Les petits désagréments du zéro déchet (mais ça en vaut la peine)

Passer au zéro déchet n'est pas une décision facile. Mais en plus au début, on peut faire face à quelques inconvénients. Mai-Anh l'a vécu et vous raconte son passage du côté vert de la consommation.

Les petits désagréments du zéro déchet (mais ça en vaut la peine)

Je vous l’avoue : ma poubelle et moi, nous sommes en guerre.

Déjà parce que je déteste la sortir (en même temps, qui aime ça ?) et puis parce que le plastique, c’est pas hyper sympathique.

Je rappelle : une fois lâché en liberté dans la nature, ce vicieux aime en effet se déguiser en appétissantes méduses pour tromper les tortues ou encore se désagréger en toutes aussi vicieuses petites particules qui s’agglomèrent dans les océans, pour ne citer que quelques-uns de ses délicieux devenirs.

Pour toutes ces raisons (en gros la flemme, et pour le bien des tortues), je suis en pleine bataille pour le zéro déchet.

Prends ça dans ta gueule la poubelle de la cuisine.

Si j’ai mis au point un plan d’attaque, j’ai quand même dû faire face à des obstacles auxquels je ne m’attendais pas.

Voici donc une courte typologie des désagréments que j’ai rencontrés au cours de cette lutte sans pitié contre ma poubelle.

La confusion entre compost et poubelle

Une des premières choses que j’ai mises en place dans ma nouvelle vie (presque sans poubelles), c’est le  compost de mes déchets organiques. Bouclons la boucle, et rendons à la terre ce qui appartient à la terre, me suis-je dit le poing en l’air.

Compost collectif, lombricomposteur, stocker son compost au frigo pour le ramener chez quelqu’un qui a un jardin, jeter les épluchures par la fenêtre dans le jardin du voisin… Je vous laisse le choix de la méthode, on est en guerre, je vous dis.

Mais voilà, nous sommes tous des êtres pétris d’habitude. Donc à chaque fois que vous ouvrez votre poubelle (celle contre qui vous luttez), c’est le drame !

Vous y retrouvez invariablement des épluchures ou le thé du matin, bref autant d’éléments qui auraient dû se trouver dans le bac à compost.

En général ils sont jetés par réflexe, dans ce cas c’est une simple habitude à prendre. Mais parfois, c’est juste la flemme d’ouvrir le bac à compost, et c’est contre ça aussi qu’il faut se battre…

Le sac de course en toile réutilisable, l’allié oublié

Normalement, les supermarchés ne sont plus censés distribuer des sacs plastiques à la caisse. Sauf qu’il y a toujours ceux en cartons et c’est valable pour les courses que l’ont fait à la boulangerie ou à la pharmacie.

J’ai donc remplacé tous ces sacs jetables par des sacs en toile et des sacs réutilisables.

À lire aussi : Le mystère du Tote Bag décrypté en 3 points

Le problème, c’est qu’on les oublie très facilement. Ma technique pour éviter d’acheter un nouveau sac réutilisable à chaque fois que je fais mes emplettes, c’est d’en glisser quelques-uns dans tous mes sacs, pour être sûre d’en avoir toujours un avec moi.

En puis j’en ai choisi de très jolis avec des motifs reconnaissables. J’ai toujours droit à un compliment des vendeur·ses ou d’autres clients, c’est rigolo et ça fait toujours plaisir.

Et je suis désolée pour les timides mais il ne faut pas hésiter à demander à avoir son pain sans papier à la boulangerie par exemple.

C’est pas grave de ne pas oser au début, mais ça viendra !

Pareil lorsqu’on prend son repas à emporter au restaurant : il faut oser (ou ne pas oublier) de refuser les couverts en plastique et autres sachets inutiles.

Attention aux quantités avec le vrac

C’est l’incontournable du zéro déchet, le héros de la guerre contre sa poubelle j’ai nommé : le vrac. 

À lire aussi : L’épicerie en vrac, pour réduire les déchets

Le vrac se définit comme une autre façon de consommer : plutôt que d’acheter des aliments déjà enfermés dans des emballages, on se rend en magasin avec ses propres contenants (des bocaux ou sacs en tissu par exemple) et on les remplit à partir de grands bacs communs.

Riz, pâtes, thé, café, chocolat, épices, fruits secs, céréales, lessive même : on trouve de tout en vrac dans les boutiques spécialisées. 

Alors premier conseil : je regarde toujours le prix au kilo. Basique. Mais surtout, second conseil et il est d’or : je ne remplis plus mes sacs à ras-bord. 

Ce n’est pas génial de se retrouver avec 2 kilos de riz, ou un demi kilo d’amandes à 22 euros le kilo (ça revient à super cher oui).

À lire aussi : Comment se mettre au bio quand on est fauchée ?

Quand j’ai la flemme de faire les courses, et que mon copain se porte volontaire pour s’en aller quérir notre nourriture (toujours dans la quête partage équitable des tâches ménagères), j’ai toujours un peu peur qu’il ne liquide notre PEL dans l’achat de graines de chia en vrac.

Du coup, je précise TOUT quitte à devenir une tyran de la liste de course, par exemple : « 500 gramme de riz = UNE POIGNÉE. »

Moi en train de faire ma liste de course.

C’est sûrement très approximatif et totalement arbitraire mais c’est une astuce de base pour ne pas payer une fortune dans son alimentation. 

Et puis, ça évite de stocker des quantités astronomiques.

Gaffe au sur-stockage et aux p’tites bêtes

En parlant de quantités astronomique, je redouble de vigilance depuis un fâcheux épisode de mites alimentaires ayant joyeusement proliféré dans ma cuisine suite au stockage de 2 kg de flocons de céréales.

Dans le riz, la même chose est arrivée mais avec d’autres insectes… Mes 2 kg de céréales ne rentraient pas entièrement dans mes bocaux, normal.

Donc pas le choix, j’en ai laissé toute une partie dans un sac en tissu. Plus tard, je suis partie en vacances et à mon retour j’étais devenue l’heureuse propriétaire d’un élevage de mites qui volaient joyeusement dans notre cuisine. Elles se sont également installées dans la farine de maïs que j’avais laissée, elle aussi, dans un sachet.

Si Gordan Ramsay avait vu ma cuisine à ce moment là, il aurait réagi comme ça.

Heureusement, le reste des aliments étant dans des bocaux hermétiques, je n’ai eu qu’à trouver la souche d’origine qui était dans la farine et les flocons pour m’en débarrasser très facilement.

Le zéro déchet, c’est quand même cool !

Je suis passée au zéro déchet depuis 2 ans et demi. Aujourd’hui, on sort la poubelle une ou deux fois par mois essentiellement pour la litière de Zépline — le chat. Ces inconvénients du zéro déchet résultent surtout du manque d’expérience au début. Partir en guerre contre sa poubelle, ça se prépare et ça s’apprend.

Au fil du temps, on prend le pli et ça devient très vite super simple.

Promis, c’est bien plus simple que la formation jedi.

À part vider son compost, ça ne demande pas de temps supplémentaire et c’est accessible à tout le monde.
Pour s’améliorer, on peut commencer à cuisiner soi-même ou manger plus de choses non transformées. Par exemple des fruits pour acheter moins de desserts tout prêts.

À lire aussi : Classement des fruits à récolter, du plus chiant au plus chouette

Le zéro déchet, ce n’est donc pas si terrible, et je pense que les points positifs en valent clairement la peine. Je participe à réduire mon impact sur l’environnement, et puis ça me fait sortir de chez moi, pour profiter des petits commerces indépendants et des joies du marché.

Et puis les bocaux, c’est vraiment très joli dans la cuisine !

Fini d'hiberner !
Le printemps est arrivé et pour le célébrer, madmoiZelle te propose une super box qui te poussera à mettre le nez dehors en toute décontraction : avec de quoi manger, de quoi faire des balades dans les bois sans égratignures, de la déco green et d’autres jolies surprises.

Alors n’attends plus !


À lire aussi : Comment Aline, 21 ans, a réussi à réduire 6 mois de déchets au contenu de ce petit sac

COMMENT AVOIR UN TEINT PARFAIT ? avec Tom Sapin de MAC Cosmetics

JulietteGee


Tous ses articles

Commentaires
  • Mawinette
    Mawinette, Le 9 avril 2018 à 12h21

    @Loupit @Polaire @Gringo Je vis en appart à Paris et j'ai acheté un lombricomposteur l'année dernière car je cuisine beaucoup moi-même et pas mal de fruits et légumes (même si je prends de plus en plus du bio pour justement éviter d'avoir à éplucher). Au début tout était top, il était installé dans la cuisine et je suivais bien les instructions (éviter les agrumes, épluchures d'ail et d'oignons, protéines animales, etc). C'est un modèle censé éviter les moucherons, mais avec la chaleur certains sont arrivés, puis de plus en plus au point qu'on a dû l'installer sur la terrasse. J'ai essayé de traiter le machin en recouvrant de terreau et en ne nourrissant pas la bête pendant un certain temps mais re-bingo dès que j'ai recommencé à y mettre mes épluchures, de nouveau des moucherons... Et là, je ne crois pas que les vers aient survécu à l'hiver dehors, j'ose pas aller voir... donc assez déçue pour ma part, surtout que je n'ai pas trouvé de compost collectif à côté de chez moi et j'avoue que ça me saoûle de me balader avec ma poubelle à compost dans la rue, du coup tout finit dans la poubelle classique :erf:
    Pour les sacs en tissu, je n'utilise presque plus que ça pour les fruits et légumes (ça fait marrer le mec du marché à chaque fois qu'il me voit débarquer) et pour le vrac, que je transvase ensuite dans des bocaux. Pour le dentifrice, je fais cette recette à base de savon de Marseille https://consommonssainement.com/201...-produits-dangereux-a-se-mettre-sous-la-dent/ j'avoue que c'est un peu hardcore au début mais on s'y fait haha.
    Mais j'ai encore beaaaucoup de chemin à faire sur le reste, les poubelles se remplissent tellement vite c'est dingue...

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!