Alerte : béguin non partagé, que faire ?

— Extrait d’un article rédigé dans le cadre d’un partenariat avec Pocket Jeunesse.
Conformément à notre Manifeste, on y a écrit ce qu’on voulait.

Bon, ce n’est pas la catastrophe, mais ce n’est pas trop l’éclate non plus quand tu as un crush pour l’un•e de tes potes. Outre la possible fin de votre amitié en cas de pépin, la situation peut être passablement pénible voire carrément insupportable.

À partir de là, il y a deux teams : celle qui pense qu’il vaut mieux préserver l’amitié et essayer d’étouffer les petites palpitations de ton cardio, et celle qui préfère tenter sa chance ou, à défaut, simplement s’exprimer.

J’aimerais beaucoup te dire que l’une de ces solutions est meilleure que l’autre mais ça va surtout dépendre des situations. Si tu as l’impression que ce n’est qu’un petit coup de cœur passager et diffus, tu peux effectivement penser que ça ne sert à rien de compliquer les choses entre ton/ta pote et toi.

Sans compter que faire remarquer quelque chose d’a priori anodin (à condition que ça le soit) va avoir tendance à lui donner du volume et à grossir son importance. Bonjour l’effet boule de neige !
sous-meme-etoile-petite-couv

Tu veux voir un effet boule de neige ? Prépare-toi pour la sortie de Sous la même étoile, de Kelley York

En revanche, si tu sens que tu en as gros sur la patate, inutile de chercher à étriper tes émotions : cette solution a vraiment très peu de chances de fonctionner. Dans ces cas-là, mieux vaut crever l’abcès en abordant la question sans mettre la pression à l’autre, pour évacuer la tension.

Passé le petit moment de malaise, tu te sentiras probablement mieux, et surtout, tu seras fixé•e sur les sentiments de ton ami•e à ton égard. Même si tu es persuadé•e que ton crush n’est pas réciproque, mieux vaut en parler quand même, et ce pour deux raisons… Que tu découvriras mercredi, à la publication de la suite de cet article (oui, c’est cruel, j’assume)…

À mercredi !