Edvige : Sarkozy passe la marche arrière

Face à l’hostilité tous azimuts rencontrée par la création du fichier Edvige, Nicolas Sarkozy choisit la marche arrière. En demandant à Michèle Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur, « d’ouvrir rapidement une concertation », le chef de l’Etat veut stopper l’escalade des protestations et se pose désormais en protecteur des libertés. Au coeur de la polémique : le fichage […]

Edvige : Sarkozy passe la marche arrière

Face à l’hostilité tous azimuts rencontrée par la création du fichier Edvige, Nicolas Sarkozy choisit la marche arrière.

En demandant à Michèle Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur, « d’ouvrir rapidement une concertation », le chef de l’Etat veut stopper l’escalade des protestations et se pose désormais en protecteur des libertés.

Au coeur de la polémique : le fichage des mineurs, des personnalités et les renseignements relatifs à l’orientation sexuelle et à la santé des personnes.

Profitant de ce premier recul, les opposants à Edvige accentuent la pression. Ils demandent plus que jamais le retrait pur et simple du fichier et appellent à une journée d’action, le 16 octobre prochain, jour de la Sainte-Edwige.

 

Edvige trouble la patronne des patrons (08/09/08)

Laurence Parisot, la patronne des patrons, a fait un pas ce matin vers les nombreux opposants à la création du fichier Edvige. Au micro de RTL, elle s’est déclarée « assez troublée par ce que nous sommes en train de découvrir », au point de souhaiter « que la ministre de l’Intérieur donne des explications » car la présidente du Medef ne croit « pas du tout que Michèle Alliot-Marie puisse être liberticide ».

C’est dit avec diplomatie, mais c’est dit.

Rappelons qu’Edvige est un fichier crée par décret le 1er juillet dernier, qui autorise le recensement des individus de plus de treize ans « susceptibles de porter atteinte à l’ordre public » et des personnes « ayant sollicité, exercé ou exerçant un mandat politique, syndical ou économique » ou jouant un « rôle institutionnel, économique, social ou religieux significatif ».

La cible est large et la liste des données autorisées à la collecte ne l’est pas moins :
― informations ayant trait à l’état civil et à la profession ;
― adresses physiques, numéros de téléphone et adresses électroniques ;
― signes physiques particuliers et objectifs, photographies et comportement ;
― titres d’identité ;
― immatriculation des véhicules ;
― informations fiscales et patrimoniales ;
― déplacements et antécédents judiciaires ;
― motif de l’enregistrement des données ;
― données relatives à l’environnement de la personne, notamment à celles entretenant ou ayant entretenu des relations directes et non fortuites avec elle.

La pétition « pour obtenir l’abandon du fichier Edvige » a déjà recueilli plus de 120 000 signatures.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 61 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Grizzlydesmontagnes
    Grizzlydesmontagnes, Le 24 septembre 2008 à 12h53

    C'est tout simplement scandaleux !

    Où est le changement dans ton ça dans la mesure où le fichage des mineurs est toujours d'actualité ?

    De plus, dans ce fichier pourront être recensés des renseignements sur l'origine ethnique, la religion, les appartenances politiques...

    C'est vraiment non prendre pour des cons ! En fait, il n'y a que les nom qui change !!

Lire l'intégralité des 61 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)