Ces détails qui décrédibilisent les scénarios

Ces détails qui décrédibilisent les scénarios
Sudation extrême, conversations saugrenues... Il est parfois bien difficile de se retrouver complètement dans certains scénarios de films et de séries.

Les scénaristes font de leur mieux pour donner aux spectateurs la possibilité de s’identifier aux personnages des films et séries. Parce que c’est plus crédible et qu’il en va donc de la qualité de l’oeuvre. Souvent, ils font du très, très bon boulot. Mais pourtant, parfois, semblant oublier leur condition d’être humain, ils s’éloignent très légèrement de leur vie de tous les jours et appliquent des codes qui divergent sérieusement de nos habitudes à nous, vrais gens de la vraie vie. Vous me direz, « la télé et le cinéma doivent nous faire rêver ». Probablement. Parfois. Mais il arrive que ce genre d’incohérences soit juste une preuve de déconnexion avec la réalité qui n’apporte rien à l’intrigue ni à ce qu’on peut bien éprouver. Voici donc une petite sélection de détails qui décrédibilisent sérieusement les fictions.

Signer son SMS

L’autre jour, je regardais l’épisode 5 ou 6 des Revenants et je n’y trouvais à ce moment-là pas encore de défaut. La trame était bonne, les acteurs excellents et je ressentais une sorte de fascination pour la série. Mais un tout petit détail m’a clairement gâché mon plaisir : à un moment de l’intrigue, un des personnages envoyait un message à une de ses amies de longue date. Une amie qu’il a l’habitude de voir tous les jours, au lycée et au pub. Une amie qu’il connait bien, donc, et qui a déjà probablement son numéro dans son répertoire. Aucune utilité de ce fait de signer son SMS. C’est pourtant ce que ce jeune homme répondant au nom de Frédéric a fait. Il a vraiment écrit « Rappelle-moi. Frédéric ». Je. Ok.

POURQUOI ? Pourquoi nous infliger ça alors que ça n’apporte rien à l’intrigue ? Pourquoi n’est-ce pas la seule et unique fois que j’ai vu ce genre d’incohérences ? Je veux dire, à moins de prendre la saison en cours de route (ce qu’on ne peut faire qu’avec les soap operas américains), on se souvient forcément de son prénom, ou au moins de qui il est. À la limite, le meilleur moyen de faire préciser à Frédéric quel était son blaz’ aurait été de lui faire écrire un sms de type :

« Salut c’est Frédéric, c’est mon nouveau numéro parce que j’ai perdu mon portable lol alors du coup efface l’ancien numéro et mets celui-ci à la place parce que l’autre je sais pas où il est. Ouais c’est bizarre qu’on m’ait fait changé de numéro, je comprends pas bien non plus puisque par exemple ma mère a le même depuis 10 ans mais c’est comme ça, pose pas de questions. Bon, rappelle-moi. »

Oui, ce serait se compliquer la tâche. Mais c’est déjà plus crédible.

les revenants prénom Ces détails qui décrédibilisent les scénariosDésemparés, les membres de cette famille réalisent qu’ils ont oublié le prénom des autres.

Utilisation abusive du prénom de l’interlocuteur

Je sais pas vous, mais les seules fois où j’utilise le prénom de la personne à qui je m’adresse c’est soit :

  • Parce qu’il ou elle ne m’écoute pas soit,
  • Parce que je suis sur le point de m’énerver.

Pourtant, dans bon nombre de fictions, on n’hésite pas à utiliser à outrance les blaz’ des personnages. Ce qui donne bien souvent lieu à des conversations qu’on ne pourrait pas vraiment avoir en vrai :

Cynthia je…
Oui David…
Cynthia je… Je t’aime.
Moi aussi David. Je t’aime.

Ce qui me laisse penser que cette utilisation massive du prénom dénote d’un manque évident de mémoire des acteurs à qui on doit sans cesse rappeler qui ils interprètent.

Ne pas finir sa cigarette

Un paquet de cigarettes coûte au mieux 6€10. C’est cher. Je ne sais pas dans quel monde vit une grande partie des personnages de séries et de films accros à la nicotine, mais je suis toujours extrêmement impressionnée de voir à quel point ils sont peu nombreux à réellement fumer leur cigarette.

mia cigarette Ces détails qui décrédibilisent les scénariosMia fumera-t-elle réellement sa cigarette ? Le suspens est à son comble.

Je suis une fumeuse. Je me soigne, mais j’en suis une. Alors quand je vois un personnage allumer une cigarette, puis recevoir un coup de fil important et avoir à peine le temps de tirer ne serait-ce qu’une taffe de son précieux bâtonnet avant de le jeter dans le caniveau ou de l’écraser violemment dans un cendrier pour partir le plus vite possible, je m’insurge. Personnellement, quand je fume, que ma cigarette n’est pas finie et que j’ai une urgence, je l’éteins délicatement pour ne pas l’abîmer au cas où l’envie me prendrait de la finir à un moment. Car, comme le dit l’expression, « y a pas de petites économies de bouts de chandelle qu’en fait c’est pas des chandelles c’est des clopes ».

C’est d’autant plus frustrant de voir à quel point les protagonistes d’une fiction peuvent être peu regardants que je souffre du syndrome du mimétisme : quand je vois quelqu’un fumer à la télé, j’ai envie de fumer. Alors souvent, je fume (c’est pas faute d’avoir tenté d’arrêter de fumer). C’est donc avec l’impression d’être flouée que je le vois éteindre sa cigarette dans la seconde.

Une sudation à l’extrême

Une fois n’est pas coutume, ce n’est cette fois-ci pas seulement dans les fictions anglo-saxonnes qu’on a droit au torrent sous les aisselles des protagonistes pour des raisons diverses. Une partie de coït ? La sueur perle dans le dos. Une légère angoisse ? Des gouttes disgracieuses roulent le long du visage. Un petit footing matinal ? Des auréoles monstrueuses colorent les 2/3 du t-shirt du sportif.

Moi qui m’estime à la limite de l’hyperidrose, je ne peux souvent m’empêcher de m’étonner des litres de sueurs que peuvent produire certains personnages. Ce qui me fait m’interroger : soit ils boivent 7 litres d’eau par jour (auquel cas j’aimerais, en tant que spectatrice, qu’on me le précise), soit ils courent quotidiennement non pas 5km mais 55 (auquel cas j’aimerais savoir quel genre d’EPO ils prennent).

L’inversion sujet/verbe dans les questions

Quel est ce monde dans lequel les gens inversent le verbe et le sujet quand ils posent une question ? Certainement pas le mien. Probablement pas le vôtre non plus, si ça se trouve. Peut-être que je suis d’une vulgarité sans faille et que mes phrases interrogatives sont d’une trivialité sans borne, toujours est-il qu’à part quand je rencontre les parents de mes amis pour la première fois, je ne m’exprime pas de la sorte. Et pourtant, bien souvent, dans les fictions, quel que soit leur âge, les personnages interrogent leur interlocuteur de la façon suivante :

  • Comment vas-tu ? (Je sais pas vous mais moi je dis « ça va ? »)
  • Où vas-tu ? (Je sais pas vous mais moi je dis « Tu vas où ? »)
  • Comment le sais-tu ? (Je sais pas vous mais moi je dis « boh comment tu l’sais ? »)

La vie n’est pas le titre d’un roman de Marc Lévy. Je n’inverse donc pas le sujet et le verbe dans mes questions. Est-ce bien clair ?

L’appellation familiale

Je me souviens avec émotion du jour où, pour faire comme dans les séries américaines, j’ai appelé mon grand-père « grand-père ». Dans la vraie vie, chaque famille décide d’appeler les membres de la tribu comme elle le souhaite : on peut dire « papy », ou « papie », ou « pépé », ou « grand-père », ou « bon papa ». Il en va des préférences de chacun. Mais dans les fictions américaines qu’il m’a été donné de voir, je n’ai qu’entendu des « grand-père », « grand-mère », « tante Julie » ou « oncle Maurice ». Ça fait classe, ok, mais ce n’est que peu représentatif de la population mondiale en plus d’être quelque peu archaïque. Et autant vous dire que si un jour j’ai un neveu ou une nièce et qu’il ou elle décide de m’appeler « tante Sophie », je prendrais un sacré coup de vieux dans la tronche.

À la limite, je préférerais peut-être même « l’autre vieille conne », tiens.

Et vous, quels sont les petits détails incohérents qui peuvent parfois vous décevoir dans un scénario de plus ou moins bonne qualité ?

Tous les articles Cinéma , Culture , Pour rire , Série télé , Télé , Vis ta vie
Les autres papiers parlant de Cinéma , FAIL
ça vous a plu ?
partagez !
Big up
L'actu de mad
gratuitement dans vos mails !
a lire également
Plus d'infos ici
Viens apporter ta pierre aux 61 commentaires !

Lire l'intégralité des 61 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)

  • ManuMacMaya
    ManuMacMaya, Le samedi 12 janvier 2013 à 12h34

    Alexandre Astier parle des ces stéréotypes: l’interrogation inversée, les prénoms des personnages à tout bout de champ :

  • Denderah
    Denderah, Le samedi 12 janvier 2013 à 12h49

    manumacmaya;3858614
    Alexandre Astier parle des ces stéréotypes: l’interrogation inversée, les prénoms des personnages à tout bout de champ :
    Géniale cette série de vidéos avec A. Astier, merci ! =)

  • Abby0603
    Abby0603, Le jeudi 24 janvier 2013 à 17h06

    francis-2;3838280
    paulie-akov;3837789
    francis-2;3837573
    Et bien moi je n'ai jamais compris pourquoi tant de gens accorde autant d'importance à ce genre de détails. La fiction c'est inventé, pour que ça soit un peu efficace il faut couper les passages chiants de la vraie vie, genre la demie-heure (voire heure voire plus) qu'ils nous faut le matin pour être fonctionnels, toutes les formules de politesse inutiles avant de raccrocher le téléphone qui rallongent une conversation de 10 minutes, le temps de manger ou de boire, bref tout ce qui ne sert pas l'intrigue doit être éludés sinon les films dureraient 3h de plus en moyenne. On ne voit pas TOUTE la vie des personnages dans une fiction, s'pas un docu, ça n'a pas vocation à être exhaustif non plus.
    T'as complètement raison, ça fait chier de voir le perso se brosser les dents ou aller faire pipi, mais il faut quand même faire la différence entre ellipse et incohérence...
    Le mec demande l'addition et la scène d'après il est dans la rue = ellipse, la meuf qui change de chaussures entre deux scènes censées se passer loin de son dressing = incohérence.
    Certes mais la plupart des exemples cités ici ne sont pas des incohérences, pour moi c'est juste des conventions scénaristiques, si les personnages discutent ils ne peuvent pas être en train de manger et en général ce qu'ils se disent est plus important que de voir les assiettes se vider.
    Mais on le sait très bien, tout ça, on n'est pas complètement co-connes non plus. C'est juste marrant de mettre en commun ce genre de détails, même si on sait que, bien évidemment, dans un film, tu ne vas pas voir le personnage se lever, bailler, mettre ses chaussons, aller aux toilettes, se laver les mains, etc etc... C'est juste rigolo d'en parler...

    Moi ce qui me choque le plus, c'est dans tous les films avec des adolescents/enfants, la mère prépare un énorme petit déjeuner avec pancakes, bacon, oeils brouillés, céréales, énorme verre de jus d'orange etc., et soit le gamin descend, prend à peine une tartine et s'en va déjà, soit il prend son petit déjeuner, et s'en va à l'école en laissant tout en plan, sans rien débarrasser...

    Ca m'a toujours énervé !

    Ou aussi les actrices qui ont du brillant à lèvres, même quand elles sont sensées ne pas être maquillées.

  • CharliePenny Fraser
    CharliePenny Fraser, Le vendredi 1 février 2013 à 00h20

    abby0603;3884417
    Ou aussi les actrices qui ont du brillant à lèvres, même quand elles sont sensées ne pas être maquillées.
    Ou la fille qui est censée être malade/victime d'accident/réveillée au milieu de la nuit et qui est bien maquillée avec les faux cils et tout :facepalm:
    Ou quelqu'un qui subit un accident ou survit à une explosion, est blessé (donc saigne), et dans la scène d'après magie !! Plus de blessure et des vêtements tout propres !!

    @Ymotana je venais pour dire la même chose ;)

  • Mamzelle.Sleepy
    Mamzelle.Sleepy, Le samedi 2 février 2013 à 18h02

    thisbee;3852536
    A lire :

    [​IMG]

    Un livre qui résume bien toutes les petites incohérences dans les films et les séries. Et en plus, c'est drôle !
    Merci pour ce livre, j'ai trouvé un extrait en PDF sur google :d je vais le lire rapidement je pense :)

    farah73;3845389
    Un détail gros comme une maison qui te crie "ceci n'est pas la réalité!" c'est le coup du téléphone dans les séries policières. Quelqu'un appelle le héros pour lui dire de ramener son cul sur la scène du crime. Et celui-ci - omniscient - répond "ok j'arrive!" et raccroche immédiatement. Et bien sûr, en une demi seconde, l'autre gars a eu le temps de lui dire que la scène du crime se situe dans l'appartement 47, rue Jenesaisquoi, bâtiment B mais qu'il faut passer par l'arrière cours. Hé oui, c'est qu'il a un débit très rapide !

    Ensuite y'a aussi le coup du personnage qui est fauché, du genre il doit galérer pour payer son loyer donc il doit faire attention quoi. Mais son appart' est quand même du genre super bien meublé, dans un style vintage trop classe dont tu rêves. Dans la vraie vie tu te paie pas un appart et des meubles comme ça quand t'es fauché et SURTOUT quand tu es étudiant ! (je pense notamment à l'appart de Rachel et Kurt dans Glee...)
    Pour l'appartement de Rachel et Kurt, ce qu'on ne sait pas c'est que les parents sont derrières comme tout étudiants lambda.
    Et puis clairement leur loft est pas beaucoup meublé, il y a une table dans la cuisine, et un canapé mais ça s'arrête là. Je le trouve pas spécialement mega bien meublé ils ont le nécessaire et il y a un ikea pas loin à brooklyn.

    carmelita;3843525
    Honnêtement, il y a pas mal de détails relevés ici qui ne me choquent pas tellement.
    Par exemple, le fait de mentionner le nom d'une personne à laquelle on s'adresse. Bon, ok, peut-être pas dans toutes les phrases, mais ça peut être aussi un moyen de lui montrer qu'on la prend en considération. Le fait est que mes ami-e-s me donnent tout un tas de surnoms et quand ils me parlent ils y recourent plus volontiers qu'à mon prénom. Mais quand ils m'appellent par mon prénom, ça me fait plaisir, j'aime vraiment bien ça...

    En fait, les trucs qui me choquent toujours dans les films ou séries, moi, c'est plutôt :
    - que quand les personnages vont boire un verre ou manger au resto, ils commandent généralement un truc à boire ou à manger ; le serveur leur apporte leur commande et au mieux ils en boivent une gorgée avant de se casser en laissant le verre ou l'assiette pleine sur la table. Je veux bien que tout au plaisir de la conversation, on en oublie de savourer ses mets, mais tout-de-même. Surtout au prix que coûte un resto, regarder le plat et se barrer au bout de 10 minutes ça ne me parait pas très crédible.
    - C'est plus sensible dans des films qui ont déjà 10 ou 20 ans, mais des fois, les personnages féminins ont les cheveux longs en début de film, courts au milieu et de nouveau longs à la fin du film, alors que le laps de temps écoulé est de quelques jours. (Soit elles ont donc les cheveux qui poussent très vite, soit il y a un truc, hein, et je pencherais plutôt pour la 2e solution).
    - Enfin, pour le coup des personnages qui ne portent pas 2 fois les mêmes fringues au cours d'une série, ça franchement, ça ne me choque pas des masses. Mais dans certains films ou séries, en l'espace d'une journée, les personnages se changent au moins 3 fois, et là, je trouve ça un tantinet exagéré et pas du tout crédible...
    - Mais dans le même genre, on pourrait ajouter la fille qui se prend une pluie diluvienne sur la tronche et qui deux heures plus tard est chez elle avec la permanente à nouveau impeccable, genre je sors tout juste de chez le coiffeur) ou cette manie de nous présenter les personnages féminins, leur journée de boulot à peine finie, troquant leur tailleur-jupe contre un pyjama ou un jogging pour traîner toute la soirée chez soi en mode cocoon. (Bon, alors ok, j'imagine que quand on en a bien marre, on change de fringue effectivement, mais bon, c'est peut-être pas la première chose qu'on fait en arrivant chez soi, non ?)
    Je confirme que si c'est un truc qui se fait souvent. Quand je rentrais du boulot ou des cours, mon premier réflexe était de me deshabiller (je dis "étais" car actuellement je suis au chomage donc je suis à la maison tout le temps, donc quasi tout le temps en pyjama)
    Mais oui je détestais en fait être habillé, je préférais largement le confort d'un pyjama, ou même en sous vetement, mais ça allait dans la logique j'enlève mes chaussure, donc aussi le pantalon/jupe, de temps en temps je gardais le haut.

  • Maxou
    Maxou, Le dimanche 14 avril 2013 à 18h00

    Mais mais mais :tears:
    Je signe TOUJOURS mes sms, même quand c'est pour les membres de ma famille!

  • Tatsue
    Tatsue, Le mardi 4 juin 2013 à 17h20

    maxou;4050038
    Mais mais mais :tears:
    Je signe TOUJOURS mes sms, même quand c'est pour les membres de ma famille!
    Si ça peut te rassurer ma grand-mère aussi ! XDD elle signe même les messages sur le répondeur au lieu de dire "bonjour c'est mamie" au début elle dit "bisous, mamie" à la fin je trouve ça fabuleux XD

  • Tcheshu
    Tcheshu, Le mercredi 5 juin 2013 à 12h58

    Je sais que ça a déjà été dit, mais je suis une rebelz, je le redis. Pour que mon intervention soit digne et utile, je précise que je m'adresse à tous ces producteurs et maquilleurs :
    Le matin, quoi. Qui se réveille radieux et plein de tonus ? Jamais je me réveille avec les cheveux brossés et le visage rayonnant. En revanche, j'ai les cheveux dans un état indescriptible et le maquillage qui a coulé (dans le cas où une flemme monumentale m'a convaincue de ne pas l'enlever).

    Alors expliquez-moi è_é

  • Jmenfish
    Jmenfish, Le vendredi 7 juin 2013 à 11h40

    On en parle des persos qui gardent leurs chaussures quand ils grimpent sur le lit ou sur le canapé ? Non mais sérieusement, même si j'étais actrice, par la simple habitude de ne pas le faire chez moi, ben je le ferai pas aussi sur scène. Enfin je sais pas, mais t'es censé avoir marché en ville, sur les pipi/caca des chiens, sur des vieux chewing-gums, et genre tu poses tes semelles crades sur ton beau canapé Roche Bobois ou sur ta jolie couette Ikea ?

    Ca m'exaspère à chaque fois, et je suis surprise que personne ne l'ai remarqué :oo:

  • Madmoizelle O.
    Madmoizelle O., Le mardi 16 juillet 2013 à 12h30

    Aaah les films et les séries...
    Alors oui c'est bien beau, les personnages ne mangent ni ne payent leurs bouffe au resto, ils se brossent les dents avec du dentifrice invisible qui ne se rince pas, ils ne font jamais pipi, encore moins popo.

    Je ne vais pas revenir sur tous les points mais il en reste un dont on n'a pas parlé. Quelque chose qu'on n'observe pas dans la réalité et qui me perturbe depuis quelques années maintenant : le sekse dans les films.

    On a la madame, on a le monsieur, on a la chambre-où-ya-bien-sur-pas-une-culotte-qui-traîne, on a l'épilation impeccable, la lingerie qu'il faut et la musique d'ambiance. Soit. C'est possible tout ça. Avec un minimum de préparation c'est jouable.
    Ils font du crack boom hue, du tac tac, du hum hum, ils finissent dans un orgasme (souvent ensemble d'ailleurs) et.... -attention, c'est là qu'on a un problème -, le mec se retire, se cale sur le coté, reprend son souffle et vit sa vie de personnage de film comme si de rien n'était.

    Elle est où la phase du "euh... bon attends t'as les mouchoirs pas loin ? ok alors vas-y bouge pas... *contorsion* tu gères ? On je sors". ELLE EST OU ????

    Du coup je pense que les actrices ont des poches hermétiques dans le frifri.

    Voilà. C'est tout.

Lire l'intégralité des 61 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)