Ces émissions de télé qui me manquent

La télé est parfois un univers impitoyable : certaines émissions sont radiées du petit écran, sans ménagement. Annelise vous raconte les émissions qui lui manquent le plus.

Ces émissions de télé qui me manquent

Initialement publié le 27 juin 2013

Il y a des émissions qu’on aime retrouver à heure fixe (c’est mon côté routinière) et puis paf, d’un coup, elles disparaissent. La faute à des audiences basses, à un changement de programmation ou encore au complot Illuminati. Je pleure ainsi ces quelques émissions, à jamais gravées dans ma mémoire.

big-internet-jeunesse-nostalgie

Pyramide

C’est un peu de la triche, j’avoue, car Pyramide a connu plusieurs années de succès avant d’être arrêtée.

À lire aussi : Pyramide revient cet été sur France 2 !

Cette émission reposait sur un principe totalement obscur : faire deviner un mot en employant d’autres mots qui font penser au mot à deviner. Aussi simple que le mode d’emploi d’un ouvre-boîte électrique. Plus c’était rapide, plus les candidats gagnaient des points. Il y avait aussi des choix comme « Mironton ou Barjabule » et bien entendu, il y avait Pépita.

J’ai longtemps regardé Pyramide en me demandant quelle intelligence supérieure avait pris le contrôle des cerveaux des candidat•e•s, puis j’ai dû me rendre à l’évidence : c’est moi qui était trop concon pour tout comprendre. Maintenant que j’ai grandi et que mes neurones sont à peu près au bon endroit, reviens Pyramide, s’il te plaît ! Je veux barjabuler comme jamais !

Mokshû Patamû

Ce nom ne vous dira peut-être rien au premier abord mais rappelez vous : un jeu complètement WTF, diffusé lors de l’été 97, où les candidats montaient des échelles dans un décor d’inspiration chinoise. Le tout était présenté par Vincent Perrot et portait le nom de Mokshû Patamû, dont la signification m’échappe encore.

16 ans après la diffusion de l’émission, je n’ai toujours pas saisi le principe, mais j’aimerais revoir des candidats gravir les Mokshu. Pour les nostalgiques, le générique qui n’a quasi pas pris une ride.

Next

À lire aussi : 3 chansons cultes que la télé-réalité m’a gâchées

Savoureuse émission basée sur le fait de rencontrer autant de partenaires potentiels que de Kleenex lors d’une grippe, Next a de nombreuses fois ravi mes après-midi déprimantes.

Le principe ? Un•e célibataire rencontrait d’autres célibataires dans l’espoir de trouver l’amour. Néanmoins, il/elle avait le pouvoir : si la personne ne lui plaisait pas, il suffisait de dire « Next » pour rencontrer la suivante.

Si bien sûr il y avait toujours ce petit frémissement coupable à voir la personne dire « Next » au bout de trois secondes, le must était tout de même la présentation des célibataires. Pas de doute, ceux ci étaient tous castés à la sortie d’une discothèque de Melun et rivalisaient de classe et de bon goût.

Ainsi, tu pouvais découvrir Joël, dit Djo, 23 ans, qui te disait « moi, avec les filles, je suis comme une abeille : je veux leur mettre mon gros dard pour faire du miel ». Ou encore Clémentine, dite Alysson, 26 ans : « moi les mecs je leur fait tourner la tête, alors ton manège à toi, ce sera mwa ». Du très lourd.

big-les-princes-de-l-amour-dates-imaginaires

Y’a que la vérité qui compte

Présentée par le duo Bataille et Fontaine, Y’a que la vérité qui compte flirtait souvent avec le trash made in TF1.

Le principe était très simple : quelqu’un voulait révéler une chose de très intime, et décidait donc naturellement de passer à la télé pour annoncer tout ça, caché derrière un drap blanc.

À la fin, ceux qui étaient l’objet de la révélation pouvaient choisir d’ouvrir le drap ou non. De toute façon ça n’avait pas trop d’importance, puisqu’ils repartaient dans les mêmes loges après. Ce qui pouvait mener à des situations assez épiques, du genre :

– Bonjour Martine. Derrière le rideau se cache un homme qui a toujours essayé de vous parler sans jamais y arriver. Un homme brisé par ce silence, un homme qui cherche avant tout à vous délivrer un message. Ce soir Martine, nous sommes les messagers de cet opprimé, nous allons tout mettre en oeuvre pour que cette bouteille à la mer atteigne votre coeur… Écoutez bien Martine, cette bouteille, ce SOS, ce soir il est pour vous…

– Martine. C’est moi, Alfredo, du service maintenance de Sikotech. Martine, je te regarde chaque jour prendre ton café court sans sucre à 10h54 et chaque jour, je me dis que tu es celle qu’il me faut. Viens dans mon bleu de travail, Martine, il est assez large pour deux.

– Je euh… mais… Alfredo c’est vous le pervers qui réparez les toilettes à chaque fois que j’essaye d’y aller, vous n’avez pas honte ? Je n’ai aucune envie de vous tâter le bleu de travail ! Je veux que vous disparaissiez de ma vie ! M’appeler à TF1 pour dire ça mais ça va pas non ? Espèce de malade !

Voilà : des inconnus vivaient les pires clash du monde devant nous, le lundi vers 23h10 et personne ne s’offusquait. Les animateurs finissaient toujours pas dire que les lois de l’amour étaient plus fortes que tout, que l’amitié pouvait résister à bien des malheurs ou que les liens du sang étaient indestructibles. Aucun rapport avec la choucroute.

big-stars-annees-2000-3

Et vous, quelles émissions vous manquent ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 50 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • ApoLapine
    ApoLapine, Le 6 mai 2016 à 7h37

    Au collège, j'étais à fond MTV : Next, America Next Top Model, et Degrassi aussi

    Je me souviendrai toujours d'une fille dabs Next qui a vu un prétendant arriver, rorse nu, avec des pirecings aux tétons, et dire Next direct à cause de ça...

Lire l'intégralité des 50 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)