« Je suis à l’endroit », un court-métrage puissant et riche de sens (qui fait tourner la tête)

Par  |  | Aucun Commentaire

Je suis à l’endroit est un court-métrage qui se déroule dans un hôpital psychiatrique... et dans plusieurs sens.

« Je suis à l’endroit », un court-métrage puissant et riche de sens (qui fait tourner la tête)

Cet article a été rédigé dans le cadre d’un partenariat avec le Nikon Film Festival.
Conformément à notre Manifeste, on y a écrit ce qu’on voulait.

Mise à jour du 1e février 2017 — Ce court-métrage figure parmi les finalistes pour Prix du Jury du Nikon Film Festival 2017. Tu peux retrouver la liste des finalistes du Nikon ici.

Article initialement publié le 30 décembre 2016 — Dans le cadre du Nikon Film Festival 2017, des vidéastes amateurs proposent des court-métrages sur un thème qui leur est propre : amour, écologie, et d’autres sujets plus sombres. C’est d’ailleurs le cas de celui que je vous présente aujourd’hui.

Je suis à l’endroit, un court-métrage aux nombreux sens

Héloïse est internée dans un hôpital psychiatrique. Son problème est plutôt particulier. Alors que le monde vit à l’envers, elle vit à l’endroit.

Sauf que c’est elle qu’on prend pour folle. Alors Héloïse ressent un profond sentiment de solitude, jusqu’à ce qu’elle se rende compte qu’elle n’est peut-être plus seule.

je-suis-a-lendroit-nikon-festival

–> Clique sur l’image ou sur ce lien pour accéder au court-métrage ! <–
(Il faut désactiver adblock)

Ce court-métrage réalise l’exploit de proposer sur une même séquence deux « sens » de lecture différents, ce qui a pour effet d’être autant spectaculaire que perturbant. On ne peut qu’applaudir la prouesse du jeu et de la technique !

En plus d’être un film très impressionnant visuellement, l’écho qu’il peut susciter en nous par son sens plus profond a de quoi remuer. Avez-vous déjà eu la sensation d’aller à l’encontre de la pensée générale ? De penser faire preuve de bon sens et de voir le monde entier autour de vous agir de manière absurde ?

Est-ce Héloïse qui est à l’endroit, ou vit-elle en fait à l’envers du reste du monde ?

Ce sont deux femmes qui sont à la réalisation de ce court-métrage puissant et riche de sens : Florence Fauquet et Emilie de Monsabert. On retrouve également le visage de Bastien Ughetto, l’un des protagonistes de la chaîne YouTube Les Parasites.

À lire aussi : Les Parasites présentent « Lanceur d’Alerte », un court-métrage haletant… et un peu trop réaliste

Si vous souhaitez soutenir le film pour le festival, ça se passe par ici.

Lucie Kosmala


Tous ses articles

Commentaires
Forum (0) Facebook ()

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!