Deus Ex Machina ouvre son projet Ulule

Nous vous avions présenté Deus Ex Machina en janvier dernier, une web-série sur les dieux de l'Olympe. Ils lancent une campagne Ulule pour financer leurs prochains épisodes !

Mise à jour du 19 mai 2014 : Alors que les créateurs de Deus Ex Machina préparent leur cinquième épisode, ils se sont rendus compte qu’ils avaient besoin de financement pour continuer leur projet : les déplacements Paris-Normandie, ça coûte cher.

L’équipe demande donc 550€ pour couvrir ses frais de régie et quelques accessoires. En contrepartie ils proposent des épisodes en avant-première mais aussi des DVD, un jeu vidéo Deus Ex Machina ou une apparition dans la série.

Pour les soutenir, c’est sur Ulule !

Mise à jour du 11 avril 2014 :

Le quatrième épisode de Deus Ex Machina est sorti ! Vous y retrouverez tous les dieux de l’Olympe qui commencent à s’adapter à la vie sur Terre, en accomplissant des missions pour les humains.

Publié initialement le 6 février 2014 :

Les dieux de l’Olympe, menacés de disparition, se sont réfugiés sur Terre. Enfermés dans une maison de Normandie, la bonne ambiance règne. Jeune web-série, Deus Ex Machina est créée entièrement par des passionnés. Nous avons rencontré l’une de ses créatrices, Hélène Dubouchaud. Mais avant de lire, regardez donc l’épisode 1 et 2 :

Comment avez-vous eu l’idée de faire cette web-série ?

La web-série part d’une envie de Romain (co-créateur de la série) et moi de réaliser un projet totalement indépendant de nos études d’audiovisuel. Créer un truc entre potes et sans trop de prises de tête, mais le faire sérieusement. Le web c’est formidable pour ça aujourd’hui : c’est accessible à tout le monde et ça permet de toucher un maximum de gens.

Héra (jouée par Hélène) et Zeus, pas le couple le plus paisible

Le sujet et l’écriture de Deus Ex Machina ont été influencé par des gens comme Alexandre Astier avec Kaamelott, Simon Astier avec Hero Corp ou François Descraques et son Visiteur du Futur. On est tous les deux amateurs de mythologie, d’humour un peu absurde/débile et on avait de super décors normands à disposition, on a mélangé tout ça et ça a donné Deus Ex Machina!

Tu nous as dit que vous tourniez sur votre temps libre. Vous avez des formations en théâtre ou en cinéma ou vous êtes juste passionnés ?

Pour tout ce qui est technique pure (réalisation/image/son/montage), ce sont des gens qu’on a rencontré dans notre école d’audiovisuel (3IS à Trappes) donc oui, on a été formés chacun dans notre spécialité. Ça aide ! En revanche, toute la partie maquillage/coiffure/création des costumes et des accessoires, c’est notre entourage qui nous a beaucoup aidés.

Après, le fait de ne pas travailler « qu’avec des professionnels » a certaines conséquences comme faire avec les examens de certains, les problèmes géographiques d’autres, etc… Je vous raconte pas comment on galère pour trouver des dates de tournages avec toute l’équipe ! Mais ça offre aussi beaucoup d’avantages, on peut travailler jusqu’à 3h du mat si on veut ! On a la chance d’avoir une famille et des amis qui trouvent ça marrant qu’à 20 ans, on veuille encore se déguiser avec nos copains…

D’ailleurs, comment vous vous débrouillez niveau matos ?

Le matos c’est « auto-production power »… Un reflex numérique pour l’image, zéro matos lumière, on se rattrape avec les décors naturels. On a la chance d’avoir Hugo (il fait le son et la musique de la série et joue Arès) qui est bien équipé, ça permet d’avoir des épisodes avec un bon son (ce qui est assez rare en web série) et une super B.O.. Ça donne un côté plus professionnel et une véritable identité à la série. Pour ce qui est du montage, on est équipés également. Pour le reste c’est du bricolage, on essaye au maximum de tourner en extérieur pour ne pas à avoir utiliser de matos lumière.

De gauche à droite : Athéna, Artémis, Apollon, Hermès et Arès
(sous le casque comme un Daft Punk)

On a eu plus de chance sur l’épisode 3 où nos cadreurs sont venus avec un paquet de matos. Roxane, notre motion designer, a également rejoint l’équipe récemment ce qui nous a permis d’avoir un super générique. En gros c’est de la débrouille, du bricolage et de l’échange de compétences !

Comment vous fonctionnez ?

Romain et moi on écrit et on réalise la série, on a commencé par écrire une bible (la description détaillée de l’univers de la série et de tous ses personnages) et un arc (la trame narrative) pour la saison 1.

Pour l’équipe technique, on a tout de suite pensé à Hugo avec qui on avait travaillé sur divers projets à l’école, puis Aloïs qui était en section montage avec nous. Les acteurs, ce sont des potes et des potes de potes qui ont à peu près les mêmes influences que nous et qui ont trouvé le projet assez cool pour s’investir dedans. Franchement pour accepter de se baigner à moitié nue dans un ruisseau sous la pluie ou de courir une journée entière dans les ronces, fallait être motivés et on les remercie pour ça !

On a écrit les deux premiers épisodes et on les a tourné en deux semaines pendant l’été dans la maison de la grand-mère de Romain, puis on a monté les épisodes après les cours avec Aloïs (le monteur principal qui joue aussi accessoirement Apollon) ou pendant les week-ends. Après on a dû attendre un an avant de retourner à cause de nos études respectives.

Le côté positif c’est qu’on a vraiment pu adapter l’écriture aux comédiens et ça s’est confirmé au tournage, parce qu’on a vraiment senti les acteurs plus à l’aise. La première expérience était assez chaotique, pour beaucoup c’était un premier tournage ils ont découvert tout ce que ça impliquait, les horaires, le maquillage, savoir se mettre en retrait quand il faut, faire la différence entre le côté pro et le côté perso etc…

Aphrodite et Héphaïstos, un autre couple aimant (non)

L’avantage de ce projet uniquement avec des potes c’est qu’il y a une ambiance « colonie de vacances », on dort tous dans la même maison, on fait à manger ensemble, on prépare les décors ensemble… Pour la suite, on a Nathalie (Aphrodite et assistante-réalisatrice) qui s’occupe de trouver des dates des tournages les week-ends, jours fériés et vacances.

Une anecdote à raconter à propos de Deus Ex Machina ?

Lors du premier tournage on a un peu mis l’ambiance dans le village de Lorey. Ce qu’il faut savoir c’est que Lorey c’est pas loin d’être le trou du cul du monde et qu’il doit y avoir 15 habitants à l’année, donc quand ils ont vu débarquer une quinzaine de jeunes en toges c’était un peu l’événement de l’année. Tout le monde a cru qu’on tournait un film à grosse production, des gens venaient en voiture nous interroger, il y a même un mec qui nous a offert de venir chez lui pour faire des plans de sa terrasse du village ! C’était hyper agréable à vivre et assez drôle aussi !

Merci Hélène ! Pour découvrir Deus Ex Machina, c’est par ici. Le troisième épisode vient de sortir, le voici :

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 2 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Mlle_lee
    Mlle_lee, Le 7 février 2014 à 11h30

    Oh my.

    Je suis hyper étonnée parce que j'ai longtemps été modératrice d'un forum de RPG dont la trame est... exactement la même. Bon, ça se passait en Grèce plutôt qu'en Normandie et y'avait des histoires de réincarnations, mais ça fait quand même bizarre. Je sais bien que le monopole de l'idée n'existe pas, mais le concept est pas non plus bateau alors ça me perturbe. Mon cerveau est tout embrouillé.

    Ca me rappelle que je jouais Dionysos, et je me demande : mais où est-il ? J'espère qu'on le verra dans cette série ! Et je suis contente que Hermès soit au centre du truc, parce que c'est mon Dieu préféré avec l'ivrogne :P

Lire l'intégralité des 2 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)