Le don du sang pour les homosexuels : avancées et… recul

Les homosexuels autorisés ou non à donner leur sang : le débat avance, recule... et on attend toujours.

Article mise à jour le :29 avril 2015 :

La cour de justice de l’union européenne a déclaré vouloir revoir la réglementation en terme de don du sang pour les homosexuels dans un arrêt rendu mercredi. Dans une déclaration faite au site Le Monde, un expert mentionne la possibilité pour la France d’exclure définitivement les hommes homosexuels des dons du sang :

« La Cour estime que même si la situation épidémiologique pourrait justifier l’exclusion totale de la population homosexuelle masculine, il faut vérifier qu’il n’existe pas d’autres moyens, moins contraignants, qui permettraient à certains homosexuels et bisexuels de donner leur sang. »

La justice européenne indique dans son arrêt qu’il « faut établir qu’il existe, pour ces personnes, un risque élevé de contracter des maladies infectieuses graves, comme notamment le VIH », avant de rapporter que des techniques moins contraignantes, qui ouvriraient la possibilité aux hommes homosexuels de donner leur sang sans mettre les receveurs en péril, font défaut.

Malgré la promesse de la gauche de revenir sur la législation en matière de don de sang pour les hommes gays, le problème semble rester sans réelles solutions qui débloqueraient cette loi perçue comme une discrimination et une atteinte aux droits des homosexuels.

Article initialement publié le 4 avril 2015 :

Nous sommes en 2015, et on va peut-être enfin vers le progrès pour les hommes homosexuels. Le 3 avril 2015, les députés se sont prononcés pour un amendement qui annulerait l’interdiction pour les hommes homosexuels et bisexuels de donner leur sang. C’est un peu une révolution, puisque les hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes sont exclus du don du sang depuis 1983 et que les choses n’ont pas bougé jusque là.

À lire aussi : Le don du sang et les homosexuels

Le député UDI Arnaud Richard avait déposé cet amendement, qui a été voté à l’unanimité par les 19 membres de l’Assemblée nationale présents lors de l’examen en première lecture du projet de la loi santé. L’amendement est formulé ainsi :

« Nul ne peut être exclu du don de sang en raison de son orientation sexuelle »

La ministre de la Santé Marisol Touraine a elle aussi donné un avis favorable à l’amendement, et a annoncé qu’elle avait déjà reçu les préconisations des experts sur les risques épidémiologiques – l’interdiction qui existe depuis 1983 se base en effet sur l’idée que les hommes homosexuels seraient plus exposés à la contamination par le virus du Sida.

Elle a aussi ajouté que la position du gouvernement est de :

« lever les discriminations relatives à l’orientation sexuelle, et de leur substituer un critère de comportement sexuel s’appliquant à l’ensemble des donneurs potentiels »

Autrement dit, les comportements à risques seraient estimés de la même manière pour les personnes homosexuelles et hétérosexuelles. D’après la ministre, les experts interrogés ont proposé de remplacer l’exclusion définitive du don du sang pour les gays et hommes bisexuels par une exclusion de douze mois. C’est une bonne nouvelle, car début de semaine, le Comité consultatif national d’éthique avait lui préconisé de ne pas lever l’interdiction.

Cela dit, tout n’est pas encore gagné : le texte doit encore passer devant le Sénat.

À lire aussi : Le don de moelle osseuse, pensez-y !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 14 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Maud Kennedy
    Maud Kennedy, Le 29 avril 2015 à 14h08

    ValouSestra
    Puis de toutes manières, le sang est vérifié sous toutes les coutures... c'est ça que j'ai jamais compris :')
    Il y a une période où le VIH n'est pas détectable lorsque la contamination est très récente,c'est d'ailleurs pour ça qu'ils recommandent un délai avant de se faire tester après un rapport potentiellement contaminant. Mais je crois qu'il y a eu des progrès réalisés là dessus et c'est de toute façon valable pour tout le monde.
    N'importe qui peut avoir une conduite à risque. Je donne régulièrement mon sang et l'entretien avec le médecin est extrêmement rapide.

Lire l'intégralité des 14 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)