« Dirty Dancing, l’Histoire Originale sur scène », un spectacle en tournée dans toute la France

Dirty Dancing version comédie musicale enflamme les planches parisiennes et fera bientôt une tournée de l'Hexagone. Autant dire que Bébé est loin de rester dans son coin !

« Dirty Dancing, l’Histoire Originale sur scène », un spectacle en tournée dans toute la France

Dirty Dancing est l’une des comédies musicales les plus populaires au monde, et son succès ne faiblit pas depuis sa sortie. Monstrueusement kitsch, avec un scénario franchement pas extra (« une fille à papa en vacances apprend à danser avec un jeune homme rebelle ») et un humour bien à lui, ce film est devenu synonyme d’hystérie collective pour certain-e-s, classique romantique pour d’autres, et sans aucun doute un passage obligé de bien des soirées pyjama-télé.

Les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas : vous ne l’avez peut-être pas vu ou tout simplement trouvé nul, je le conçois et le comprends… Mais Dirty Dancing est un film qui fédère au-delà des frontières et des générations, grâce à cette chose qu’il crée : le ridicule mignon, le kitsch du cœur, qui vieillit bien et qu’on connaît tellement par cœur que c’est comme un vieux copain d’enfance qu’on retrouve avec un bonheur simple et sans prétention à chaque fois.

dd2

Pour preuve, la salle était archi-pleine lors de notre second CinémadZ Dirty Dancing en janvier !

À lire aussi : CinémadZ Dirty Dancing — c’était taré !

Ce succès se décline aussi en spectacle, qui a fait un tabac aux États-Unis dès sa première représentation. Désormais, c’est notre tour. Adapté en France, pour une tournée aux quatre coins de l’Hexagone, ce show risque bien de soulever l’enthousiasme de plus d’un-e. J’y étais cette semaine, à Paris. Voici le récit d’une soirée assez folle.

Salle comble et contagion d’un enthousiasme permanent

Je n’ai pas vu un seul siège de libre, et énormément de fans agglutinés aux stands de produits dérivés : un bon indicateur que le spectacle trouve son public. En famille et entre ami-e-s, toutes les catégories d’âge sont représentées, des jeunes adolescent-es aux sexagénaires. Tou-te-s avaient un point commun : ils étaient à fond dès les premières notes de l’intro.

À lire aussi : Comment une musique de film entre dans la pop culture ?

Il a fallu un certain temps pour que les gens s’arrêtent de hurler et s’asseyent tous, parce que une fois le spectacle parti, ça envoie du lourd. À l’arrivée des danseurs, hurlements. Bébé déclenche un tonnerre de cris d’amour. L’hystérie s’empare dès les cinq premières minutes, quand un Johnny très bien moulé dans son beau costume fait son premier déhanché sensuel.

La tension n’est jamais retombée, le public est resté alerte sans qu’il n’y ait de temps mort. Les gens avaient clairement l’air de passer un excellent moment ; certain-e-s ont laissé libre cours à leur libido en exprimant fortement leur assentiment quand Johnny et Bébé se péchotaient joyeusement. À la fin, l’ovation a été totale et tous les spectateurs, grands comme petits, sont ressortis avec la banane.

À lire aussi : Un petit garçon refait la choré de Dirty Dancing

Pourquoi autant de bonheur ? Parce que le rythme est soutenu, le kitsch de l’histoire assumé à 100% et que le spectacle s’adresse aussi bien aux fans qui connaissent dialogues et chorés par cœur qu’à ceux et celles qui ont envie d’y voir quelque chose de plus.

Un spectacle bien ficelé et de qualité

Le décor est minimal et très bien fait : des panneaux en bois circulent, le sol bouge parfois et les décors successifs sont projetés directement sur cette scène évolutive. Des éléments sont amenés et habilement retirés, tout reste en mouvement permanent. Sans donner le tournis, cette mobilité de la scène permet au spectateur de ne pas se lasser ou s’ennuyer pendant une danse/scène qu’il juge trop longue. Le temps passe vite, et c’est cool ! Parfois, les comédies musicales peuvent perdre leur public avec une chanson trop longue qui perd du sens : ce n’est pas le cas pour Dirty Dancing.

Tout est millimétré, ressemble trait pour trait au film, mais dépoussiéré par quelques libertés prises dans le script et quelques scènes légèrement revisitées à une sauce plus moderne.

Les costumes des danseurs sont absolument superbes, variés, colorés et démontrent la qualité du show. Les chorégraphies en elles-mêmes sont endiablées, avec une mention particulière pour celle qui joue Penny (la partenaire de Johnny) : solaire, gracieuse et lumineuse, avec des jambes de dix mètres au bas mot. Le côté danse et spectacle n’est pas gâché par les passages de dialogues : c’est pas mal joué, j’étais convaincue pour ma part.

À lire aussi : Fashion Fight : Sandy (Grease) VS. Bébé (Dirty Dancing)

L’alchimie entre la petite Bébé et le beau Johnny fonctionne, le public riait de bon cœur et semblait lui aussi convaincu par le duo.dd

Sur le plan musical, j’ai eu de bonnes surprises : loin de n’être qu’un enregistrement cheap, le son est bon et certaines chansons sont directement chantées et jouées par des musiciens que l’on aperçoit par moments.

Globalement, c’était bien et très pro.

Légèreté et joie à tous les étages

J’ai passé un bon moment parce que j’ai été décomplexée d’aimer cette comédie musicale : c’est joyeux et léger, assumé totalement et je n’ai pas boudé mon plaisir. Sans honte, c’est ça la magie de Dirty Dancing : on ne sait pas vraiment pourquoi, l’histoire n’est pas fabuleuse, mais ça rend jouasse, et on se fiche que ça ne soit pas un grand film. La comédie musicale donne un coup de jeune et de frais à l’histoire, en ne perdant pas ceux et celles qui y sont attaché-e-s.

Je recommande donc d’aller voir ce spectacle en cas de déprime, d’anniversaire, de besoin de voir quelque chose d’entraînant et plaisant sans culpabilité.

dd3

Infos pratiques :

  • Le spectacle est en représentation jusqu’au 15 janvier 2015 au Palais des Sports de Paris. Il passera ensuite par toute la France pendant un an ! Vous pouvez d’ores et déjà réserver ici.
  • Le prix des places à Paris est compris entre 25€ et 89€. Les prix varient selon les points de ventes, mais il faut compter entre 30 et 80€. C’est un investissement, mais aussi l’occasion de (se) faire (offrir) un beau cadeau !

Pour conclure cet article, je vous fais le cadeau d’une vidéo peu connue. C’est une scène coupée du film, sur la chanson composée et chantée par Patrick Swaze lui-même en l’honneur de sa femme. Attention, c’est la scène de sexe la plus étrange que j’aie vue, mais garantie sans parties génitales.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre au seul commentaire !