Quand les fake news s’invitent jusque sur le plateau de Laurent Ruquier

Par  |  | 112 Commentaires

Najat Vallaud-Belkacem, invitée de Laurent Ruquier, a eu à répondre d'une fake news, amenée sur le plateau par... Une journaliste, Vanessa Burggraf. On N'est Pas Couché, mais on n'est surtout pas sorti de l'auberge...

Quand les fake news s’invitent jusque sur le plateau de Laurent Ruquier

Najat Vallaud-Belkacem était l’invitée de Laurent Ruquier, dans l’émission On n’est pas couché diffusée samedi 20 mai.

L’ancienne ministre de l’Éducation Nationale retrouve une plus grande liberté de parole maintenant qu’elle est sortie du Gouvernement.

Elle était sur le plateau pour parler de son autobiographie, La vie a plus d’imagination que toi, parue le 1er mars. Bien entendu, elle a également été interrogée sur son bilan.

L’une des chroniqueuses de l’émission est Vanessa Burggraf, qui se présente elle-même comme journaliste. Elle questionne donc l’ancienne ministre sur ses diverses actions à la tête de l’Éducation Nationale.

Jusque là, aucun problème, même si elle semble très critique du bilan de Najat Vallaud-Belkacem, ses questions donnent lieu à des échanges intéressants.

Une fake news sur France 2

Jusqu’à ce que la journaliste reproche à l’ancienne ministre une réforme qu’elle n’a jamais menée… Vanessa Burggraf relaie une fake news sur le plateau d’ONPC, pour l’opposer aux réponses de Najat Vallaud-Belkacem.

Voici l’extrait en question.

« Vous êtes journaliste, et vous tombez dedans ! »

Najat Vallaud-Belkacem peine à contenir un éclat de rire, elle dément bien sûr cette rumeur, et refuse d’abord de commenter l’incident, en disant « je ne veux pas vous mettre en difficulté », mais elle finit par s’emporter :

« Najat VB : Mais c’est pas possible, vous vous rendez compte ? Mais vous relayez une fake news, j’en reviens pas !

Laurent Ruquier : Mais si elle dit que c’est vrai dans l’école de sa fille ?

NVB : Je n’en rajoute pas parce que je ne veux pas vous mettre en difficulté, donc on va oublier cette discussion. »

Mais comme Vanessa Burggraf insiste, l’ex-ministre continue à répondre :

« Mais c’est incroyable ! Ça fait 3 ans que je suis sujette à toutes les fake news, à tous les mensonges, à toutes les insanités de la Terre, et vous, vous êtes journaliste, et vous tombez dedans, et vous relayez ça ?

Vous comprenez que je sois furieuse ! Furieuse ! »

On assiste à zéro remise en question de Vanessa Buggraf sur le plateau, j’ai bien regardé les 54 minutes du passage de Najat Vallaud-Belkacem, et la journaliste n’en démords pas. « Mais vous y étiez favorable ! » relance-t-elle au sujet des fake news démenties par l’ex-ministre.

À lire aussi : Rumeurs à l’école sur la « théorie du genre » et la sexualité

On n’est pas couché, le passage de Najat Vallaud-Belkacem

L’entretien avec l’ex-ministre de l’Éducation Nationale, j’ai calé cette vidéo à 32 minutes, début de la conversation portant sur la réforme du collège.

L’échange musclé avec Vanessa Burggraf commence à 38 minutes.

« Oui mais dans l’école de ma fille »

Le drame de cette séquence, c’est aussi la « défense » de la journaliste, qui invoque « l’école de sa fille » pour appuyer son propos.

Sauf que tout l’intérêt d’être interrogée par une journaliste, par opposition à, disons, l’appel d’un auditeur reçu au standard, c’est justement ce filtre du fact checking. Monsieur ou madame tout-le-monde parle de son expérience personnelle pour commenter un fait d’actualité.

À lire aussi : Quand Najat Vallaud-Belkacem tacle le marronnier du bac « qui baisse »

Le ou la journaliste, en revanche, prend du recul pour rendre compte de ces faits, les commenter. « Mais dans l’école de ma fille », ce n’est pas un argument.

Surtout qu’il y a bel et bien eu une réforme de l’orthographe… en 1990. Et comme l’expliquait si bien Lucie Kosmala en février dernier, lorsque la fake news accusant Najat Vallaud-Belkacem d’en être responsable circulait, cette réforme entérine surtout l’usage actuel de la langue française… Pourquoi la réforme de l’orthographe est une bonne chose pour la langue française ?

Mais Najat Vallaud-Belkacem n’a absolument rien à voir là-dedans. Les Décodeurs avaient d’ailleurs expliqué l’origine de cette fake news, qui circulait en février 2016.

Si Vanessa Burggraf tenait absolument à critiquer cette évolution de la langue, il aurait fallu citer cette source, plutôt que l’école de sa fille.

La colère de Najat Vallaud-Belkacem au sujet des fake news

Effectivement, il faut bien reconnaître que depuis sa prise de poste à l’Éducation Nationale, Najat Vallaud-Belkacem a été la cible de nombreuses rumeurs. Accusée d’être à la solde du Maroc, son pays d’origine, d’avoir voulu imposer l’enseignement de l’arabe au CP entre autres mensonges entourant sa réforme du collège, pour ne citer que ça.

Elle avait même plaisanté sur le sujet, lors de son discours d’ouverture d’un colloque consacré aux théories du complot.

C’était en pleine polémique sur cette fameuse réforme de l’orthographe, quelle ironie ! C’était surtout un an après les attentats contre Charlie Hebdo, qui avaient révélé une préoccupante réalité : nombre d’adolescent•es croient aux théories du complot.

À lire aussi : #OnTeManipule, la contre-attaque anti-complotiste du gouvernement

C’est l’une des raisons pour lesquelles l’Éducation Nationale ouvrait ses portes à des volontaires de la société civile, cette réserve citoyenne destinée à intervenir dans les classes. Le but ? Élargir les perspectives des élèves, soulager aussi les professeurs dont la mission n’est clairement pas de commenter l’actualité !

Des initiatives fleurissent pour lutter contre le fléau des fake news et autres théories du complot qui séduisent de trop nombreux•ses adolescent•es, mais aussi des adultes, non armé•es pour décrypter le vrai du faux.

Cette enseignante donne des cours de fact-checking à ses CM2, par exemple. Si des élèves de primaire peuvent le faire, une journaliste chevronnée comme Vanessa Burggraf en est certainement capable…

À lire aussi : L’agence « Premières Lignes » décrypte les théories du complot pour aider les élèves à séparer le vrai du faux

Dans ces conditions, la colère de Najat Vallaud-Belkacem est plus que compréhensible… Les réseaux sociaux se sont fait l’écho de cet échange, et la bêtise de Vanessa Burggraf sur ce coup-là est monté en trending topic sur Twitter. Mais il y a plus grave à retenir que l’énorme bourde d’une journaliste.

La ministre poursuivie par les fake news

Si vous aviez suivie notre grand live du 8 mars, vous aurez compris pourquoi la mention de cette réforme de l’orthographe est particulièrement choquante pour Najat Vallaud-Belkacem.

Lorsqu’elle était venue répondre à nos questions en direct pendant une heure à l’occasion du 8 mars, l’ex-ministre de l’Éducation Nationale nous avait livré une anecdote, au sujet des fake news, mais plus particulièrement de celle-ci, sur la réforme de l’orthographe.

Elle nous raconte précisément un dîner, un jour, avec le ministre de l’Éducation Nationale au Portugal. Elle lui parle de « cette fake news incroyable » qui la poursuit, cette fameuse « réforme de l’orthographe que je n’ai jamais conduite ».

Son interlocuteur manifeste sa surprise, et lui confie que lui aussi, on a prétendu qu’il voulait réformer l’orthographe, alors que lui non plus, il n’y avait jamais touché. L’ex-ministre commente :

« C’est une super attaque pour ceux qui veulent décrédibiliser une politique progressiste, de gauche, que d’utiliser ce genre de crise identitaire.

« vous voyez bien qu’ils veulent remettre en cause les fondements de notre civilisation, puisqu’ils s’en prennent à la langue ! »

J’ai pris conscience que ces mêmes arguments étaient utilisés partout dans le monde »

Pour réécouter l’extrait où l’on parle fake news avec Najat Vallaud-Belkacem, c’est à partir de 48:38. (J’ai calé au bon moment !)

Elle balance un « what the fuck ?! » à 52 minutes, rien que pour ça je vous conseille le replay intégral.

Alors entendre une fake news relayée sur le plateau d’ONPC, l’une des émissions les plus populaires du service public, c’est doublement choquant.

C’est choquant de voir une journaliste insister autant alors qu’elle est clairement dans l’erreur, et c’est choquant de voir le débat en rester là, alors que cette fake news, comme d’autres qui ont circulé au sujet de la ministre, participent d’une tentative de discrédit malhonnête.

Pas plus tard que cette semaine, on vous parlait d’une autre fake news visant l’Éducation Nationale, au sujet de l’éducation à la sexualité, cette fois-ci.

Ça méritait une mise au point sur le fond de l’affaire… Et maintenant, je vais faire des gifs de Najat Vallaud-Belkacem, pour le bien de l’Internet.

Peace.

Des reaction gifs de Najat Vallaud-Belkacem, pour toi Internet

Facepalm version tu sais plus si tu dois rire ou pleurer

Quand quelqu’un se fout ouvertement de ta gueule

Quand t’es saoulée puissance infinie

Quand t’as zéro time pour le bullshit

Je vous propose de légender ce gif

Ce niveau de patience face au bullshit : mon objectif de méditation #MeditationGoal

Quand ça va trop loin et qu’il faut arrêter maintenant

Voilà c’est tout pour moi, pardon j’apprenais à faire des gifs. La bise.

À lire aussi : Je veux comprendre les élections législatives 2017


Clemence Bodoc

Anciennement Marie.Charlotte, Clémence Bodoc a été jeune cadre dynamique dans une autre vie, avant de rejoindre la Team madmoiZelle. Elle s’intéresse à l’actualité et à l’écologie, aime la politique et les débats de société. Grande fan de sport (mais surtout à la télévision), et de cinéma (mais seulement en VO), son nom de scout est dinde gloussante azurée. Elle ne mord pas mais elle rit très fort.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • Aemilia_Magistra
    Aemilia_Magistra, Le 25 mai 2017 à 16h43

    Sadala
    Concrètement ces accusations de mensonges ne reposent sur rien.
    Voilà ce que tu as répondu à @LiGie qui t'invitait à relire les messages précédents... admets qu'il y a de quoi, au minimum, douter (ou alors il ne fallait pas mettre "accusations" et "mensonges" au pluriel).

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!