Ces enseignements que je tiens de Cristina Cordula

Cristina Cordula est une des personnalités les plus sympathiques de la télé. Et même que Sophie-Pierre Pernaut a appris bien des choses en regardant ses émissions.

Ces enseignements que je tiens de Cristina Cordula

Initialement publié le 21 juillet 2014

Je dois vous avouer un truc : je suis fascinée par Cristina Cordula. Je crois même qu’elle est à égalité avec Philippe Gildas (et c’est dire parce que je le regardais tous les soirs quand j’étais petite avec mes parents dans Nulle Part Ailleurs) en tête du top 3 de mes personnalités de la télé française préférées.

À lire aussi : Les pires conseils qu’on m’a donnés #2 – Le style

C’est à cause d’elle (ou grâce à elle, comme tu préfères) que je regarde avec plaisir des émissions comme Les Reines du Shopping ou Nouveau Look pour une Nouvelle Vie — alors que la mode, j’en ai rien à carrer. Bon, j’ai tout de même plus d’affection pour la seconde émission, parce que j’aime bien l’idée de donner un coup de pouce à des gens pour qu’ils prennent confiance en eux. Quelle que soit la forme que ça puisse prendre.

C’est ce que Cristina fait avec la mode alors j’aime bien. Et elle le fait avec tellement d’entrain, tellement de joie, tellement de blagues de maman (je trouve qu’elle fait les mêmes blagues que ma maman, oui, je l’avoue), que je ressors de l’épisode le coeur léger.

Et encore mieux : je crois bien qu’elle m’apprend des trucs. Voici quelques-uns des enseignements que je tiens de Dame Cordula.

On ne sourit jamais assez

S’il y a un truc qu’on remarque en regardant une émission de Cristina Cordula, c’est qu’elle sourit à peu près tout le temps. Moi, quand j’étais ado j’avais tendance à penser qu’avec mon sourire facile, les gens allaient me prendre pour une fille un peu con. Que si je tirais la tronche en regardant l’horizon d’un air lointain, on allait me trouver intrigante et mystérieuse. Alors j’essayais de faire la gueule, et c’était triste parce que c’était pas moi.

À lire aussi : Bar à sourire : le test !

J’avais surtout l’air d’être en pleine crise de constipation.

Et puis un jour, une grande dame qui sourit sans cesse (sauf quand elle fait semblant d’être en colère) est apparue dans ma télé. Elle sourit pas qu’avec les dents, elle sourit aussi avec les yeux, parce qu’elle ne se force pas (ou qu’en tout cas elle fait très bien semblant). Cette dame, c’est Tata Cristina. Est-ce qu’elle a l’air stupide ? Non, bien au contraire. Elle a simplement l’air heureuse et épanouie.

Jamais les collants couleur chair

Bien sûr, parfois, certaines de ses phrases sonnent comme des injonctions. « Celles qui ont des rondeurs, ne portez pas ça » ou « si vous avez une petite poitrine privilégiez les décolletés plongeants », c’est vrai que c’est un peu des ordres, mais je pense pas qu’elle serait du genre à me taper ou à appeler la fashion police (qu’elle incarne pourtant si bien) si elle nous croisait dans la rue, moi et mon 85B aplati par un bustier.

À lire aussi : Le C-String — WTF Mode

Parmi toutes les recommandations un peu sévères qu’elle fait, il y en a une plus connues que les autres. Ça dit :

« Les collants couleur chair c’est in-ter-dit ! »

Ma première réaction a été de crier à ma télé « JE FAIS CE QUE JE VEUX HEIN, JE PEUX MÊME MANGER DES SANDWICHS CAMEMBERT-CARAMBAR ALORS JE PEUX PORTER DES COLLANTS CHAIR AUSSI, YOLO ». Et puis après j’ai compris un truc.

Ce truc, c’est que si je portais des couleurs chair, avant, c’était pour garder une barrière entre mes jambes et les autres. Mes jambes, je les déteste, alors quand vient l’été j’ai envie d’être en jupe et en short avec la peau à nu pour que chacun de mes pores reçoive l’air du ventilateur, certes… Mais ça me demande chaque année un petit temps d’adaptation pour ne plus avoir envie de cacher totalement mes jambes blanches avec des points rouges, parsemées de cicatrices et de bleus. C’est déjà pénible pendant quelques jours, mais c’est toujours mieux qu’avant.

Avant. Quand je supportais pas de ne pas porter de collants opaques avec mes jupes et mes shorts, même en été. Mais les gens me faisaient des réflexions. Du coup pour éviter toute remarque j’en mettais des couleurs chair, des collants, et je suais à en remplir des nappes phréatiques par litre, mais le reste du monde me laissait tranquille.

Je sais Cristoche. Pardon.

Heureusement, Cristina est arrivée dans ma télé et elle a pas arrêté de nous marteler à la face que « les collants couleur chair c’est in-ter-dit ». Bon, dans son cas c’est pour des raisons modesques mais je l’ai traduit dans ma tête comme « assume tes jambes eh, troudbal ! ».

Depuis, je porte plus jamais de collants couleur chair. J’assume mes jambes que je n’aime pas et ma peau qui fait poulet fraîchement déplumé. Ma vie est plus fraîche et personne n’a encore vomi quand j’ai fait péter les cuisses, même les jours où je me suis presque creusé la peau en me rasant trop fort.

Les complexes c’est nul

Tandis que je vous parle, j’ai une oreille sur Les Reines du Shopping. Cristina regarde la course d’une des candidates, qui vient de dire qu’elle avait des complexes. La sainte patronne de la mode a dit « T’as pas raison d’avoir des complexes ! » C’est pas la première fois que je l’entends dire ça, je dirais même que j’ai rarement vu une émission avec elle dedans sans qu’elle le rappelle.

À lire aussi : Le culte de la minceur VS mes complexes, une histoire de paradoxes

Et c’est vrai ! C’est le truc le plus vrai de la Terre, après le fait qu’elle soit ronde (la Terre, suivez un peu). Cristina c’est la Galilée de l’absurdité des complexes.

Bon, contrairement à la rondeur de la Terre, j’ai eu besoin de personne pour apprendre que les complexes n’ont rien à faire dans nos esprits. Mais qu’une personne le dise régulièrement à des heures de grande écoute, moi ça me rend heureuse.

On peut critiquer en étant bienveillant

cristina cordula parks an recreation

La différence la plus notable entre Cristina Cordula et certaines candidates des Reines du Shopping, c’est pas le style. C’est pas le prix des fringues qu’elles portent. C’est pas leur coiffure ou leur maîtrise du maquillage. Leur différence, c’est leur façon de critiquer les tenues choisies par la concurrente du jour.

Les candidates se moquent parfois des autres. Celles-là sont méchantes. Et plus elles sont critiques, plus elles sont mauvaises. Pour moi, c’est pas avoir le sens de la compétition, c’est juste bitcher.

À lire aussi : La gentillesse serait-elle contagieuse ?

Cristina, elle, critique, effectivement, quand ça ne lui plaît pas. Mais elle est la preuve qu’on peut critiquer la tenue, ou le travail de quelqu’un sans faire preuve de méchanceté : y a pas de jugement dans sa façon de faire, y a toujours l’oeil qui pétille et la voix qui chante, et le message sera bien compris pour autant. C’est la preuve, donc, qu’on peut rester bienveillante en disant à quelqu’un qu’il fait fausse route.

Et ça, c’est une leçon de vie, voire même de management, quoi.

Je suis un 8

Enfin je crois. Un 8 avec une base plus large que le haut. Ça me sert à rien de le savoir parce que je m’habille davantage comme j’ai envie que pour mettre ma morphologie en valeur.

Mais au moins je le sais.

Enfin je crois.

À lire aussi : Conseil morpho – Choisir le jean idéal

Et toi, qu’est-ce que Tata Cristina Cordula t’as appris ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 79 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Castette
    Castette, Le 30 octobre 2015 à 16h22

    Je n'aime pas du tout Christina Cordula... Presque toutes mes amies ne jurent que par elle et me balancent des pseudo-impératifs d'après ses conseils... Quand je suis avec elles je me coltine leurs émissions préférées :rolleyes:
    Mais merde quoi, le but d'un vêtement est surtout de se sentir bien dedans, de se plaire à soi-même pour se sentir en confiance... Si on aime une robe, qu'on se sent belle avec... Qu'est-ce qu'on en a à foutre qu'elle soit plutôt faite pour un H qu'un A ?
    Y a trop de Christina partout. C'est drôle à petite dose, son accent, ses intonations... Mais STOP ! C'est fatigant et oppressant.:sick:
    Quand je craque devant une jolie robe bustier, j'ai pas envie que mes amies me disent systématiquement "ah non toi tu peux pas, tu fais du D, t'as des trop gros seins, c'est pour les petits seins ces robes, c'est Christina qui l'a dit"... J'AIME CETTE ROBE ET JE ME CONTREFOUS DE L'AVIS D'UNE BONNE FEMME QUI S'ECOUTE PARLER.
    (oui je suis vénère, oui j'en ai marre d'entendre toujours parler de cette femme, même quand tu ne regardes pas la télé t'es obligé de supporter ses discours !)
    Y a déjà assez d'impératifs sur notre physique comme ça, merci ! :bomb:

Lire l'intégralité des 79 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)