Dons du sang à Paris : l’EFS appelle à une mobilisation dans la durée

Suite aux attentats à Paris du vendredi 13 dernier, les Français•es ont afflué en masse dans sur les lieux de collectes pour donner leur sang à l'EFS. La mobilisation doit continuer !

Dons du sang à Paris : l’EFS appelle à une mobilisation dans la durée

L’attaque de Paris nous a tou•te•s profondément meurtri•e•s, mais la riposte a été claire : face à la barbarie, nous continuerons plus que jamais à faire preuve de solidarité et du civisme le plus élémentaire. C’est ce qu’a prouvé, entre autres, la mobilisation massive des Français•es au matin même de cette nuit de cauchemar à Paris, le samedi 14 novembre, puisque l’EFS a compté environ 9000 personnes sur les lieux de collectes.

Tellement de gens sont venus donner leur sang à l’EFS pour aider les blessé•e•s que les centres ont dû en refuser.

À lire aussi : Les attentats du 13 novembre, quand le quotidien vole en éclats

Mais si les hôpitaux de Paris ont assuré avoir suffisamment de stocks pour satisfaire les besoins urgents, il est important de faire en sorte que le niveau ne baisse pas. C’est pourquoi l’EFS invite les donneurs à continuer à se mobiliser dans la durée.

Où donner son sang ?

Inutile cependant de vous précipiter dans le centre le plus proche de chez vous : le niveau des réserves en produits sanguins est satisfaisant à l’heure actuelle, et il ne s’agit donc pas d’un appel dans l’urgence. L’appel de l’EFS vise à non seulement remercier les donneurs qui se sont déjà manifestés, mais également à rappeler que la mobilisation ne doit pas se relâcher dans les semaines à venir et demeurer constante. Et ce pour deux raisons :

  1. Les produits sanguins ont une durée de conservation limitée (42 jours maximum pour les globules rouges, et 5 jours maximum pour les plaquettes)
  2. Entre deux dons de sang total, le donneur doit respecter un intervalle de huit semaines minimum.

Choisissez donc de donner votre sang à un moment cette semaine, ou la prochaine, en vous renseignement éventuellement au préalable auprès de votre centre. Des sites fixes et des sites mobiles sont ouverts un peu partout en France. Pour trouver le centre près de chez vous, il suffit de se connecter au site de l’EFS, à la rubrique « Où donner ». Les horaires d’ouvertures, les contacts et les moyens d’accès y sont indiqués pour chaque centre.

efs-dons-du-sang-3

Vous serez alors accueilli•e•s par des professionnel•le•s, dont un médecin avec lequel vous aurez une courte consultation pour déterminer si vous êtes aptes à donner votre sang. Le prélèvement peut durer de 5 à 10 minutes, selon la taille, le poids et le sexe du donneur, et il sera suivi d’un petit temps de surveillance médicale dans l’espace repos pour prendre le temps de boire et manger.

À lire aussi : Donnez votre sang, l’EFS a besoin de vous !

Bref, pour toutes ces étapes, comptez environ une heure.

Qui peut donner son sang ?

Avant toute chose, il est important de souligner que donner son sang n’est pas une obligation morale. Il ne s’agit pas d’une décision à prendre à la légère : si vous êtes phobiques, si l’acte vous fait peur pour une raison ou une autre, vous n’avez pas à ressentir la moindre culpabilité. Inversement, si vous tenez absolument à donner votre sang, soyez honnêtes à 100% avec le médecin au moment de déterminer si vous êtes aptes ou non. L’EFS précise que mentir dans cette situation n’aide personne, bien au contraire.

Selon les situations, il y a en effet un délai à respecter avant de pouvoir donner son sang. Selon l’EFS :

  • Après la fin d’un traitement par antibiotiques : 7 jours
  • Après des soins dentaires : 7 jours (sauf soins de carie : 1 jour)
  • Après un épisode infectieux : 14 jours après l’arrêt des symptômes
  • Après un piercing ou un tatouage : 4 mois
  • Après un voyage dans un pays où sévit le paludisme (malaria…) : 4 mois
  • Après une intervention chirurgicale : 4 mois

Autrement, les conditions de base pour donner son sang restent les mêmes :

  • Être âgé•e de 18 à 70 ans et peser au moins 50 kg ;
  • Ne pas être à jeun (contrairement à un bilan d’analyses) ;
  • Être muni•e d’une pièce d’identité.

Ou à peu près…

À lire aussi : Le don du sang par les homosexuels enfin autorisé… mais sous conditions

Si le groupe O- était dernièrement très recherché, tous les groupes sanguins seront accueillis à bras ouvert par l’EFS. Alors si vous remplissez les conditions et que vous vous sentez en mesure de le faire, n’hésitez plus : allez donner votre sang.

attentats-banner

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 13 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Ecoccinelle
    Ecoccinelle, Le 17 novembre 2015 à 20h07

    Je viens réagir à cet article, parce que cette mobilisation pour donner son sang me heurte.

    Je suis, comme vous tous/toutes indignée par ce qu'il s'est passé dans la nuit du 13 Novembre. Si je pouvais aller éduquer ces monstres pour qu'ils arrêtent, je le ferais sans soucis :supermad::supermad::supermad::supermad:. Ne voyez aucune haine dans ce que je vais dire, parce que ce n'est pas le but.
    Je suis une donneuse plus ou moins régulière (minimum 3 fois par an) depuis maintenant 3 ans. Comme je fais des dons de plaquettes, je suis "bloquée" à rigoler avec les infirmières pendant 1h30 environs de don, donc on en voit défiler des donneurs quand il y en a ! J'ai toujours pensé qu'il manquait énormément de sang (total, plaquettes, plasma). Un jour je suis tombée sur une affiche qui disait qu'il y avait un besoin de 10 000 dons de sang total par jour, 1500 dons de plasma et 800 dons, ce qui est assez énorme. Bien souvent je trouve le centre de don assez vide, pas beaucoup de personnes, en 1h30, parfois je vois 3 personnes venir faire un don de sang total. Donc il manqu(ait?)e cruellement de donneurs...
    Je trouve ça bien triste que certaines personnes soient insensibles aux journées de sensibilisations à ce manque de donneurs,à tous ces malades qui ne demandent rien de plus qu'on donne 30minutes de notre temps tous les 2 ou 4 mois pour les dons de sang total pour les sauver, mais lorsqu'il se passe un événement tragique, elles (ou ils) se disent "Oh ! Je vais aller les aider !". Alors oui, c'est bien, c'est formidable de voir tant de générosité, mais ma question est : Est-ce que tous ces nouveaux donneurs vont s'engager pour la vie ? Ou alors est-ce qu'ils vont donner une seule fois parce que "j'ai aidé et maintenant ça suffit !" ?
    Désolée d'avoir un peu de mal avec toute cette sur-médiatisation de cet événement affreux mais quand je peux lire "donner son sang c'est combattre daesh" ça me révolte, donner son sang c'est venir en aide à des malades, c'est sauvez des vies, ce n'est pas combattre ces monstres...


    Bref, pleins de bisous et de gâteaux au chocolat pour vous :loveeyes::loveeyes::loveeyes::puppyeyes::puppyeyes:

Lire l'intégralité des 13 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)