Mon enfance dans les 90s VS celle de ma cousine aujourd’hui

Dans ce papier, Émilie Laystary se demande ce qui différencie son enfance de celle de sa cousine. Toutes choses égales par ailleurs.

Mon enfance dans les 90s VS celle de ma cousine aujourd’hui

— Publié le 1er mars 2012

Je me demande si c’est parce que je viens récemment de souffler une bougie me rapprochant lentement mais sûrement du quart de siècle, ou si c’est parce qu’il n’y a plus d’époque. Mais plus ça va, plus j’ai l’impression d’avoir grandi dans un espace temps très lointain.

Quand j’avais 10 ans, la 3D n’existait pas au cinéma, on n’avait pas encore connu l’hyperprésidence en France, le réchauffement climatique ne faisait peur à personne et on ne pouvait pas se connecter à Internet si Maman était déjà en train de téléphoner.

Aujourd’hui, Star Wars est ré-édité selon les règles de la stéréoscopie, il est possible d’acheter des goodies UMP sur Internet, il ne se passe pas un jour sans que l’on parle du développement durable et j’ai un truc que l’on appelle « la 3G » (qui sera bientôt de la 4G) sur mon téléphone portable.

De ce constat de socio-historienne de comptoir est née l’envie de dresser un état des lieux de l’enfance. Mais comme je ne suis pas l’INSEE, je me suis contentée d’une comparaison grossière entre mon enfance et celle de ma cousine. Garantie avec raccourcis, aigreur, manque de relativité et état d’esprit de vieux cons.

Chère cousine,

Je suis née en 1988 et je viens de fêter mes 24 ans. Tu es née en 2002 et tu as 9 ans et demi. Laisse moi te conter mon enfance, une époque qui ne date pas des dinosaures, mais vu l’ère d’hyperconnexion que ta génération traverse, te semblera sûrement bien lointaine.

Sex symbol

J’étais amoureuse de Lorant Deutsch dans Les Intrépides, un petit garçon sain d’esprit, bébé journaliste pour une radio pirate, enquêteur d’abord à ses heures perdues puis à temps plein. Un chic type, en somme.

Tu es amoureuse de Edward Cullen, soit (excuse moi mais) un mec dont le nom de famille prononcé en français ressemble à une insulte, cultive un teint pire que le mien quand j’ai la gastro, et possède une coupe de cheveux inspiré du design d’une brosse à chiottes.

Enfin, je te dis ça, mais en même temps : peut-on vraiment faire confiance à un mec qui s’est recyclé un style d’intellectuel rive gauche, avec son jean Célio 2003 et d’immondes baskets bicolores aux pieds ?

Je ne pense pas. Tu marques donc un point.

À lire aussi : Ces animaux sexy dans les dessins animés

Les grands

À 10 ans, j’envisageais mon adolescence comme un âge serein où il serait question de rejoindre sa bande de potes « au café », pour « boire des milk-shakes » et « jouer au flipper ».

Avec nos vestes en jean, nos cuirs, nos hoodies et nos bandeaux dans les cheveux, on aurait été les rois du monde et personne ne serait venu nous faire chier sur notre territoire. Bonne ambiance.

Pour toi, les grands font « la chouille ». Ils boivent, fument, et il te semble même qu’ils avalent des substances leur permettant d’être « dans un autre état ». À la fin de la beuverie, il leur arrive parfois d’avoir des rapports sexuels sans qu’ils ne s’en rappellent le lendemain.

Pourquoi pas.

À lire aussi : 16 mensonges sur le sexe qu’il faut arrêter d’enseigner aux garçons

Les jouets

Ma meilleure copine avait Barbie équitation (et faisait vraiment du cheval dans la vraie vie).

La tienne joue avec des Bratz. Autrement dit, des poupées plutôt moches et qui ont constamment l’air blasé, genre « méchante dans les séries américaines ».

Et puis, elles ont l’air de chausser genre au moins du 46. Ma pauvre.

À lire aussi : Les jouets de mon enfance qui ont éprouvé ma patience

Les boissons

J’aimais bien boire du Banga. Y’avait toujours des briquettes pour accompagner les anniversaires. En général, on mangeait des gâteaux avec des Smarties dessus. Ça défonçait.

Au supermarché, toi tu as désormais l’embarras du choix. Mais ta préférence va évidemment au Fanta Château Grokiff, une terminologie que nos grands-parents ne comprennent pas.

« Saveur Citron-Fleur de sureau », hmm.

Sureau, comme la baguette dans Harry Potter tu me dis. Ce qui est pratique avec toi, c’est que tu as de bonnes références.

La bêtise

La bêtise ultime à mon époque, c’était d’enfoncer du pain dans le magnétoscope.

Ouais, que veux-tu. Je pensais qu’il était vivant depuis la fois où ma mère avait dit « je pense qu’il est fatigué » un soir où il ne voulait pas enregistrer un Envoyé Spécial.

Chez toi, la bêtise ultime serait de faire tomber le iPad de ton papa. C’est-à-dire, pardon de le rappeler, mais une TABLETTE inventée par Steve Jobs avant sa mort pour faire raquer un peu plus tes géniteurs cadre-sup, et sur laquelle tu peux… faire tout ce que tu pouvais déjà faire, mais sur un ordinateur.

Tu passeras le bonjour à mon oncle, au fait.

Les chansons qu’on a en tête parce qu’elles passent à la télé

À mon époque, tout le monde avait dans la tête Mélissa, le titre phare des Minikeums. Le morceau vaut ce qu’il vaut, n’empêche : pour un public jeunesse, il présentait une critique presque corrosive de l’univers cliché des boys bands. Notons que Mélissa a été disque d’or en 1997.

Et toi, qu’as-tu entendu des centaines de fois en allumant ta télé ?

Oui, une chanson portant aux nues un petit mammifère dégueulasse, le tout via un vocoder abrutissant posé sur un beat à se pendre dans la salle de bain.

Tu me rappelleras que si un jour je dois faire la révolution, ce ne sera pas avec ceux de tes amis qui ont acheté le CD 2 titres.

Les métiers

April O’Neil m’avait donné envie de devenir journaliste. Tintin, Loïs et Clark aussi.

Toi, tu as entendu parler d’un parcours « community manager ».

C’est ta grande soeur qui t’a assuré qu’avec ce métier, tu pourrais rester sur Facebook et Twitter toute la journée.

Les jeux électroniques

J’avais un Tamagotchi (un petit animal de compagnie virtuel dont tu as peut-être entendu parler, puisque l’industrie en a fait un jeu pour la Wii). Les options étaient limitées et un peu annihilantes (lui donner à manger, le laisser faire caca, nettoyer son caca, le promener) mais c’était pas mal. J’avais l’impression d’être responsable.

Tu as récupéré le vieil iPhone de ton papa. Tu joues à Fruit Ninja. Un jeu dont le but est de « faire exploser un maximum de fruits ».

C’est vrai que ça peut toujours servir, dans la vie.

Pour jouer à la grande

Moi je chipais son rouge à lèvres à Maman. Et je dansais dans la salle de bain, maquillée comme un camion, sur du Aretha Franklin. Quand Maman rentrait, elle me démaquillait immédiatement, mi-rieuse mi-inquisitrice.

(J’avoue : ce n’est pas moi sur la photo)

Toi, tu as l’impression de « faire comme Maman » depuis qu’elle t’a acheté des strings à ta taille chez Carrefour.

Bref, ma chère cousine. Puisque notre époque exige des jeunes filles qu’elles fassent de plus en plus grandes, et des femmes qu’elles fassent de plus en plus jeunes, il se pourrait bien que l’on se surprenne, au prochain repas de famille, à se ressembler un peu trop.

Enfin, pas trop quand même, j’espère. Prends le temps de grandir.

Bisous

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 128 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Lilas DUPONT
    Lilas DUPONT, Le 17 novembre 2016 à 22h22

    Et les diddl ? :O et les pokémons :o

Lire l'intégralité des 128 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)