Dans la peau d’un poil

Amis humains, bonsoir, Mon nom est Follicule Maximus. Je mène une existence sans histoire, paisiblement installé dans la narine d’un septuagénaire. « Coupe-moi donc ce bouquet garni, Henri« , le somme sa femme à chaque repas. Pourtant, malgré les remarques de son entourage, mon propriétaire m’entretient, me triture et m’expose. J’ai eu de la chance : je […]

Dans la peau d’un poil

Amis humains, bonsoir,

Mon nom est Follicule Maximus. Je mène une existence sans histoire, paisiblement installé dans la narine d’un septuagénaire. « Coupe-moi donc ce bouquet garni, Henri« , le somme sa femme à chaque repas. Pourtant, malgré les remarques de son entourage, mon propriétaire m’entretient, me triture et m’expose. J’ai eu de la chance : je suis bien nez. Mais tous mes camarades pileux ne peuvent pas en dire autant.

Coupés, arrachés, décolorés, mes frères et soeurs subissent les pires tortures depuis des décennies. On les dit disgracieux, sales, impurs, malodorants. Dès la puberté, les femmes sont priées de les faire disparaître : arborer aisselles touffues et jambes à moquette ? Pas question. Dans la société actuelle, ce serait faire une croix sur sa féminité. Oh, il y a bien eu quelques exceptions : à une époque, nous fleurissions sous les aisselles des féministes, mais cette popularité ne fut que de courte durée. Comme elles sont rares, les dames qui osent militer pour nous aujourd’hui ! Poser « à poil » contre la fourrure, oui, mais assumer la sienne, non !

Jusqu’à présent, notre cause semblait perdue auprès des femmes, mais il nous restait les hommes, qui malgré quelques époques anti-pileuses,paraissaient nous avoir adopté. Or, le poil semble perdre aussi du terrain sur les épidermes masculins. On ne veut plus de nous sur le torse des messieurs, ni même sur leur sexe et encore moins sur leurs épaules. Le poil est une espèce en voie de disparition.

Face à vos inadmissibles persécutions, mes collègues et moi-même tentons de survivre. On nous coupe la tête ? Nous repoussons plus fort. On nous épile, on nous décolore, on nous dissout à la crème, qu’importe : nous revenons à l’assaut des peaux avec l’énergie du désespoir.

Bande d’ingrats. De la naissance à la mort, nous travaillons pour vous. Nous gardons l’entrée de vos oreilles et de vos narines pour empêcher toute intrusion. Selon certaines hypothèses, nous diffuserions même vos hormones pour vous aider à forniquer… Pourquoi vous débarrasser de nous ?

Tout pourrait être si simple. Hommes et poils pourraient vivre en parfaite harmonie si chacun y mettait du sien. Une fois teintés, les poils de jambes pourraient faire de bien belles parures. Tressés ou ornés de perles, les poils d’aisselles constitueraient de charmants accessoires. Sans compter les multiples fantaisies qu’autorisent les poils pubiens…

J’ai fait un rêve. Le rêve d’un monde à poils. C’est pourquoi j’ai fondé l’UMP. Union des Militants Pileux. Organisme transversal, l’UMP accueille des poils de différentes tendances : blancs, bruns, roux, des duvets aux poils de cul, ses membres ont décidé d’agir pour la réhabilitation de notre espèce. Mais pour faire avancer la cause, j’ai besoin de vous. Je vous en conjure, mesdames, je vous en supplie, messieurs : cet été, laissez-nous en liberté. Comme de nombreuses personnalités par le passé (Tom Selleck, Julia Roberts, Emmanuel Chain…) soutenez l’UMP.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 14 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Ah-la-Parisienne
    Ah-la-Parisienne, Le 12 juin 2009 à 18h45

    Je vois ^^
    Mes parents disent que les personnes qui s'épilent sont fou XD Je n'ai jamais vraiment su pourquoi cela...
    Mais beaucoup de personnes trouvent que ne pas s'épiler, n'est pas hygiénique ? non ?

Lire l'intégralité des 14 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)