Posez vos questions sur la contraception !

Par  |  | 142 Commentaires

Quelles sont les questions que tu te poses sur les différents moyens de contraception ? Viens en discuter sur le forum !

Posez vos questions sur la contraception !

Un rendez-vous chez un•e gynécologue, pour moi, c’est un peu comme un tour de grand huit. Je poireaute des heures (voire des mois), je l’appréhende autant que je l’attends, c’est à la fois très inconfortable et un vrai soulagement quand c’est fini…

Et comme un tour de grand huit, c’est pas toujours le meilleur moment de se lancer dans une conversation sur les avantages et les inconvénients des différents moyens de contraception.

À lire aussi : « Choisir sa contraception », un site indispensable

Je me souviens avoir vaguement tenté de poser des questions sur l’implant, une fois, mais le gynécologue m’a répondu que « ce n’était pas pour moi », et… bah… J’ai pas osé discuter davantage.

À lire aussi : Gynéco & consentement : mon corps, mon choix !

Pourtant, des questions sur les différents moyens de contraception, j’en ai plein.  Mais hors de question de taper « contraception » dans Google : j’ai bien trop peur de tomber sur de la désinformation, de la propagande de laboratoire, ou pire… des récits improbables partagés sur Doctissimo !

À lire aussi : « Choisir sa contraception », un site indispensable

Et toi, quelles sont les questions que tu te poses sur la contraception ? Viens m’aider à compléter cette liste non exhaustive dans les commentaires, on ira chercher les réponses auprès de spécialistes ! 

La contraception hormonale

  • Pourquoi certaines personnes ne supportent-elles pas les pilules de 1ère et 2ème génération ?
  • Réexpliquez-moi les différences entre tous les types de pilules.
  • Quelle est l’influence de la cigarette ? On sait que c’est mauvais pour la santé, mais dans quelle mesure ? Un paquet par jour ? Où est la limite ? Le danger est-il réel uniquement avec la pilule, ou concerne-t-il également les autres moyens de contraception hormonale ?
  • Puisqu’on n’a pas de vraies règles quand on prend la pilule, est-ce que je peux enchaîner les plaquettes ? Pourquoi faire une pause si ce ne sont pas des vraies règles, d’ailleurs ?
  • Est-ce que prendre la pilule pendant plusieurs années consécutives a des conséquences sur la fertilité ?
  • Est-ce qu’il existe plusieurs dosages hormonaux pour les implants, ou est-ce un dosage standard ?
  • Pourquoi existe-t-il plusieurs types de pilule mais un seul type d’implant ?
  • Quelles sont les différences entre le patch et l’implant ?
  • Le port de l’anneau vaginal est-il compatible avec le port d’un tampon ou d’une cup ?
  • Est-ce que la prise d’une contraception hormonale peut avoir des effets sur la libido ? Si oui, dans quelle mesure ?

À lire aussi : Je veux comprendre… le débat sur les pilules contraceptives

Les stérilets

  • Quelles sont les différences entre les stérilets (taille, composition) ?
  • Quels sont les avantages et les inconvénients du stérilet en cuivre VS le stérilet hormonal ?
  • Pourquoi certains gynécologues refusent-ils toujours de poser un stérilet aux personnes qui n’ont pas eu d’enfants ?
  • Quel est le taux de perte/d’expulsion du stérilet ? Les gens qui l’ont retrouvé dans leur cup, légende urbaine ou véritable risque ? Je pose la question.
  • Est-ce que ça fait vraiment mal ? Pourquoi ?

À lire aussi : Le stérilet a du succès en France !

La contraception à usage unique

  • Où trouver le préservatif féminin ? Pourquoi est-ce qu’on n’en fait pas une promotion équivalente au préservatif masculin ?
  • Pourquoi le préservatif féminin a-t-il un taux d’échec supérieur au préservatif masculin ?
  • Quelles sont les contre-indications des spermicides ?

À lire aussi : Le préservatif et son histoire, de la chaussette au latex

Aspect économique / financier

  • Pourquoi certaines pilules sont-elles remboursées et d’autres non ?
  • Pourquoi certains moyens de contraception sont-ils remboursés par l’Assurance Maladie et d’autres non ?
  • Est-ce à moi de commander mon moyen de contraception ? Pourquoi certains ne sont pas disponibles sur simple visite à la pharmacie ?

Cette liste est loin d’être exhaustive, elle n’a vocation qu’à ouvrir le débat !

Et toi, quelles sont les questions que tu te poses concernant les différents moyens de contraceptions, auxquelles tu aimerais avoir des réponses ? Viens les poser dans les commentaires !

À lire aussi : J’ai testé pour vous… le dérèglement hormonal à haute dose

7 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Clemence Bodoc

Anciennement Marie.Charlotte, Clémence Bodoc a été jeune cadre dynamique dans une autre vie, avant de rejoindre la Team madmoiZelle. Elle s’intéresse à l’actualité et à l’écologie, aime la politique et les débats de société. Grande fan de sport (mais surtout à la télévision), et de cinéma (mais seulement en VO), son nom de scout est dinde gloussante azurée. Elle ne mord pas mais elle rit très fort.

Tous ses articles

Commentaires
Forum (142) Facebook ()
  • _Plume
    _Plume, Le 28 septembre 2014 à 18h54

    enrya;4940371
    bl00m;4939683
    enrya;4923375
    bl00m;4922581
    enrya;4921714
    bl00m;4920583
    vallli;4917085
    ketchup-mayo;4915085
    Question un peu perso mais bon :l

    Je ressors d'une longue relation qui m'a fait prendre une pillule de 2è génération pendant pls années. J'en suis très satisfaite (règles "programmées", flux beaucoup moins abondant, pas de boutons...). Elle me facilite la vie.

    Je voulais savoir, maintenant en célibat, quel était le bénéfice/risque à continuer de prendre cette pillule. Vaut-il mieux arrêter (par rapport aux hormones, laisser le naturel revenir tout ça ...)?
    Y'a-t-il des études montrant avec un niveau de preuve suffisant les risques (s'il y en a) d'une prise de la pillule prolongée? Ou n'a-t-on pas encore assez de recul?
    Clairement plus de bénéfices que de risques ! Après plusieurs années de prise de pilule, le risque d'accident thrombo embolique (caillots de sang dans les veines ou dans les poumons) diminue considérablement. C'est le risque numéro 1!  Tu décris très bien le confort que te procure la contraception hormonale : pourquoi ne pas continuer à en profiter ? Et  les ruptures de contraception sont des périodes à risque d'échec bien identifiées ... Le célibat n'est peut être pas éternel et la reprise d'une contraception orale en Quick-start (à n'importe quel moment du cycle) nécessite une semaine pour être efficace (pas besoin d'attendre les règles suivantes: vous vous exposez pendant 1 à 3 semaines supplémentaires à une grossesse non désirée ! Enfin si les rares contre indications sont respectées, il n'y a pas de risque associé à une prise de pilule prolongée. La pilule  a maintenant presque 60 ans et les études disponibles nombreuses et rassurantes. Un sur risque de cancer du sein et de l'endomètre, un moindre risque de cancer du côlon et de l'ovaire, ça s'équilibre en terme de mortalité ! Et ne pas oublier qu'il est beaucoup plus dangereux de mener une grossesse à terme et d'accoucher même dans un pays développé ! Pilule un jour ne rime pas avec pilule toujours: une prise prolongée, c'est un, deux ou dix ans. Tes choix contraceptifs t'appartiennent et se rediscutent à chaque moment de la vie.
    Kikoo je viens faire ma rabat-joie ;) Parce que bon il faut aussi nuancer le portrait : il est prouvé scientifiquement que la prise régulière d'hormones (et surtout à travers la pilule car c'est là que les doses sont les plus fortes) augmentait significativement le risque de cancer du sein chez la femme. C'est quand même bon à savoir.
    Ensuite, des arguments d'un ordre autre que médical donc bon vous en ferez ce que vous voudrez, (tout ce que je vais dire concerne toutes les contraceptions hormonales en générales, mais surtout la pilule, car encore une fois c'est là que la dose d'hormone est la plus importante), cela change petit à petit la silhouette en affinant les hanches et en élargissant la taille, donc bref adieu la taille de guêpe et bonjour les douleurs à l'accouchement.
    Après il y a la question de la baisse de libido, de la prise de poids, de l'acnée, etc, après c'est souvent dû à une pilule mal choisie qu'à la pilule en soit. Il faut aussi prendre en compte son incompatibilité avec la cigarette sauf si on a très envie de mourir de crise cardiaque à 30 ans.
    Et enfin last but not least, la pollution due à toutes ces hormones rejetées dans la nature (notamment par le pipi), qui est une vraie catastrophe pour la vie en eau-douce, avec une féminisation inquiétante des poissons.

    Voilà voilà, ne me lynchez pas parce que ces raisons sortent de l'ordre purement médical, je trouve personnellement qu'il est bon de connaître ce genres d'infos parallèles qu'on se garde généralement bien de nous donner ;) !
    Es-tu certaine de ce que tu avances, concernant le risque de cancer du sein augmenté ? Car vallli, médecin gynécologue, et donc une source a priori fiable, dit pourtant le contraire ("moindre risque de cancer du sein").

    Bon, concernant les autres désagréments, sans nier qu'ils existent, ils varient d'une personne à l'autre et comme tu le dis bien, de la compatiblité de la pillule choisie !
    Je tiens ça du Professeur Joyeux, un chirurgien cancérologue de grande renommée donc je le crois, après peut-être que d'autres experts en la matière ont d'autres arguments mais bizarrement vu le gros lobby qu représente la pilule je pense que le Professeur Joyeux (qui lui n'a rien a gagner en déconseillant la pilule), est plus fiable.
    Curieuse, je suis allée lire une interview de ce fameux monsieur Joyeux.

    Et là, je tombe le dessus :
    "Il en est de même pour la pilule, mais celle-ci est considérée surtout comme responsable de cancer du col de l'utérus chez des jeunes femmes qui fument et attrapent en plus par la multiplication des partenaires sexuels un des nombreux HPV."

    Une personne qui fait un lien (indirect, mais l'enchaînement logique fourbe est bien présent) entre prise de pilule et multiplication des partenaires sexuels me semble avoir une opinion des plus dangereuses, qui tient de l'idéologie (sexiste et rétrograde) plus que de la science.

    Si on décompose cette logique :

    1) On donne la pillule à ces chaudasses de gonzesses
    2) Du coup elle vont coucher à droite à gauche sans se soucier de rien, tranquilou, ces petites dépravées.
    3) Sans se protéger, parce que c'est bien connu, le fait de prendre la pillule rends tout à fait irresponsable vis à vis des risques de MST.
    4) Du coup elles choppent des HPV
    5) Du coup elles choppent des cancers

    => DONC la pillule augmente le risque de cancer du col de l'utérus.

    Ouah.

    Paie ton raccourci "logique" bien nauséabond.

    Oh, et je pense que Monsieur Joyeux a bel et bien un intérêt financier dans cette histoire : celui de vendre des livres "à contre courant", dénonçant la "grande vérité cachée aux femmes par les grands lobbys pharmaceutiques" (... et par toutes les études de l'ensemble de la profession ? Par l'OMS, aussi ?), ce qui, il faut bien l'admettre, est une niche marketing intéressante.

    Source : http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Nouvelles/Fiche.aspx?doc=pilule-contraceptive-dangers-alternatives
    Désolée pour la réponse tardive mais je viens juste de voir ta réaction. J'avoue que le raccourci n'est pas terrible, et même le Pr Joyeux n'a jamais été réputé pour son féminisme, il n'empêche que c'est un homme instruit et qu'il ne fait pas que des raccourcis à la con, parfois il dit des trucs intelligents aussi. C'est pas parce que quelqu'un a une opinion différente de la tienne qu'il n'est pas bon dans son domaine. Heidegger est un des plus grands philosophes du XXème siècle, il était nazi, mais ça n'empêche pas qu'il ait écrit des choses profondes et pertinentes. (et hop un joli point Godwin hahaha)

    Bon et je parlais du cancer du sein et non de l'utérus, donc ne me fais pas faire des amalgames que je n'ai pas fait stp. Et si le lien entre cancer de l’utérus et pilule reste flou, en ce qui concerne le cancer du sein c'est de plus en plus mis en avant par les scientifiques, même s'il est difficile d'établir directement le lien entre les deux par des études scientifiques.
    Ce n'est pas une question d'avoir un avis différent, c'est une question d'avoir une argumentation illogique, dangereuse et rétrogade sur le sujet même de discussion qui nous intéresse. .

    Ses "explications", que ce soit au sujet du cancer du sein ou de l'utérus n'en sont pas. Ce sont des généralisations et des raccourcis rhétoriques qui tournent autour de la question sans jamais y répondre, et jouent sur la peur de la théorie du complot et la désinformation pour vendre des livres à scandales.

    C'est un homme instruit ET malhonnête.

    Aussi, j'aimerais bien savoir comment le lien entre pillule et cancer du sein peut être à la fois "de plus en plus mis en avant" et difficile à démontrer par des études scientifiques... Contradictoire ?

    Ce qui a été prouvé scientifiquement, par contre, c'est que les femmes qui prennent la pillule ont un moindre de risque de mortalité par cancer en général (du fait de la réduction du risque de cancer du colon et des ovaires).

    Pour recentrer la discussion sur des faits scientifiques, donc : une femme qui prends la pillule a moins de chance de mourir de cancer qu'une femme qui n'en prends pas.

    C'est moins vendeur, moins révolutionnaire et moins dénonciateur que le discours du professeur Joyeux, mais ça n'en est pas moins la vérité.

    Source : Haute Autorité de Santé, Contraception chez l'Homme et la Femme
    http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2013-04/contraception_fiches_memo_document_de_travail.pdf
    Il me semble t'avoir déjà répondu qu'il est rapporté dans ce même document de l'HAS que tu cites, que les études montrent une légère augmentation du cancer du sein et du col de l'utérus (page 18, dernier paragraphe). C'est bien de ne rapporter dans la discussion que ce que l'on veut bien retenir...

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!