5 preuves que les douches sont des grognasses

Prendre une douche, à la base, c'est un moment de détente, de plaisir et d'hygiène. Mais parfois, tout semble concorder pour en faire une épreuve quasi-insurmontable placée sous le signe de l'inconfort et de la honte. Petite typologie.

5 preuves que les douches sont des grognasses

Publié initialement le 19 juin 2013

À moins que tu ne sois une sirène, un béluga, un Magicarpe ou toute autre créature-aquatique-se-tortillant-allégrement-dans-une-solution-aqueuse-et-donc-libérée-de-lavage-journalier-au-vu-de-ton-environnement-naturel, tu te dois de régulièrement nettoyer ton épiderme sous le jet salvateur d’un bienveillant pommeau de douche. Je te vois d’ici hausser le sourcil en tréma (l’accent circonflexe, c’est has been !) :

… Bienveillant ?

Cette épithète peut sembler quelque peu hyperbolique, vu le douloureux quotidien que la douche et ses acolytes nettoyants nous font parfois vivre.

Et parce qu’on ne peut combattre ses adversaires qu’en les connaissant au mieux, ensemble, luttons contre la domination de la cabine de douche en listant les 5 manifestations de cruauté qui peuvent nous faire redouter cette confrontation presque plus que la menace d’une nomination de René la Taupe à l’Académie française. Méfiez-vous de la douche qui dort.

La menace de l’eau froide

Ce monsieur s’appelle Doug, et apparemment, il KIFFE.

Une douche peut être particulièrement vile : alors que tu te délectes paisiblement de l’eau bouillante en faisant fi des bébés phoques (tu rachèteras ton karma écolo en réutilisant ton sachet de thé du petit-déjeuner pour le goûter), le pommeau de douche décide de te rappeler à l’ordre !

Soudain surgit une eau aussi glaçante que le regard de Rogue s’acharnant sur Harry lors de son premier cours de potions. Ce fourbe choc thermique est doublement efficace puisqu’en plus de rappeler à l’ordre ta conscience environnementale, il permet également de stopper net tes vocalises dont la justesse n’a d’égal que la plainte de Loulou la loutre qui aurait pris de l’hélium (si tu as des cordes vocales aussi peu performantes que les miennes).

Elles seront remplacées par un concerto de petits cris aigus mêlés à des jurons audacieux et inventifs tels que « Nom d’un croûton avarié ! » (nos seules armes pour lutter contre le froid mordant ; permettez-moi de douter de leur efficacité). Alors comment se tirer de ce mauvais pas ?

Tes possibilités de riposte :

  • Abandonner la lutte, humblement abdiquer et essuyer ton corps savonneux dans ton peignoir Hello Kitty au risque de passer les prochaines 48 heures à subir de turpides démangeaisons aussi agréables qu’un massage à l’économe.
  • Prendre cet affront pour un défi personnel et tenir le plus stoïquement possible malgré le froid qui te mord l’épiderme mousseux, jusqu’à ce que la chaudière craque nerveusement et rende à César ses affaires, et à ton corps grelottant une eau brûlante. Tu puiseras ton inspiration dans le souvenir de Jon Drummond soutenant son innocence devant l’accusation d’un faux départ en 2003 aux championnats du monde d’athlétisme à Paris, exemple percutant d’opiniâtreté sans faille (mate la référence qui claque ma gueule ! Tu pourras la replacer dans ton prochain pique-nique champêtre entre deux profiteroles à la grenade pour épater la galerie, ne me remercie pas, c’est cadeau !) .

Le pommeau immobile

Après tu peux plus manger ta pomme tranquille, sérieux c’est relou (NDLRédac : on n’a toujours pas trouvé le sens de cette image, merci pour vos suggestions)

Franchement, dois-je donner plus de précisions ? Je. Ne. Connais. Pas. De. Dispositif. Moins. Pratique. Même si tu ne veux pas te mouiller les cheveux pour éviter de devoir ensuite te battre avec ton séchoir dans lequel se glissent des mèches entières de ta crinière pour y griller dans une douce odeur de poil brûlé, eh ben NAN, t’es obligé-e !

À moins de pouvoir te dévisser la tête pour la poser sur le rebord le temps de la douche, ou d’être immunisé-e contre le risque d’un imminent torticolis, tu n’es pas en mesure de contourner ce précepte cruel : « Avec un pommeau immobile, ta capillarité tu mouilleras ».

Et en plus c’est juste pas pratique pour se rincer correctement. À moins de savoir faire le poirier dans ta douche sans mettre tes cervicales et ta vie en danger. Mais ça, c’est donné à peu de gens, malheureusement. Avec un pommeau immobile, mal tu te rinceras.

Tes possibilités de riposte :

  • Appeler D&CO et faire changer ton système de douche. En plus ce sera design donc du plus bel effet au côté de ton peignoir Hello Kitty.
  • Te résigner à te tordre en tous sens pour pouvoir nettoyer intégralement ton épiderme SANS mouiller la moindre parcelle de ta chevelure. Dis-toi qu’au moins tu ne galèreras jamais autant que Marion Crane dans Psychose. C’est déjà ça, non ?

Fais pas la maligne Marion. T’as pas fini de galérer sévère.

Le flacon opaque

Ou comment se faire avoir par une pénurie de savon pile quand tu n’en as plus en stock parce que tu pensais que malgré le poids du flacon qui s’allégeait de jour en jour, il t’en resterait encore un peu mais en fait, bah… non. Ce qui t’oblige donc à te laver avec les restes de ton tube de dentifrice (« Oui, parce que sinon, je me suis mouillée pour rien, et puis faut bien que je me lave quand même… »). Dieu de l’hygiène du derme, venez-nous en aide.

Ceci est un complot.

Par contre tu peux recycler tes flacons vides comme ce monsieur.

Tes possibilités de riposte :

  • Tel un prévoyant petit écureuil (rassurez-moi, dites-moi que je ne suis pas la seule à galérer à écrire ce mot, et ce malgré mon bac L ? C’est comme cueillir, j’ai jamais su. Trêve de digressions, revenons à nos ovins…), faire un stock de savons à faire pâlir de jalousie un petit Marseillais.
  • Choisir un flacon transparent la prochaine fois. Ou un savon solide. Ce genre d’évidences.

Les cheveux coincés dans le siphon

Ainsi font font font, les cheveux dans le siphon, ainsi font, font, font, bouchent la douche et puis s’en vont.

Tel pourrait être l’hymne national de la patrie des CCDTC (les Cheveux qui se Coincent Dans Tes Canalisations) responsables de ton régulier tête-à-tête avec ta tuyauterie. Tête-à-tête obligatoire, sous peine de transformer ta douche en baignoire sans parois — c’est-à-dire en inondation.

Alors que faire pour éviter cette douloureuse épreuve que tout humain normalement constitué abhorre plus que les endives aux choux de Bruxelles ? Ne cherche plus. La réponse est ici.

Tes possibilités de riposte :

  • Mettre une charlotte. Il n’y a rien de plus sexy que ça.

Bah oui Brucinou, ça sert à rien sur les chauves !

  • Assumer ce bouchon et te lancer dans la création d’un nouveau complexe aquatique au sein même de ta salle de bain, suite aux inondations que cela aura créé… Prend cela comme un investissement.

Le rideau qui colle à la peau

C’est froid, ça se colle à toi comme une Bieleber myope à un Chris Hagelstein, et c’est tenace.

Pourquoi les concepteurs de rideaux de douche ont-ils donc créé une matière aussi physiquement attirée par le corps humain ? Pourquoi ? Je pose la question. Car c’est cruel. Personne n’aime ça. Alors pourquoi ? Faute de pouvoir répondre à cela, tentons de trouver une solution à ce problème d’envergure planétaire (rien de moins).

Tes possibilités de riposte :

  • Mettre aux enchères ta collection de Furbys turquoises et investir dans une paroi de douche en verre. C’est ça ou vendre ton foie. Or, tu en as besoin — de ton foie, pas de tes 534 Furbys chromatiquement douloureux pour la rétine… oui je sais, c’est dur, mais aux grands maux les grands remèdes.
  • Pleurer et accepter ta condition d’humain-e qui aimante les rideaux de douche. Voilà. Désolée.

Et en plus de tout ça, au sortir de la douche, tu devras te cailler jusqu’à ce que ton corps soit intégralement sec. Car quand on est mouillé-e, on a froid. Toujours.

Et toi comment vis-tu l’épreuve de la douche ? Sais-tu faire le poirier sur de la céramique sans te rompre le cou ? Combien de Furbys turquoises possèdes-tu ? Raconte-nous tout ça dans les commentaires !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 17 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Prunerouge
    Prunerouge, Le 6 septembre 2014 à 13h47

    zoecameleon;4906900
    prunerouge;4906634
    zoecameleon;4896753
    prunerouge;4857383
    tatiline;4192407
    J'ai au moins une solution au problème du RIDOKIKOLALAPO : un petit chauffage soufflant dans la salle de bains. En fait c'est la différence de température entre l'intérieur et l'extérieur de la douche qui cause une "aspiration" du rideau vers là où il fait chaud. Si on rétablit un environnement plus chaud à l'extérieur de la douche plus de problème.
    Hm sûre de ça ? J'ai lu dans Pourquoi les Rayures ont-ils des zèbres (oui bon) que justement c'était pas un effet de chaleur mais un effet d'air...
    Bon d'un côté j'ai jamais tenté ta ptite technique !
    Oui, c'est une histoire d'air ... chaud !
    L'air côté douche est bien plus chaud que celui côté SdB, ce qui pousse le rideau vers la douche. Du coup je vois plusieurs solutions : se doucher froid, chauffer la pièce, ou se doucher dans le vide (id est aspirer tout l'air contenu dans la SdB. Comment ça mauvaise idée ? :eh:).
    Bon j'ai ressorti le bouquin et comme il me semblait :
    "Les goutes d'au tombées de la douche, chaudes ou froides, de sont pas innocentes, chaudes comme froides. Toutes ensemble, elles bousculent l'air qui se trouve dans la douche et aimerait bien y rester. La lutte est inégale, les molécules d'air cèdent du terrain aux gouttes de pluie. Tenaces, elles essaient de revenir dans la bataille e n formant une sorte de spirale : entraînées vers le fond de la douche par le poids des gouttes de pluie elles remontent sournoisement par les côté s de la cabine/ du rideau pour être à nouveaux emportées par la pluie. Rien ne se perd rien ne se crée, tout se transforme : l'énergie cinétique (la vitesse si vous préférez) des gouttes en chute libre se communique aux molécules d'air qui s'agitent dans un mouvement d'ensemble. S'ensuit la formation d'une sorte de mini cyclone. Or qui dit cyclone dit dépression et qui dit dépression dit rideau de douche qui vous colle à la peau !"
    Donc pas d'histoire de chaleur, si la littéraire que je suis a bien compris :)
    Plutôt convaincant ;)
    Et comme un exercice de physique fait cette année montre que ma version conduit à peu près au même résultat quand l'eau est chaude, j'en déduis de manière parfaitement scientifique (:drama:) que les deux phénomènes doivent avoir lieu et s'ajouter. Mais peut-être que le tien est le plus fort :happy:
    A nous deux on va scientifiquer (oui) résolument :supermad:

Lire l'intégralité des 17 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)