Égalité salariale : Leadership Pour Elles, pour arrêter de se sous-estimer

Pour la journée de l'égalité salariale, le ministère des Droits des femmes lance Leadership Pour Elles, une application de coaching professionnel à destination des femmes qui sous-estiment leur potentiel.

Égalité salariale : Leadership Pour Elles, pour arrêter de se sous-estimer

Le 7 avril 2014 est la journée de l’égalité salariale, Equal Pay Day. Pourquoi aujourd’hui ? Compte tenu des écarts de salaires qui persistent en moyenne entre les femmes et les hommes, une femme aura dû travailler jusqu’en avril 2014 pour gagner le même salaire qu’un homme sur l’année 2013. Trois mois de travail en plus pour obtenir un salaire égal ! Cette estimation illustre l’injustice des différences de salaires entre les femmes et les hommes dans le monde professionnel.

Les écarts de salaires en baisse ?

Une étude publiée par la Direction de l’Analyse des Études Statistiques (la DARES) sur les salaires par secteur d’activité en 2011 conclut à une baisse des écarts de rémunération entre les hommes et les femmes, avec toutefois des écarts toujours prononcés dans les secteurs de la banque et de l’assurance :

Extrait de l’étude de la DARES sur les salaires par secteur et par branche en 2011

Les écarts de salaires entre hommes et femmes restent importants dans les secteurs où les femmes sont présentes aux postes de management. Dans la construction et l’industrie, secteurs où la présence des femmes est plus faible, une attention particulière semble être portée à celles qui occupent des fonctions de cadre : les écarts de salaires constatés en 2011 y sont moins importants.

Le manque de confiance en soi, une cause parmi d’autres ?

Autocensure, manque d’assurance… Plusieurs études indiquent que globalement, les femmes osent moins : elles sont moins enclines à demander activement une promotion ou une augmentation, jusqu’à neuf fois moins que les hommes.

Le manque de confiance pourrait expliquer 4,5 points parmi les 25 points de différence entre les salaires des hommes et des femmes, toujours selon les chiffres rapportés par le ministère des Droits des femmes.

C’est un facteur sur lequel il est difficile d’agir. La loi interdit toute discrimination basée sur le sexe, mais les différences de salaires à l’embauche et au sein des entreprises sont souvent dues aux comportements des hommes et des femmes : les premiers renégocient leur salaire plus souvent que les secondes, par exemple.

Bien évidemment, ce n’est pas génétique : il y a bien des femmes qui négocient leur salaire d’entrée, et qui savent demander une augmentation avec fermeté et conviction, tout comme il y a également des hommes qui attendent les promotions comme une récompense à la qualité du travail qu’ils fournissent.

Mais en moyenne, les femmes prennent moins les devants : elles ont tendance à moins renégocier leur salaire, à moins oser demander une augmentation, à préférer attendre qu’on leur propose une promotion.

Leadership Pour Elles : faire le point sur soi

Pour réduire davantage les écarts de salaires, il convient donc d’agir là où la loi ne peut pas grand-chose : auprès des premières concernées. Le ministère des Droits des femmes lance aujourd’hui une application mobile qui permet de faire le point sur soi, sur son niveau de leadership et son réseau professionnel.

Téléchargez l’application Leadership Pour Elle sur l’Apple Store (iPhone) et sur Google Play (Android)

On commence par des quizz d’auto-évaluation, qui permettent en quelques questions de faire le point sur notre appréhension d’un sujet : confiance en son propre leadership, appétence pour le réseautage, aisance dans l’initiative… on est ensuite redirigées vers des contenus de conseils et d’analyses prodigués par des expertes, des professionnelles accomplies dans différents secteurs d’activité.

Et toi, tu « oses » ?

S’il y a encore des discriminations envers les femmes dans la société et le monde professionnel, certains progrès peuvent être obtenus par les femmes, via une prise de conscience des comportements influencés par nos éducations « de filles » dans une société genrée.

Cette application, c’est une bonne manière de « mettre le pied à l’étrier » pour toutes celles qui ne se voient pas avancer plus, celles qui ne demandent pas d’augmentation (mais qui en attendent une, parce que la qualité de leur travail en mérite une !), celles qui ont déjà répondu par l’interrogative et l’hésitation quand on leur a proposé une promotion ( « En suis-je capable ? Suis-je à la hauteur ? Ai-je les compétences requises ? »)…

Et toi, comment te situes-tu dans ton univers professionnel ? Ton avis m’intéresse ! 

  • As-tu négocié ton salaire d’embauche ? (Si non, pourquoi ? Si oui, as-tu été satisfaite, ou frustrée ?)
  • As-tu déjà demandé une augmentation ? L’as-tu déjà négociée ?
  • As-tu déjà demandé une promotion ? T’a-t-on déjà proposé une promotion ? Quelle a été ta réaction ? (Tu l’attendais et c’était un soulagement ? C’était plutôt une surprise ? Pourquoi ?)
  • As-tu testé l’application Leadership Pour Elles ?
  • As-tu été surprise par tes résultats aux auto-diagnostics ? Pourquoi ?

Rendez-vous dans les commentaires pour en discuter ! 

Pour aller plus loin :

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 9 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Seru
    Seru, Le 8 avril 2014 à 14h30

    @Marie.Charlotte Effectivement le fait de demander ne m'a rien coûté à proprement parler... à part me faire souffrir puisque je n'ai rien eu alors que je le méritais. Je me dis que si je n'avais rien demandé, effectivement d'autres auraient demandé et l'auraient eu à ma place, mais je n'aurais jamais su que j'étais victime de sexisme, j'aurais continué à espérer en silence, et je pense que ça fait moins mal !
    Je trouve aussi qu'il vaut mieux demander quand on veut quelque chose ; mais je me dis avec le recul, que peut-être que certaines femmes ne demandent pas par peur qu'on leur dise non comme ça m'est arrivé ?

Lire l'intégralité des 9 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)