Consultation beauté #5 : SOS cheveux en détresse

Une lectrice m'a demandé de l'aide pour ses cheveux "pourris". Toi aussi c'est le burn out ? Conseils et tentative d'intimidation pour ta tignasse.

Consultation beauté #5 : SOS cheveux en détresse

Pour cette lectrice, le constat était clair : décolorations + colorations + un peu de tout et de n’importe quoi = des cheveux qui crient au mauvais traitement et se laissent mourir par vengeance personnelle. Hélas oui, les filles sont bien souvent de viles tortionnaires envers leur chevelure et se plaignent après que ceux-ci désertent leur crâne. Non, vos cheveux ne vont pas se faire la malle au soleil comme ils l’ont fait avec Fab, mais dans le doute, mieux vaut prévenir que guérir.

J’ai moi-même vécu un horrible burn-out capillaire qui a failli me mener à un épisode Britney Spears, aka je me raserais bien le crâne, de toutes façons ça pourra pas être pire que ce que j’ai. Heureusement, j’ai trouvé le salut.

Mes cheveux sont-ils vraiment morts ?

Une fois que le cheveu est sorti de son follicule et atteint l’air frais : oui, il est mort. Le cheveu en lui-même n’est pas vivant, mais peut s’avérer plus ou moins gonflé et sain, ou tendance zombie. Tu peux reconnaitre que ton cheveu est vraiment en galère avec les points suivants :

  • Quand tu les laves, ils absorbent l’eau et ont un toucher poreux, comme une corde humide : les écailles sont ouvertes, les cheveux sont fourchus et donc abîmés.
  • Quand tu les coiffes, tu peux apercevoir sur tes longueurs des cheveux qui ne rentrent pas dans le rang, et plus courts : tes cheveux sont cassants.
  • Quand tu viens de te faire un shampoing, tes cheveux ont un toucher désagréable, les pointes ressemblent un peu à du crin : tes cheveux sont secs.
  • Tu as les racines qui graissent mais les longueurs ressemblent à du crin : tu as les longueurs cassantes et abîmées.

Une fois le constat capillaire établi, tu peux passer à l’étape soins et entretien pour les sortir de leur léthargie !

Avant d’entamer un traitement

Mauvaise nouvelle… Un cheveu très abîmé, fourchu ou cassé n’est pas récupérable : il faut couper. Aucun produit n’est vraiment capable de réparer des cheveux vraiment endommagés par les traitements chimiques. De plus, si on ne coupe qu’un tout petit peu les fourches, celles-ci « remontent » le long du cheveux. Pour les rendre viables, la seule solution est de couper quelques centimètres au dessus des fourches, et de couper une bonne partie des longueurs abîmées. Bien entendu, il n’est pas question de se retrouver avec les cheveux extra courts pour être sûre de repartir du bon pied : tu peux commencer par couper 5/7 bons centimètres, les traiter du mieux possible, puis recouper quelques mois plus tard pour éradiquer les derniers restes de cheveux mal en point.

Du soin, du soin, du soin

Pas de secrets, une fois le sauvetage lancé, il faut redoubler de soins pour rendre aux cheveux leur dignité. Shampoing, après shampoing et masques doivent être choisis soigneusement. Si possible, on évite les produits riches en silicone : le silicone donne un aspect « doux » au cheveux, comme réparé, mais ce n’est qu’un effet trompeur : non seulement il ne répare pas mais pire, à long terme, il abime encore plus les cheveux et les rends imperméables aux soins.

– Choisir le shampoing : on privilégie un shampoing qui va régler le problème du cuir chevelu plutôt que celui des cheveux. Si on prend un shampoing « cheveux secs et abîmés » alors qu’on a le cuir chevelu gras, on va l’asphyxier et favoriser l’apparition de pellicules et des racines encore plus grasses. Mieux vaut utiliser un shampoing spécial cheveux gras pour purifier le cuir chevelu, puis soigner les longueurs.

– Choisir l’après shampoing : il doit être appliqué uniquement sur les longueurs, et ne doit pas « poser ». On le laisse normalement une toute petite minute, pas plus, il vient démêler et réhydrater le cheveux. On le choisit spécial cheveux secs ou abîmés.

– Choisir le masque : deux fois par semaine minimum en cas de cure d’attaque. On le choisit très nourrissant et on le pose uniquement sur les longueurs. Le plus simple est de commencer à l’appliquer sur les pointes puis de remonter. On le laisse quelques minutes puis on rince.

Des soins spécifiques

Cette « routine », quelques fois, ne suffit pas : on peut passer aux soins spécifiques. Pour les longueurs cassantes et abîmées, on peut faire des bains d’huile : on tiédit un peu d’huile nourrissante (argan, olive, coco), et on l’applique sur les longueurs (dans ce cas, on en met le moins possible sur les racines, mais ce sera impossible de les éviter) et on attache ses cheveux. On laisse poser toute une nuit si on a le courage, ou toute la journée. On termine par deux shampoings pour dégraisser les racines et les cheveux. 2 fois par semaine en temps de crise.

On peut aussi utiliser un avant shampoing : on le laisse poser 20 minutes sur les longueurs avant de passer sous la douche, puis on lave et après shampouine comme d’habitude. Les cheveux sont un peu plus protégés.

Pour les racines grasses et les longueurs sèches : on peut utiliser un shampoing sec un jour sur deux qui absorbe le gras du cuir chevelu et aère les cheveux. Sur les pointes, on met un peu de sérum ou de crème pour cheveux.

Enfin, des gélules pour cheveux peuvent aider à travers cette mauvaise passe : en les renforçant de minéraux, ils seront un peu plus fort et retrouveront de la matière.

Abstinence et rédemption

Enfin, et ce pendant quelques temps : zéro coloration, pas de permanente, RIEN. Tu te refais une virginité. Les cheveux fragilisés par les colorations à gogo le seront toujours même si les colorations d’après sont sans ammoniaque. On privilégie des shampoings colorants, moins agressifs que des colorations, si vraiment on ne veut pas récupérer sa couleur d’origine, mais le mieux est tout de même de ne plus agresser la matière. Pour les accros de la décolorations, on peut passer aux sprays décolorants, qu’on trouve en supermarché, c’est plus progressif et moins agressif qu’une vraie décoloration. Si vraiment on souhaite persister dans les couleurs, on prend des colorations bio, ou bien on attend que ça repousse et on passe au henné, beaucoup plus naturel et qui gaine le cheveux.

Sélection SOS d’un cheveu en détresse

– Masque karité René Furterer, 24€ : hyper nourrissant, très crémeux, il répare bien les longueurs.
– Shampoing cheveux gras Les Sens des Fleurs, 10€ : bien entendu, on le fait suivre illico d’un après shampoing.
– Orofluido, 21€ : une huile qui nourrit, hydrate et dynamise les cheveux en les rendant très doux. Attention aux cheveux sensibles au silicone : elle en contient.
– Shampoing sec Batiste, environ 4€ : à pulvériser sur les racines entre deux shampoings.

En salon, chez les pros

Je déconseille les masques « traditionnels » en salon, sous serviette chaude : ça allonge la facture d’une dizaine d’euros voire plus, et c’est parfaitement réalisable à la maison : un bon masque, une serviette chaude, 30 minutes de détente devant la télé.
Ethnicia propose un bar à soins capillaire, qui peut agir aussi bien sur les problèmes de racines grasses que les longueurs abîmées, et ce en même temps. Ca dure entre 1h et 1h30, 60/70€ et les résultats sont durables.
Certains coiffeurs proposent un gommage du cuir chevelu : comme c’est un peu contraignant à reproduire chez soi, ça peut faire du bien à un souci de racines grasses et longueurs sèches, en purifiant le cuir chevelu. Bien entendu, ce soin doit rester occasionnel sinon on va stimuler encore plus le sébum et ne jamais éradiquer le problème.

Big up
Viens apporter ta pierre aux 14 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Amo31
    Amo31, Le 28 août 2013 à 23h33

    AH Orofluido mon nouveau pote , j'ai les cheveux qui regraissent vite mais en fait j'ai le cuir chevelu tout sec et il hydrate vraiment bien =) je le conseille

Lire l'intégralité des 14 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)