Divorce ou le retour, en demi-teinte, de Sarah Jessica Parker à la télévision

Divorce marque le retour de Sarah Jessica Parker à la télévision dans un rôle qui l'éloigne pas mal de Carrie Bradshaw. Une série signée HBO et disponible sur OCS.

Divorce ou le retour, en demi-teinte, de Sarah Jessica Parker à la télévision

Quand vous entendez le terme divorce à propos d’une série, vous vous dites peut-être, okay, ce n’est certainement pas pour moi. Eh bien, peut-être que si, comme Divorce, la nouvelle comédie de HBO diffusée sur OCS chez nous.

Peut-être que même si vous ne traversez pas la même situation que Frances, sur le point de divorcer après 17 ans de mariage, vous réussirez à vous identifier à elle. Peut-être que même si vous n’avez pas d’enfants à l’âge délicat où ils semblent toujours contrariés, vous réussirez à la comprendre.


Sarah Jessica Parker revient en force dans Divorce

Sarah Jessica Parker ne décollera probablement jamais totalement son étiquette de Carrie Bradshaw, l’iconique chroniqueuse de Sex & the City.

Dans Divorce, elle interprète Frances, proche de la cinquantaine, qui s’ennuie dans son couple. Comme si Carrie n’avait jamais trouvé l’homme de sa vie et s’était contentée de se ranger avec le choix le plus facile (je n’ai jamais aimé Big, j’aurais voulu qu’elle termine avec Aidan, mais bon, on n’a pas toujours ce qu’on veut dans les séries).

Alors forcément, comme le grand amour lui est passé à côté — ou du moins s’est délité, Frances s’ennuie et voit la vie avec un cynisme exaspérant. Ça fait du bien de voir Sarah Jessica Parker être moins dans la romance, même si elle se prend toujours autant la tête ! Avec ce retour, elle prouve enfin qu’elle s’est détachée de Carrie et qu’elle a embrassé la réalité.

Mais surtout, l’actrice dégage une certaine chaleur — c’est peut-être pour ça qu’on est rapidement mis•es à l’aise devant Divorce.

Un humour sarcastique au service de Divorce

divorce-ocs-voiture

La créatrice de Divorce, Sharon Horgan, joue actuellement dans Catastrophe, une comédie d’Amazon avec un humour bien grinçant. Ce ton, elle l’a injecté un peu dans Divorce, avec une sorte de résignation qui frôle la naïveté dans le personnage masculin (Thomas Haden Church) et une absurdité exagérée dans le rôle de la meilleure amie (Molly Shannon).

Du coup, ça fait un peu décalquage de Catastrophe (qui s’en sort mieux sur plusieurs points), même si les héroïnes sont complètement différentes.

En effet, dans la série de HBO, Frances subit le syndrome de la mère au foyer qui s’ennuie, prend un amant, et réalise qu’elle doit réagir en quittant son mari. Bref, qui voudrait revenir en arrière. Sauf que le mari n’est pas aussi passif qu’on pourrait le croire de prime abord, et qu’au final, c’était lui qui faisait tenir sa famille.

À lire aussi : 21 leçons apprises après 21 ans de couple

Ce n’est peut-être pas la série de l’année, mais il y a beaucoup de choses qui fonctionnent dans Divorce, comme le quotidien des personnages, leurs interactions, leurs vulnérabilités, toutes leurs vies quoi. Je vais faire ma vieille, mais en fait, tout comme Better Things, alors que je ne suis pas forcément dans l’âge cible du programme, cette nouveauté 2016 m’a énormément parlé.

Disponible sur OCS depuis le 10 octobre, Divorce fait son petit bout de chemin sans rien révolutionner. Ce qui n’est pas si grave.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Il n'y a pas encore de commentaire