les êtres humains avec une grille de lecture autre qu'ultra libérale comme si on pouvait - devait ? - tous et toutes être résumé.es à des "fonctions".

    Vu que visiblement l'ironie de ma phrase n'a pas été saisie, je précise que "y a pire en matière que forçage" était une façon de parler. Envoyer une carte de vœux c'est pas du harcèlement. Merci de ne pas parler de ma vie comme si tu la connaissais.

    Ce n'est pas la peine de prendre le temps de me répondre.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!